L’heure est grave : les animaux, poussés à l’extinction, se sont réfugiés sur un continent de plastique. Le président Dodo, aidé du Gorille, du Tigre et des Ours polaires, peaufine une stratégie pour se venger des humains. Mais c’est sans compter sur les chats, qui eux aimeraient être les seuls sur la planète ! Parfois grinçant, toujours drôle, les illustrations d’Ulys, un dessinateur satirique français, nous invitent à lutter contre la disparition de la biodiversité.

Les espèces menacées préparent leur revanche !

Le président Dodo en est certain : puisque l’humanité ne fait rien contre le réchauffement climatique, c’est aux espèces menacées d’agir ! Dernier représentant de son espèce, il a trouvé refuge sur un amas de plastique à la dérive sur l’océan, bien certain que les humains ne s’y intéresseraient pas. De là, il rassemble d’autres animaux supposément éteints ou en voie d’extinction, qui auraient en réalité trouvé le moyen de survivre pour rejoindre la résistance. Et en quel autre lieu plus symbolique que le continent de plastique ? Entre conseils de guerre, étude de la civilisation humaine, mais aussi psychanalyse et site de rencontre, la contre-attaque s’organise.

Une extinction massive de la flore et de la faune sauvage est en marche, et les espèces menacées ont décidé d’agir de manière radicale. Le sujet est sérieux, mais Ulys a choisit de l’aborder avec humour pour faire passer son message. Sur son compte Instagram, il dépeint images après images la vie de ces animaux rebelles qui ont décidé de ne pas se laisser faire. Repéré par Mediapart, le site a publié les premiers épisodes de la série. Désormais, Ulys partage une fois par semaine les nouvelles de la contre-attaque des espèces menacées, depuis leur continent de plastique. Le tout peut se lire comme une bande dessinée évolutive et hautement critique.

Selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), une des principales ONG internationales dédiées à la conservation de la nature, c’est une espèce de mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et plus d’un amphibien sur trois qui sont menacés d’extinction. La dernière mise à jour de leur liste rouge alerte que sur les 112 432 espèces évaluées à l’échelle mondiale, 30 178 sont menacées. La France est un des 10 pays où vivent le plus grand nombre d’espèces menacées. Parmi celles en danger critique se trouve le vison d’Europe, dont la population est en baisse, et l’ours brun, dont le nombre de spécimens est heureusement en hausse en dépit de leur petit nombre. L’organisme WWF alerte sur les principales causes de disparition de ces espèces, qui sont sans surprise les changements climatiques, la dégradation et la disparition des habitants, mais aussi les conflits territoriaux entre l’Homme et l’animal. Tout mène à l’activité humaine… Liés entre elles, elles forment un cercle vicieux délétère pour la faune et la flore sauvage.

Des animaux pas si bêtes…

En parcourant les dessins de Ulys, les comportements qu’il épingle nous paraissent familiers. Ici, des hyènes veulent connaître des secrets d’affaire pour être un bon lobbyiste, et là, un ours polaire se fait arrêter pour collaboration avec les humains. Ce bestiaire sauvage nous renvoie à notre propre humanité. À force de nous observer, commencerait-il à nous ressembler ? En réalité, ils nous permettent surtout de nous confronter à notre propre BÊTise. Lorsque le hérisson infiltré parmi les humains se demande pourquoi non seulement nous intoxiquons l’environnement, mais aussi notre propre santé, il en vient à penser que nous serions peut-être un peu idiots. Et lorsqu’une otarie professeure des écoles explique à ses jeunes élèves la transformation du CO² en oxygène grâce aux arbres, la voilà consternée devant la conclusion que les humains rasent ces forêts pour produire de la pâte à tartiner.

En reflétant l’humanité à travers les espèces menacées, Ulys cherche bien sûr à éveiller les consciences, mais surtout à faire passer un message d’espoir. Car si les animaux, menés par le président Dodo, ont réussi à s’unir contre le réchauffement climatique, pourquoi pas nous ? L’anthropomorphisme des animaux qui s’unissent contre le réchauffement climatique malgré les traîtres, les opportunistes et les prises de bec nous fait prendre conscience qu’il est possible d’agir ensemble, malgré nos différences. Que vous soyez tigre, gorille, hyène ou paresseux, chacun peut participer à sa manière dans la lutte pour la préservation de la diversité des écosystèmes. Ulys ajoute qu’il aimerait que son travail « participe à cet élan (le vrai, pas l’animal) ».

Vous pouvez retrouver les dessins d’Ulys sur son compte Instagram, ainsi que sur le site Mediapart.

C.G.

Donation