Le documentaire Les Arbres remarquables : un patrimoine à protéger, de Georges Ferterman, Jean Pierre Duval et Caroline Breton, célèbre les arbres les plus anciens, qui sont autant de « monuments historiques », tout en proposant un véritable plaidoyer pour encourager leur préservation. A l’approche de la journée mondiale des forêts le dimanche 21 mars prochain, l’association A.R.B.R.E.S projette le film lors de soirées ciné-échanges partout en France le long du mois de mars. L’occasion pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu de découvrir ce documentaire aussi reposant qu’émerveillant, que nous avions pu voir à sa sortie, en avril 2019.

Ils sont anciens, parfois millénaires, ils se maintiennent, même dans des conditions particulièrement difficiles et a priori peu propices à leur développement. Ils sont les témoins silencieux du temps passé. Le documentaire Les Arbres remarquables, un patrimoine à protéger, de Georges Ferterman (Président de l’association A.R.B.R.E.S), Jean Pierre Duval et Caroline Breton nous fait traverser la France, à la recherche de ses plus beaux arbres, qui vivent malgré « les outrages du temps ». Certains ont développé des stratégies pour se maintenir dans des milieux difficiles, d’autres ont survécu à la foudre ou se distinguent par leur taille et leur caractère majestueux. Ils poussent en forêt, embrassent un rocher ou s’intègrent même à un bâtiment.
Sauvegarder ce patrimoine naturel

Avec les explications du jardinier Alain Baraton, du journaliste Denis Cheissoux ou encore celles du botaniste Francis Hallé, on découvre ainsi un Zamana (Samanea saman) recouvert de mousses et de fougères (Martinique), parfois appelé « arbre à pluie » parce que son feuillage se modifie lorsqu’il pleut ; un Châtaignier (castanea sativa) âgé environ d’un millier d’années  en Corse ; ou encore un olivier (olea europeae) dans les Alpes maritimes considéré comme plus vieil arbre de France et dont l’âge est estimé à près de deux mille ans. Au total, le film permet au spectateur de découvrir une cinquantaine de spécimens, sur environ cinq cents recensés jusqu’à présent par l’association A.R.B.R.E.S, qui espère ainsi attirer l’attention sur eux afin d’éviter qu’ils ne soient coupés.

Arbres remarquables : un patrimoine à protéger nous pousse à considérer d’un autre œil cette végétation si présente qu’on ne la voit plus, et qui trône pourtant dans la nature ou dans les villes depuis parfois plusieurs centaines d’années. Le documentaire nous rappelle à la fois la fragilité de l’environnement tout nous invitant à rêver, à nous émerveiller, à prendre le temps de regarder. « À l’heure où l’Homme cause de plus en plus de dégâts irréversibles à la nature, c’est notre devoir de protéger et sauvegarder le patrimoine naturel », explique MUSEO, la société de production et de distribution à qui l’on doit également La Puissance de l’Arbre, ou Eloge de l’Inclusion (sortie prévue à l’automne), dans sa note d’intention. Car, si les êtres humains portent atteinte à leur environnement en le façonnant de manière à répondre – souvent excessivement – à leurs propres besoins, ils peuvent aussi aider certains arbres à se maintenir voire les soigner, ce qui est illustré par plusieurs exemples dans le documentaire. Pour cause, dans un climat de « fin du monde » où certains en viennent à détester leur propre nature, n’est-il pas temps de retrouver foi en nos actions ?

Crédit image : Museo Films

La déclaration des droits de l’arbre

Une projection du film avait été organisée le 4 avril 2019 à l’Assemblée nationale. L’association A.R.B.R.E.S a profité de l’occasion pour présenter une Déclaration des droits de l’arbre, une manière originale d’interpeller les élus sur la nécessité de mettre en place de véritables protections juridiques non seulement pour les arbres remarquables, mais pour les forêts en général. Celles-ci recouvrent aujourd’hui environ un tiers de la surface terrestre émergée, et hébergent 80% de la biodiversité mondiale. Mais les forêts sont également à l’origine des moyens de subsistance de près d’un quart de la population. En plus d’apporter des opportunités économiques, les arbres sont en outre des puits de carbone irremplaçables. Ils empêchent l’érosion des sols, fournissent une eau propre par filtration, et purifient l’air.

