En cette période de pandémie, l’accès à la culture se voit limité à des activités plus solitaires, comme la lecture. Une situation qui profite surtout aux géants du e-commerce, comme Amazon, qui a vu ses bénéfices exploser au cours de l’année 2020, au détriment de l’environnement. Première librairie en ligne du monde, la firme a imposé son hégémonie au mépris de toute considération sociale et écologique. Mais de plus en plus de citoyens, conscients des dérives du modèle Amazon, sont désireux de se tourner vers des revendeurs plus éthiques. Des alternatives existent en effet, qui vendent des livres d’occasion tout en s’engageant pour la planète. Focus sur trois de ces alternatives.

Abus fiscaux, incitation à la surconsommation, employés maltraités et émissions démesurées, le modèle Amazon est à l’origine de véritables ravages humains et environnementaux. La firme domine pourtant sans partage le marché du e-commerce, et en particulier celui des livres, pour lequel elle représente 50% des ventes sur internet. Car à l’origine, lors de son lancement en 1995, Amazon était une simple librairie en ligne, qui promettait de livrer en un temps record n’importe quel ouvrage à n’importe quel lecteur. Les activités du site de e-commerce se sont très rapidement développées, pour proposer aujourd’hui des produits divers, transportés d’un bout à l’autre de la planète, au mépris de leur impact sur l’environnement.

La pandémie de la covid-19 et les confinements qui s’en suivent ont permis à Amazon de boucler une année historique, qui a vu ses bénéfices exploser. Mais la situation des libraires, contraints de fermer leurs portes pendant que le géant du e-commerce prospérait, a également interpellé de nombreux citoyens. De plus en plus de lecteurs tentent ainsi d’éviter d’avoir recours à Amazon, pour se tourner vers des revendeurs plus éthiques et plus éco-responsables. Des alternatives de ce type se développent un peu partout dans le monde. En voici quelques unes.

Livro, pour acheter et vendre des livres d’occasion

En France, la plateforme Livro met ainsi en relation les particuliers, entreprises et associations qui désirent vendre des livres, et ceux qui souhaitent les acheter d’occasion. Peu satisfait de l’interface des marketplaces généralistes comme Le bon coin, Jean-Christophe Forest, développeur et créateur de Livro, décide de créer son propre site internet. Il y intègre les fonctionnalités qui lui manquaient, comme la possibilité de rechercher des livres par catégorie ou par ISBN (le numéro qui identifie chaque édition de chaque livre de manière unique). « Le formulaire pour vendre un livre est optimisé pour être rapide, il suffit de saisir l’ISBN du livre et mon site s’occupe de récupérer la couverture automatiquement » détaille Jean-Christophe Forest.

Les utilisateurs vendent ensuite leurs livres sur la plateforme, sans intermédiaires et en fixant eux-mêmes le prix de revente. Aucune commission sur les ventes des utilisateurs n’est exigée. « Le site est et restera gratuit, sans collecte d’informations personnelles. Il permet de faire des économies tout en préservant notre planète » résume Jean-Christophe Forest, attaché aux ouvrages d’occasion en raison de l’empreinte environnementale non-négligeable d’un livre neuf. Plusieurs fonctionnalités sont prévues à l’avenir, comme la possibilité d’ajouter une liste de lecture et d’activer des notifications pour être informé sur des annonces précises.
Sur le long terme, le site est voué à évoluer vers un réseau social dédié au livre, avec la possibilité pour les utilisateurs de noter et de rédiger des chroniques.

Ammareal, un acteur-clé de l’économie circulaire et sociale

Autre libraire d’occasion en ligne, Ammareal a la particularité de s’approvisionner auprès des bibliothèques et des associations. Il ne s’agit donc pas d’une plateforme de vente entre particuliers comme Livro. Situés à Grigny, dans l’Essonne, l’entreprise possède un stock impressionnant d’ouvrages, et en trie plus de cent vingt mille chaque mois. Plusieurs centaines de partenaires-fournisseurs ont déjà rejoint le programme, des bibliothèques universitaires aux bibliothèques municipales et départementales en passant par diverses associations, comme de nombreuses Communautés Emmaüs et Fédérations du Secours Populaire Français.

