Ce français invente un drone écolo pour aider à protéger les animaux

Passionné de robotique, un ingénieur alsacien a mis au point un drone unique en son genre, fabriqué en matériaux écologiques et respectant la tranquillité de la faune. Baptisée « Aube », son invention pourrait être d’un précieux secours aux rangers et gardes forestiers, notamment dans les réserves naturelles protégées. Ou quand la technologie rencontre un dessein éco-responsable.

Aube, le drone écolo

Autodidacte et passionné, Julien Lerch a d’abord suivi des études en génie électrique et informatique avant de se lancer dans l’ingénierie et la robotique. Après le lancement de son entreprise en 2012, le jeune homme décide d’allier sa conscience écologique à sa passion pour la programmation en mettant au point un drone bien différent de ceux actuellement en circulation.

Doté d’une voile et d’un moteur, le drone baptisé « Aube » est capable de filmer des scènes depuis les hauteurs sans causer de pollution sonore. Contrairement aux drones quadrirotors, Aube est donc capable de parcourir les cieux de façon à passer presque tout à fait inaperçu, et de livrer des vidéos de haute qualité, à visée scientifique, d’une faune qui pâtit bien souvent de la présence de ces corps étrangers. Sorte de drone-parapente, Aube a une autonomie d’une heure, et peut supporter jusqu’à 2,4 kg de charge. Idéal pour embarquer du petit matériel et une caméra. Autre atout de taille de ce drone insolite, celui-ci a été imprimé à l’aide d’une imprimante 3D, de façon à limiter au maximum son impact environnemental. Mieux encore, les matériaux ayant servi à sa construction sont biodégradables : même le châssis est en plastique bio-compostable !

Accompagner les gardes forestiers

Si Julien Lerch s’est penché sur la conception d’un drone qui respecterait l’environnement, c’est aussi dans le but bien précis d’apporter son aide aux rangers et gardes forestiers qui œuvrent à la conservation des espèces dans leur diversité. Au sein des parcs nationaux, les drones multirotors restent aujourd’hui largement interdits. Ils sont en effet susceptibles de déranger une faune à l’équilibre fragile, peuvent être assimilés par certains animaux à des prédateurs, et causent une pollution sonore indéniable.

Pourtant, l’utilisation des drones comme outil de travail et de surveillance au sein des réserves naturelles n’est pas sans intérêt. En effet, le drone est par bien des aspects moins invasif qu’une visite humaine. Il permet également d’avoir un aperçu de zones inaccessibles au commun des mortels. Au Burkina Faso, les drones ont déjà été utilisés pour compter le nombre d’éléphants encore présents au sein d’une région, par exemple. Au Kenya, les drones ont servi à lutter contre les pratiques de braconnage, avec des résultats spectaculaires. Plus épineux, en Russie des drones ont été utilisés afin de compter le nombre de nids d’aigles. Cependant, les nuisances liées à ces observations restaient importantes, quand bien même les équipes en charge du projet étaient parvenues à réduire significativement le temps d’observation nécessaire.

Avec un drone silencieux, ce sont donc tous les avantages de ces machines volantes que l’on retrouve, agrémentées d’un respect total de la faune sauvage. Une aubaine, à l’heure où l’environnement subit encore et toujours l’invasion humaine, et nécessite en même temps un soin et une attention tout particuliers. « Aube » est une solution pour une observation en tout point respectueuse de la fragilité des éco-systèmes.


Sources : Helimicro.com / Green-economy.fr / Vuparici.fr