Pourtant de nombreuses forêts à travers le monde sont en danger. Certains juristes internationaux spécialisés dans l’environnement proposent de faire de certains éléments naturels (forêt, fleuve, etc) des sujets de droit. Cela s’est déjà observé dans certains pays comme la Colombie, l’Équateur et l’Inde. En reconnaissant à des écosystèmes le droit à l’existence et à la personnalité juridique, une protection leur est acquise, permettant de défendre leurs intérêts propres en justice par voie de représentation. Mais ce mouvement reste marginal, et dans les faits, les crimes d’écocide demeurent encore largement impunis.

Crédit image : Museo Films

Les forêts gravement menacées

Les forêts du monde sont en effet gravement menacées par la déforestation, avec une perte de superficie d’1,3 million de kilomètres carrés entre 1990 et 2016. Les régions où la situation est la plus inquiétante sont l’Amazonie, le Congo et l’Asie du Sud-Est, qui sont aussi les bassins de biodiversité les plus importants du globe. En Europe aussi, les pressions exercées sur les écosystèmes forestiers en raison du changement climatique et d’une gestion non-durable des forêts sont d’autant plus préoccupantes qu’elles sont fortement susceptibles de s’accentuer à l’avenir. Il apparaît donc essentiel aujourd’hui de protéger les forêts, afin de préserver la biodiversité et d’œuvrer en faveur de terres plus résilientes aux dérives climatiques.

C’est en partant de ce constat que s’est créée en 1994 l’association A.R.B.R.E.S. (Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Études et Sauvegarde), qui se concentre sur la protection des Arbres remarquables. En plus de constituer un lieu de rassemblement pour tous ceux que le sujet intéresse, l’organisation s’attache à stimuler les recherches tant biologiques qu’historiques ou folkloriques (légendes et traditions) sur ces témoins du passé. Ils soutiennent également toutes les initiatives d’inventaires locaux d’arbres remarquables, et apportent leur aide à ceux qui souhaitent sauver l’un de ces arbres menacés par la maladie ou par des aménagements préjudiciables. A.R.B.R.E.S souhaite également créer un label efficace pour protéger ces monuments naturels. Avec des initiatives comme la projection du film Les Arbres remarquables : un patrimoine à protéger et les échanges qui l’accompagnent, l’association s’attache aussi à diffuser les connaissances de toutes sortes qui concernent ces arbres en organisant visites, séminaires, conférences et expositions.

Un platane du parc du château de Courances (Essonne). Photo : Association arbres

N’hésitez pas à consulter l’agenda des projections pour participer à l’une de ces soirées ciné-échanges, qui se tiendront dans diverses villes de France à partir du 7 mars.

Résumé des réalisateurs : Surprenant tour de France et d’Outre-mer des arbres remarquables : majestueux, millénaires, insolites, liés à une légende ou tout simplement beaux ! La diversité de ces ancêtres vénérables se dévoile sous nos yeux entre forêts et campagne, villes et montagnes. Certains d’entre eux paraîtront un peu « jeunes », ne dépassant pas les 300 ans. Les plus vieux cèdres ou catalpas, séquoias ou tulipiers ont tout simplement l’âge de leur arrivée en Europe ! Oliviers, Châtaigniers, Chênes, Ifs, Tilleuls, Zamana, et tant d’autres sont eux aussi au rendez-vous. Leurs troncs creux vous attendent sereinement. Ne vous pressez pas. Ils seront encore là quand vous passerez les voir. Pour eux, le temps n’a pas la même dimension. La seule urgence est de les protéger.


Vous lisez ce travail gratuitement grâce aux dons. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉☕

Donation