L’achat de livres d’occasion, un geste qui bénéficie au portefeuille et à la planète.

Depuis la création d’Ammareal, un pourcentage de la vente de chaque livre est reversé à des organisations caritatives luttant contre l’illettrisme et en faveur de l’éducation. C’est ainsi plusieurs centaines de milliers d’euros qui ont été versés au fil des ans à Bibliothèques Sans Frontières, à Mots et Merveilles ou encore au Fonds Decitre. Chaque année, des dizaines de milliers d’ouvrages en bon état, en particulier des livres pour enfants, sont en outre donnés à des écoles et associations. Acteurs à part entière de l’économie circulaire, sociale et solidaire, Ammareal poursuit son engagement au sein même de l’entreprise. Parmi la dizaine de collaborateurs qui forment son équipe, de nombreux salariés recrutés sont issus de quartiers prioritaires, avec un parcours parfois difficile.

Recyclivre, une entreprise éco-citoyenne

Offrir une deuxième vie aux livres, c’est aussi la mission que s’est donnée Recyclivre, un site internet de vente d’occasion original, qui crée un lien solidaire entre ses clients et les populations défavorisées. D’après l’entreprise, « le destin d’un livre dont on souhaite se séparer n’est ni la cave, ni la poubelle jaune, ni la déchetterie. » RecycLivre récupère ainsi des ouvrages, CDs, DVDs ou encore jeux vidéos auprès des particuliers, des bibliothèques, des entreprises et des collectivités. L’objectif : les revendre pour pouvoir soutenir des programmes d’éducation et de protection de l’environnement dans des régions du monde qui en ont besoin. Concrètement, 10% des revenus nets générés par la vente des livres d’occasion sont reversés à des associations et des programmes d’action de lutte contre l’illettrisme, en faveur de l’accès à la culture pour tous et de la préservation des ressources naturelles.

Un partenariat avec l’association Lire et faire lire contribue également à favoriser l’apprentissage de la lecture et stimuler l’envie de lire de la jeune génération. Membre du réseau 1% pour la planète, Recyclivre s’attache à réduire au maximum ses émissions de CO2, en effectuant les collectes de livres d’occasion en véhicule électrique, par exemple. L’entreprise réalise chaque année son bilan carbone, et compense toutes ses émissions en finançant des projets de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. A l’heure où ces lignes sont écrites, Recyclivre estime qu’au total, 2 300 538 euros ont été reversés, 44 752 arbres sauvés et près d’un milliard et demi de litres d’eau économisés. Précisions tout de même que la firme, qui reste une société commerciale, pratique des prix relativement élevés (ceux du marché de l’occasion), alors qu’elle récupère gratuitement les livres, ce qui lui laisse une marge importante.

L’envergure de Recyclivre lui a déjà permis de verser plus de 2 300 000 euros à diverses associations.

Un grand nombre d’autres initiatives existent, à commencer par la librairie d’occasion du coin. Citons encore une initiative bretonne : Livrenpoche.com, qui a déjà vendu plus d’un million de livres. Créé en 2002, le site a rejoint la SCIC Book Hémisphères fin 2018, une entreprise d’insertion spécialisée dans le réemploi du livre, de la collecte à la vente en passant par le tri et le saisie. La structure compte aujourd’hui 18 salariés dont 8 personnes en insertion professionnelle. Un grand nombre d’ouvrages y sont proposés, des romans aux bandes dessinées en passant par des livres scientifiques et des revues diverses.

Force est donc de constater que des alternatives éthiques et éco-responsables à Amazon se développent pour proposer des services tout aussi confortables en termes d’expérience client. Le catalogue impressionnant de ces revendeurs engagés permettra en effet à chaque lecteur de trouver son bonheur, et les prix abordables achèveront de convaincre les plus indécis. A l’heure où l’accès à la connaissance et à la culture se révèle plus que jamais essentiel, ces différentes alternatives facilitent cette démarche, tout en contribuant à l’économie solidaire et à la préservation de l’environnement.

Donation