Une société du nord de la France a élaboré un film « plastique » transparent à partir de… bois ! Biodégradable, compostable, cette feuille pourrait constituer une alternative à l’habituel cellophane posé sur les barquettes alimentaires micro-ondables, entre autres usages possibles.

Créée par Innovia et distribué par FDR Emballages, située à Comines (Nord), une société spécialisée dans les emballages en carton pour l’industrie, la feuille ETP ressemble à s’y méprendre à l’habituel film plastique qui recouvre les barquettes. Et pourtant, elle n’en a que l’apparence car, contrairement au cellophane, celle-ci est entièrement écologique. Ce cellophane conventionnel, plastique déviré de pétrole, termine souvent sa route dans une décharge si pas dans l’océan ou le gosier d’une tortue de mer…

ETPB

Comme l’indique son nom, l’Ecological Transparent Paper, soit le papier transparent écologique, est une invention à fort potentiel environnement. Ce « papier » est réalisé entièrement en cellulose 100% naturelle, entièrement biodégradable car fabriquée à partir de simple bois. L’ETP est d’usages multiples, sous forme de rouleau domestique, il constitue une alternative au cellophane que nous avons tous dans notre cuisine. L’ETP, en dehors de sa constitution naturelle, est utilisable au four comme au micro-ondes, au frigo comme on congélateur… et peut être composté dans le jardin après utilisation.

Le refus du pétro-chimique

Directeur de FDR Emballages, Thierry Franssen explique à la Voix du Nord : « On ne voulait pas de produit pétrochimique ». Cette innovation éco-compatible pourrait constituer une remarquable alternative au plastique : selon T. Franssen, « 15 à 20 % des produits réalisés avec du plastique qui pourraient être remplacés ». Même si les premiers clients ont déjà commencé à utiliser l’ETP pour leurs emballages, il reste à convaincre l’industrie agro-alimentaire. Pas une mince affaire d’autant que son coût paraît moins avantageux que le plastique, bien que la différence soit minime. Cependant, explique encore le directeur de l’entreprise, « Les entreprises doivent comprendre que grâce à ça, toute leur barquette est recyclable, il y a moins de déchets et donc, des taxes écoemballages qui baissent. Ils sont gagnants. »

ETP_exemples

Le marché est conséquent, en particulier celui des barquettes alimentaires : compagnies maritimes, hôpitaux, sandwicheries, etc., ce sont des dizaines de millions de boîtes et emballages qui pourraient passer d’un matériau polluant et destructeur (le plastique) à un matériau biodégradable en faisant le choix d’un emballage éco-compatible. L’entreprise a même déjà conçu son propre doggy bag. Il est donc immédiatement possible de se débarrasser d’une grande partie des plastiques polluants liés aux emballages, et ce de manière locale, sans utiliser une ressource non-renouvelable comme le pétrole.

Le concept est prometteur et l’entreprise devrait investir et embaucher jusqu’à une dizaine de personnes dans les mois à venir. Elle est d’ailleurs en phase de décrocher un marché important à la Réunion. Il s’agit de fournir en ETP la restauration scolaire de l’île, soit quelque 80 000 barquettes par jour, pour une demande totale de 20 à 30 millions de barquettes. Par ailleurs, le secteur suisse de restauration rapide semble s’intéresser au concept. En France, la transition écologique reste lente et sans volonté politique, sans incitation collective, la majorité des industriels préfèreront préserver les marges de profits en utilisant du plastique traditionnel légèrement moins cher.

Autre alternative : le plastique à base d’algues


Sources : LaVoixduNord.fr / NordÉclair.fr