Une bouteille écologique végétale inventée à Toulouse

Consciente de la catastrophe environnementale de la pollution plastique, une start-up toulousaine, Green Gren Technologies, a développé une alternative aux bouteilles dans une matière surprenante : de la fibre de lin et de la résine de pin, des matières 100% naturelles aux propriétés écologiques. Une innovation qui a demandé pas moins de quatre années de recherche. Découverte de la première bouteille écologique végétale made in France.

Le choix du lin pour créer une bouteille éco-responsable n’est pas anodin. Le lin est une matière qui ne présente que des avantages : il allie résistance, légèreté et longévité. Autre point crucial, il ne demande ni irrigation ni traitement et on le cultive très facilement en France (pays qui produit 67% du lin dans le monde). Il est d’ailleurs déjà employé dans d’autres domaines : automobile, aéronautique, VTT,.. Pourquoi ne pas généraliser son utilisation dans divers secteurs de la société en vue de remplacer, quand faire se peut, le plastique ?

Pour transformer le lin en bouteille, l’entreprise a du relever un défi de taille : concevoir un tissage qui s’adapte à la forme de la bouteille, du goulot étroit au corps plus large. Pour résoudre ce problème, Green Gren Technologies s’est tourné vers la Suède, leader mondial du composite végétal où a été développée une technique de tissage cylindrique. Une technique reprise dans la conception de cette bouteille écologique : une « chaussette » en lin est posée sur un moule, on rajoute de la résine végétale puis le tout est chauffé pour obtenir la forme de la bouteille.

Alors certes, un film plastique alimentaire est tout de même présent dans la bouteille afin de protéger son contenu, ce qui la rend biosourcée à « seulement » 89%. Mais la prochaine étape de l’entreprise consistera à le remplacer à court terme par du PLA (du plastique crée à partir de maïs ou de canne à sucre) et ainsi proposer une bouteille 100% biosourcée et biodégradable. Pour ce qui est de l’étiquetage, il sera possible de s’en passer en pyrogravant directement le nom de la marque sur la surface de la bouteille. Des producteurs de vins, de bières, d’eau, de spiritueux et même de cosmétiques se sont déjà montrés intéressés par ce concept. Fort de l’intérêt porté à son innovation, l’entreprise toulousaine a lancé une première levée de fonds auprès d’investisseurs pour récolter 750 000€ (sur un total espéré de 2,7 millions d’euros) et ainsi financer sa première chaîne de production éco-responsable.

Plus légère et moins fragile que du verre, ce qui facilite son transport et en baisse le coût, toute aussi résistante face aux fluctuations de température, un bilan carbone proche de zéro, aucune pollution contrairement au plastique, un design plaisant, cette bouteille en lin bat ses concurrentes sur tous les points hormis un prix encore un peu élevé faute de production à grande échelle. Alors, peut-on miser sur un avenir où on trouvera les bouteilles en lin dans les rayons des supermarchés ? Ce rêve n’est peut-être pas aussi fou qu’il en a l’air, l’entreprise espère déjà fabriquer et remplacer 1,5 million de bouteilles plastiques en 2019, en débutant ce grand projet dès le printemps prochain.


Sources : greengentechnologies.com