Au printemps dernier, l’Arménie a réussi ce qu’aucune ancienne nation soviétique n’était parvenue à faire : renverser en douceur un régime corrompu sans mettre le pays à feu et à sang. Six mois après, les habitants d’Erevan livrent les clés du succès de ce soulèvement populaire et pacifique : une révolution de velours.


« T’étais jamais venue ici ? Pendant la révolution, l’Ilik café c’était un peu notre QG », explique Narek Aleksanyan, sur un coin de table de ce troquet bohème de la capitale arménienne. Alors que le thé infuse, le jeune homme remet un peu d’ordre dans ses cheveux et ses souvenirs : « J’étais présent au premier rassemblement à Erevan mi-avril, il n’y avait pas tant de monde que ça et pour être honnête, je n’y croyais pas trop, je n’aurais jamais pensé que ça marcherait ». À vrai dire, personne n’y croyait. Et pourtant, en un mois à peine, les Arméniens ont renversé un gouvernement autoritaire en place depuis 10 ans.

En 2017, le président républicain Serzh Sargsyan, arrivé à la limite des deux mandats présidentiels autorisés, décide de changer la constitution et de transférer l’essentiel des pouvoirs au Premier ministre, tout en promettant de ne pas se présenter à son poste. En avril 2018, sans surprise, il se retrouve à la tête du gouvernement. Un énième abus dans ce pays habitué à la corruption et aux élections truquées. Une mauvaise habitude que le leader de l’opposition, Nikol Pashinyan ne veut plus laisser passer. Le député entame alors une marche dans le pays pour réclamer la démission de Serzh Sargsyan, chose qu’il obtiendra, après avoir entraîné la population dans une joyeuse et pacifique grève générale de plusieurs semaines. Une révolution de « velours » qui aboutira à sa nomination à la tête de l’État le 8 mai.

Crédit image : Hakob Manukyan pour CivilNet

Comme tous les Arméniens, Narek, s’empresse de corriger le tir : « Ce n’est pas la révolution de Nikol Pashinyan, c’est la révolution du peuple. Sans la société civile, ça n’aurait pas été possible ». Dans les villes arméniennes, ce ne sont pas seulement des militants avisés qui ont défilé, mais aussi des étudiants, des parents et leurs jeunes progénitures, des chauffeurs qui font résonner leurs klaxons ou des femmes au foyer à leur fenêtre qui frappent sur des casseroles. « Chaque Arménien a compris qu’ils comptaient autant que Nikol Pashinyan », analyse Tatul Hakobyan, journaliste à Civilnet.

Le reporter se souvient clairement du jour où il a réalisé que ce mouvement était différent de tous ceux qu’il avait suivis depuis la chute de l’USSR. Le 20 avril, il couvre un rassemblement dans un quartier excentré de la capitale. Au début, seul un petit groupe est présent, il pleut et la police tente d’empêcher la manifestation. Deux heures plus tard, le cameraman qui l’accompagne lui dit de monter sur un petit talus et de regarder derrière lui : « Il y avait 50 000 personnes ! ». Partout, tous les jours, les mêmes effets : la foule grossit sans cesse. Le 22 avril, alors que Nikol Pashinyan est brièvement détenu, plus de 100 000 habitants sur le million que compte Erevan, se retrouvent aux alentours de la place de la République au centre de la capitale. Le lendemain Serzh Sargsyan démissionnait en présentant ses excuses.

En France et ailleurs, un tel rassemblement politique se serait sans doute soldé par quelques débordements et une violente charge des forces de l’ordre. Jusqu’à présent, les activistes arméniens étaient également habitués aux tristes fins : en 2008, dix personnes avaient été tuées pendant des manifestations. Une décennie plus tard, Nikol et ses camarades ont tiré des leçons de cette expérience douloureuse. Rapidement, ils ont donné un mot d’ordre : pas de violence. Pour Ashot Khachatryan qui milite depuis plusieurs années, c’est l’élément qui a fait la différence : « Quand tu utilises la violence, tu as déjà perdu, car tu ne peux pas combattre le système avec sa propre force. Dès qu’on a décidé de miser sur la désobéissance civile, je savais qu’on allait gagner ». Durant presqu’un mois, les manifestants vont simplement bloquer certains bâtiments et les rues principales des grandes villes, y chanter, danser, faire des barbecues… Et lorsqu’ils se retrouvent face à des policiers cagoulés, uniformes anti-émeutes sur le dos, ils lèvent les mains au ciel en signe de paix et invitent « leurs frères » à venir les rejoindre.

