Alors que nous sommes entourés de smartphones, d’ordinateurs et d’électroménagers énergivores, polluants et dont durée de vie est fortement limitée pour une grande partie d’entre eux, la solution se trouve-t-elle dans les low-tech ? C’est ce que défend François Courtois, co-fondateur d’Eclowtech, jeune entreprise coopérative qui souhaite produire des objets en lien avec la gestion et de l’énergie. Il nous présente sa douche solaire, leur premier projet ayant vu le jour.

« C’est un peu un pari de faire une entreprise autour du low-tech », concède d’entrée François l’un des trois co-fondateur d’Eclowtech, alors que le reste du monde court derrière l’innovation et la compétition. Pourtant, le défi est bien là : montrer qu’il est possible d’un point de vue économique de développer les low-tech, une nécessité de toute manière, selon lui, au regard de la crise environnementale. C’est dans cette philosophie, qu’il s’agira de valoriser des matériaux provenant de la récupération de déchets d’entreprise ou de particuliers (bois, chutes de plastique, etc) pour construire des objets utiles du quotidien et « commercialiser des produits éco-responsables, polyvalents, peu onéreux et accessibles à tous en rapport avec la gestion de l’eau et de l’énergie. On est ici dans le strictement fonctionnel, le côté design n’étant pas vraiment élémentaire au low-tech. Première née des recherches des trois amis, la douche solaire.

Crédit image : Eclowtech

De l’eau chaude, sans électricité

Cette douche solaire, construite à partir de bois, de miroirs flexibles et d’un chauffe-eau recyclé fonctionne sans électricité. L’eau est chauffée à l’aide des surfaces réfléchissantes dont le rayonnement est redirigé vers le contenant (principe d’une centrale solaire thermique).  Ce dernier étant bien isolé, il converse la chaleur pendant la nuit. « L’installation est facile, elle peut être permanente ou non et se faire sur tout type de terrain » explique François qui défend une « solution peu onéreuse et durable dans le temps » qui « permet de profiter de tout le confort d’une douche en extérieur. Elle est  idéale en été, agréable au printemps ou à l’automne ». Le système bénéficie de la pression du réseau. Le chauffe-eau et l’entrée d’eau froide de la douche sont branchés, en parallèle, à un robinet. L’utilisation d’un mitigeur permet de régler la température de sortie de la douche.

Dans un premier temps, le modèle ne sera disponible qu’à la location pour des entreprises et des sociétés organisatrices de festivals. Une première expérience grandeur nature sera menée début juillet pendant le festival « Terre de son ». L’offre pourrait séduire alors que de nombreux organisateurs cherchent désormais à rendre leurs évènements le plus écologique possible, que ce soit en passant aux gobelets réutilisables aux toilettes sèches, ou encore en se fournissant en électricité auprès des producteurs verts. Afin de passer à la vitesse supérieure, et professionnaliser leur concept, Eclowtech organise actuellement une campagne de financement participatif.

Les low-tech pour répondre aux défis environnementaux… et sociaux

On entend par low-tech – appellation construite par antonymie avec les « high-tech » – des solutions techniques qui se veulent simples, peu énergivores et réparables. Elles se prêtent à une construction locale, avec des matériaux relativement abordables (de récupération si possible). Enfin, les objets sont généralement reproductibles sans difficulté y compris par une personne qui ne dispose pas de compétences particulièrement élevées en bricolage. Le low-tech est donc axé sur l’autonomie des individus et leur compréhension de la technologie. La terminologie est employée dès les années 1970 dans le livre Small is Beautiful: A Study of Economics As If People Mattered de Ernst Friedrich Schumacher. Récemment, l’ingénieur Philippe Bihouix, a participé à populariser l’expression et à la remettre au goût du jour, défendant que le pic des ressources fossiles et minières ainsi que les pollutions associées à leur extraction et consommation nous obligeaient à développer des techniques plus soutenables, mais aussi plus proches des individus.

François insiste d’ailleurs sur la dimension démocratique des « low-tech » parce que ces dernières participent à autonomiser les individus qui ne dépendent plus de multinationales ou d’industries pour répondre à un besoin déterminé. On veut « réfléchir avec les communes, les collectivités et les associations à l’installation de nouveaux produits selon leurs besoins. Conseiller des particuliers quant à l’installation de low-technologies. Accueillir sur notre site les personnes souhaitant concevoir leurs propres low-technologies. Contribuer à la formation d’artisans ou d’ingénieurs sur l’utilisation et la construction des low-technologies », explique-t-il. Bref, repenser de manière plus générale le modèle économique dans lequel nous vivons pour le rendre non seulement plus durable, mais également plus proche des citoyens et plus solidaire. Mais que demande le peuple ?



Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