Peut-être avez-vous déjà eu la chance de vous retrouver face à l’une des merveilleuses fresques d’Herakut, un duo d’artistes allemands connu pour leur goût de la démesure mais surtout une signature artistique inimitable. C’est en effet en peignant sur des murs de plusieurs mètres de haut que le duo s’est particulièrement fait remarquer à travers le monde ces dix dernières années.

On cite souvent l’Allemagne comme l’un des berceaux européens du street art. C’est là qu’ont grandi Jasmin Siddiqui et Falk Lehmann, alias Hera et Akut. Respectivement à Wiesbaden et à Weimar, ils ont suivi une formation de communication visuelle et de design. C’est en 2004, lors d’un salon d’artistes, que le duo se rencontre pour la première fois. Chacun tombe sous le charme du travail de l’autre. Plus tard, lorsqu’ils décident de collaborer, ils trouvent tout de suite une forme de complémentarité dans leur façon de travailler : c’est alors le début d’Herakut. Depuis, le duo exporte son talent sur les murs du monde entier, de Londres à Sao Paulo, en passant par Oslo, Melbourne, Los Angeles et Paris, parfois sur des formats monumentaux.

L’histoire d’une complémentarité

Les deux artistes se répartissent parfaitement les tâches. Hera s’occupe tout d’abord de préparer les multiples couches de l’arrière plan et de dessiner les silhouettes à la bombe, au pinceau et même au rouleau. Akut vient ensuite apporter une multitude de détails dans les formes, les couleurs et les contrastes, ajoutant cette touche d’hyperréalisme fascinant en décalage avec les formes modernes, presque surréalistes, qu’Hera a dessiné au préalable.

Des messages très forts se dégagent de leur travail. Au travers de métaphores et de représentations parfois abstraites, on peut y voir des références à l’écologie, aux guerres et à la tolérance. Des thèmes abordés à la fois de façon douce et sombre, laissant toujours planer une ambiance énigmatique autour de l’œuvre. On peut y voir des visages et des corps surdimensionnés, souvent enfantins ou adolescents, aux regards sombres et provocateurs tournés vers le spectateur. Des masques et des costumes d’animaux très réalistes enveloppent souvent ces petits corps chétifs, accentuant la représentation d’un rapport très proche entre les hommes et la nature. De courts textes accompagnent également les peintures, éclairant notre façon de les déchiffrer ou questionnant notre réflexion. L’un d’entre eux s’adresse au street artist Banksy : « Pourquoi me détestes-tu autant ? » demande un personnage à la silhouette d’un Mickey.

bbw_herakut

Pour vivre de leur art, le duo a déjà publié deux livres : Herakut: The Perfect Merge sorti en 2009 et Herakut: After the Laughter publié en 2011. Ces ouvrages retracent la création de leurs œuvres monumentales et permettent de comprendre leur façon de travailler tout en s’émerveillant devant ces créations. Vous pouvez aussi visiter leur page Facebook et leur site Internet, et peut-être tomberez-vous un jour nez à nez avec l’une de leurs œuvres en vous promenant dans une grande ville. En attendant, voici notre petite sélection !

UZNTc

2014-06-20-em1-graffiti-herakut-bad-vilbel-0022

herakut_street_art_1

tumblr_mcwsa8Dca71r6wmavo1_1280

Herakut-InvisibleFriend-1024x685

2015-10-herakut-07

Herakut-detail3

streetartnews_herakut_miami-4

882477_10150609101354955_7979232286347996290_o

905517_10150594917319955_8742976127882503500_o

> La suite en page deux <

Donation