Catastrophes écologiques spectaculaires et tragiques, les marées noires restent difficiles à contenir et ravagent nos côtes, l’écosystème marin, et déciment nombre d’animaux qui finissent englués dans l’or noir. Aujourd’hui, un laboratoire américain pourrait avoir trouvé la solution pour sauver et nos mers, et le pétrole dispersé, et jusqu’alors définitivement perdu.

Depuis l’avènement du pétrole et de son transport maritime, les marées noires ont tristement jalonné les 35 dernières années. Qu’il s’agisse du naufrage de l’Erika en 1999, qui vint souiller près de 400 kilomètres de côtes françaises et marqua la mort de plus de 150 000 oiseaux marins, ou encore de l’explosion plus récente de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon au large du golfe du Mexique, le déversement d’hydrocarbures dans les océans se traduit toujours par une catastrophe environnementale sans nom.

Difficiles à endiguer, les marées noires confrontent les pays et les entreprises responsables à leur impuissance. En effet, si une partie des hydrocarbures dispersés dans l’eau restent à la surface, et peuvent donc être récupérés ou brûlés, une partie se retrouve emportée vers les profondeurs et dérive à travers les océans. Si le meilleur moyen de les éviter, c’est probablement de ne plus utiliser de pétrole, l’industrie fossile et les dérivés qui en découlent conservent une hégémonie économique importante sur le monde et les institutions. Encore aujourd’hui, un large part de la stabilité économique mondiale repose sur les cours pétroliers.

Une éponge révolutionnaire à hydrocarbures

Aujourd’hui, des scientifiques du Laboratoire National d’Argonne du ministère américain de l’Énergie (DOE) ont inventé une nouvelle mousse, appelée Oleo Sponge (éponge oléo), potentiellement capable de répondre au problème là où il se présente. Le matériau, réutilisable, permet d’absorber le pétrole présent dans l’eau, y compris les hydrocarbures présents sous la surface. Il permet également de récupérer le pétrole et les huiles dispersées avec l’effet de le rendre réutilisables. Une aubaine pour le porte-monnaie des grands groupes pétroliers pour qui une fuite est toujours une mauvaise nouvelle plus pour des raisons économiques qu’environnementale.

Alors que différents matériaux capables de retenir le pétrole existaient déjà, l’équipe du laboratoire d’Argonne affirment que l’Oleo Sponge est aujourd’hui l’unique en son genre, capable de retenir les hydrocarbures le temps nécessaire à leur extraction des océans. Afin de mettre au point l’éponge de demain au service des océans, les scientifiques sont partis d’une mousse banale en polyuréthane qu’ils ont ensuite transformée de façon à ce qu’elle fixe les éléments qui constituent le pétrole. À l’aide de nanostructures et d’une méthode appelée « Synthèse d’Infiltration Séquentielle » , le matériau devient capable d’enfermer les molécules d’hydrocarbures. Se présentant comme une sorte de mousse que l’on pourrait trouver sur des sièges auto, Oleo Sponge agit comme une simple éponge mais qui ne retient que les hydrocarbures qu’elle libère une fois pressée.

Photo : Mark Lopez / Argonne National Laboratory

Bientôt à la rescousse des océans ?

À l’heure actuelle, différents tests ont été réalisés dans des bassins de taille plus ou moins importante, à chaque fois avec succès. « Le matériau est extrêmement robuste. Nous avons exécuté des dizaines à des centaines de tests, essorant à chaque fois le matériau, qui a résisté à chaque fois, mais a aussi absorbé le pétrole de façon concluante », a affirmé Seth Darling, un des scientifiques de l’équipe.

Comme le met en avant l’équipe de développement, Oleo Sponge pourrait également être utilisé couramment pour nettoyer les ports, où des résidus de diesel et de pétrole ont tendance à s’accumuler à cause du trafic maritime important. « Cette technologie offre une flexibilité énorme, et peut être adaptée à d’autres types de nettoyage en plus des hydrocarbures dans l’eau de mer. On pourrait en effet chercher à attirer une molécule différente pour répondre à tous les besoins » explique Jeff Elam, chimiste à l’origine de cette éponge qui aura la lourde charge de frotter sur les conséquences de la folie humaine.


Sources : Anl.gov

Donation