Crédit image : Hakob Manukyan pour CivilNet

Un appel auquel il est difficile de résister tant les préoccupations de la foule sont simples et communes à tous les Arméniens. Les forces de l’ordre aussi pâtissent de la corruption qui remplit les poches des dirigeants haut placés, galèrent avec leur salaire dans un pays où le taux de pauvreté dépasse les 30% d’après l’OXFAM et voient leurs enfants sans avenir s’envoler vers d’autres contrées. Puis Ashot ajoute : « Tu sais l’Arménie est un petit pays, tout le monde se connaît et sait ce que tu fais ».

Au début, les autorités ont cependant bien essayé de casser la révolte, mais à la différence de 2008, toutes les actions sont filmées, photographiées et relayées. Face à une télévision acquise au pouvoir, les médias en ligne diffusent l’information 24 heures sur 24. Si un rassemblement spontané s’organise dans un quartier, la nouvelle est transmise à tous les habitants via les réseaux sociaux. Si un faux manifestant est envoyé pour perturber le mouvement, les caméras sont là pour le dénoncer. Si la police utilise la force, les images peuvent faire le tour du monde en quelques clics. Le risque de dégrader la réputation du pays à l’international est trop risqué. « En développant les live streams, nous sommes devenus les gardes du corps de l’opposition », résume Tatul. Sa collègue Ani Paitjan se souvient également au moment de l’annonce de la démission de Serzh Sargsyan, d’un mélange d’euphorie et de frustration de n’avoir pas pu participer à la révolution puisqu’elle la couvrait nuit et jour. Mais elle gardera tout aussi bien en mémoire ces mains qui se posent sur son épaule en voyant le badge « press » et qui lui disent « merci, c’est grâce à vous aussi ».

C’est en partie pour vivre ce soulèvement citoyen qu’Ani, a décidé de rentrer vivre dans son pays natal en 2016 après avoir passé 22 ans en Belgique : « J’avais comme une intuition, je disais à ma sœur, Il y a quelque chose qui bout en Arménie, il faut que j’y aille. Cette jeunesse est particulière, il va se passer quelque chose. » La suite des événements lui a donné raison. Ce sont les étudiants que Nikol Pashinyan est d’abord allé chercher pour gonfler les rangs. Ce sont eux que l’on voit en masse souriants sur les photos de la révolution. Eux qui souvent ont incité leurs parents à rejoindre le mouvement. Eux qui nettoyaient les places après chaque rassemblement. Cette génération qui n’a connu ni l’URRS ni les années de misère qui ont suivi sa chute et ne peut donc pas se réfugier dans une nostalgie du soviétisme ou au contraire se rassurer en pensant que c’était pire avant. Des étudiants qui avaient pris l’habitude de regarder ce qui se passe ailleurs et faute d’avenir ici, allaient le construire en Russie, en Europe ou aux États-Unis – plus d’un million de personnes ont quitté le pays depuis son indépendance en 1991. « Maintenant ils ont conscience que leur action peut avoir de l’impact, ils se disent : ‘On a fait une révolution, on l’a lancée et soutenue, on doit la maintenir’ », se réjouit Ani.

Une nouvelle énergie que partage le reste de la population. « Tous les matins depuis la révolution, je me réveille, j’ouvre les yeux et je ressens une sorte de joie. Rien n’a changé dans ma vie, mon salaire est le même, j’ai les mêmes soucis avec ma femme, mes enfants et pourtant je suis heureux », s’amuse Tatul. Dans un taxi qui s’engouffre dans les bouchons du centre-ville, Aram, le chauffeur confirme ce sentiment d’allégresse collectif : « Bien sûr, je suis content, il faut juste être un peu patient et voir ce que nous apportera vraiment ce mouvement ». Et si à l’avenir il y avait quelques accros dans le velours de cette révolution ? Aram esquisse un sourire dans le rétroviseur : « On redescendra dans la rue, on sait comment ça marche maintenant ».

Hélène Pillon pour Café Babel & Mr Mondialisation

Crédit image : Hakob Manukyan pour CivilNet

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