Choc visuel : Sea Shepherd expose la vie marine suffocante dans un océan de plastique

Chacun le sait aujourd’hui, la pollution plastique menace la vie marine, et prend l’ampleur d’un véritable fléau contre lequel il est urgent d’agir. Afin d’interpeller les consciences, Sea Shepherd et l’agence de création FF New York se sont associés pour lancer une nouvelle campagne sur le problème de la pollution plastique. Le projet, « Plastic Ocean », est composé de trois visuels étonnamment conçus et d’une vidéo qui met l’accent sur l’effet de nos déchets plastiques sur les animaux marins. Attention au malaise…

On pourrait croire à une vidéo artistique, voire conceptuelle, où les couleurs, les textures et la musique se mélangent dans cette vidéo à la réalisation délicate. Mais sous l’attrait esthétique, l’association Sea Shepherd, à l’origine de la campagne The Plastic Ocean, a intégré un message fort voué à faire réagir les consciences sur le sort funeste auquel nous condamnons les animaux marins. Car en effet, sous le désormais tristement célèbre « septième continent », ce sont poissons, mammifères marins et tortues de mer qui succombent à la pollution plastique émanant de nos côtes.

Un fléau environnemental à l’origine duquel on trouve directement l’activité et les consommations humaines avec des externalités désastreuses sur tout l’écosystème marin. Mammifères qui s’étouffent dans une marée de sacs plastique, poissons et tortues blessés par des débris industriels, ou encore du plastique ingéré par la plupart des animaux menant à un empoisonnement parfois lent et douloureux… les conséquences de l’omniprésence de plastique dans les mers et océans de ce monde sont incalculables. On estime ainsi qu’un million d’animaux marins succombent chaque année des déchets plastiques, notamment par ingestion, empoisonnement ou étranglement. Et pourtant, ce n’est pas faute de lutter. De très nombreux bénévoles, militants et associations réalisent un travail de terrain colossal pour limiter cette pollution, dans la mesure des possibilités.

« Arrêtez la production et l’utilisation de plastiques à usage unique.« 

Source : FF New York, Sea Shepherd

Co-pilotant la campagne, Alex Cornelissen, CEO de Sea Shepherd Global, déclare : « Les plastiques envahissent les océans à une échelle sans précédent. Comme une espèce envahissante, elle anéantit la faune et la flore océaniques et prend possession de son habitat. Les humains sont à blâmer pour l’introduction de cette substance la plus létale et si nous n’arrêtons pas son progrès, bientôt les océans contiendront plus de plastique par poids que toute la vie animale combinée. Mais nous pouvons inverser la tendance, nous pouvons arrêter cette invasion. Ce que nous avons causé, nous devons maintenant le réparer. Arrêtez la production et l’utilisation de plastiques à usage unique. Ensemble, nous pouvons nettoyer les océans et, ensemble, nous pouvons nous assurer que ce que nous retirons reste à l’écart. »

Une déclaration corrélée, en effet, par les faits et la recherche scientifique, dont certains estiment qu’il pourrait y avoir davantage de plastique dans nos océans que d’animaux marins d’ici à 2050. Pour parer à ce désastre annoncé, une seule solution : réduire drastiquement notre consommation/production d’objets en plastique, et rendre le recyclage systématique. Mais comment est-ce seulement possible quand notre civilisation entière repose sur les ressources fossiles et leurs dérivés pétrochimiques ? Par ailleurs, comment limiter ces déchets plastiques quand les règlementations internationales offrent une très grande permissivité en la matière et où toutes tentatives de régulation des marchés (à travers des normes écologiques contraignantes par exemple) sont perçues comme une menace pour la liberté d’entreprendre et la croissance économique ?


Sources : SeaShepherd.org / FredFariz.Prezly.com