Après le chaos, la renaissance du Népal se veut citoyenne — Documentaire

Comment se reconstruire alors que tout autour de soi a été dévasté ? Dans le documentaire « Sur les traces de Népalais inspirants », la journaliste Anne Greffe part à la rencontre de six Népalais bien décidés à reconstruire leur pays sur des bases saines après l’important séisme qui a frappé le pays il y a deux ans. Rencontres de haut vol au cœur d’un des pays les plus pauvres du monde.

En 2015, alors qu’un séisme de magnitude 7,9 frappe le Népal, l’un des pays les plus pauvres du monde, Anne Greffe décide de s’envoler pour Katmandou. Une fois sur place, la documentariste n’a qu’une idée en tête : partir à la rencontre de personnalités inspirantes, qui travaillent activement à la reconstruction du pays, mais aussi à son changement en profondeur. Très vite, elle rentre en contact avec divers individus prêts à confronter le monde avec leur vision d’avenir.

Au programme : éducation, écotourisme, environnement, droits LGBT, mais aussi « Artivisme » et actions de terrain auprès de jeunes filles victimes de la prostitution forcée. En 90 minutes, le reportage gratuit nous plonge dans un Népal méconnu qui, dévasté, est aussi apte à rebondir dans une direction nouvelle et progressiste. Une tâche pourtant loin d’être sans embuche. Flairant le pactole de l’aide humanitaire, des personnes peu scrupuleuses vont ouvrir un certain nombre d’associations-écrans et de faux orphelinats pour détourner cette manne d’argent, au point où le gouvernement devra faire interdire toute création de nouvelles structures..

Six personnalités prêtes à faire bouger les lignes

Kinley, le premier à faire la connaissance de la journaliste, a monté un centre d’accueil pour les enfants sans-abris. En effet, il sont plusieurs milliers à survivre seuls dans les rues népalaises. Aujourd’hui, des écoliers profitent de ce centre, constitué d’abris-dômes construits avec des matériaux locaux, et des bancs mis à leur disposition dans les salles de classe. Au travers de l’éducation, mais aussi de l’éveil aux arts et à la nature, ces élèves profitent du travail de fond réalisé par Kinley, qui espère les sortir définitivement de la rue.

La journaliste rencontrera également Tashi, qui a quant à lui créé une auberge de jeunesse et cherche à insuffler créativité et humanisme dans le secteur touristique. Pour Neelam, il s’agira de créer une association pour sensibiliser la population à l’hygiène élémentaire, au traitement des déchets et à l’environnement. Et comme le monde ne saurait être tout à fait transformé sans l’art, le reportage nous emmène également aux côtés d’Ashmina, une artiste reconnue, à l’origine de plusieurs collectifs d’artistes engagés dans l’évolution des mentalités.

Au cours du documentaire, nous sommes également amenés à rencontrer Manisha Dhakal, activiste népalaise qui lutte pour les droits des personnes LGBT+ au Népal. Directrice exécutive de la Blue Diamond Society, cette femme transgenre contribue à l’évolution des droits des minorités sexuelles de façon révolutionnaire — parvenant à faire de ce pays pauvre, et pas des plus avancés en termes de droits humains, l’un des pays les plus gay-friendly d’Asie du Sud-Est.

Enfin, nous rencontrons Aruna, femme médecin qui œuvre auprès des jeunes filles victimes de trafic d’êtres-humains. L’activiste est également à l’origine de l’adoption de la loi sur l’avortement au Népal. Fruit d’un travail de terrain de plusieurs mois, Sur les traces de Népalais inspirants est aujourd’hui disponible gratuitement sur Youtube.


Sources : AnneGreffe.com