« Les forêts précédent les peuples. Les déserts les suivent » C’est par ces mots de Chateaubriand que l’équipe Datagueule introduit son expertise de la problématique de la déforestation. À son habitude, la vidéo est tranchée, équilibrée, raisonnable et diablement bien sourcée.

On dit que les forêts sont les poumons de la planète. En réalité, elles sont avant tout le foyer de la majorité des espèces vivantes – les vrais poumons sont les océans. 80% de la biodiversité s’y développe. Du moins, tentait de le faire jusqu’à la venue de l’Homme. Avec une gourmandise insatiable en matière de bois mais également d’espaces cultivables, nous n’avons cessé de grappiller année après année les espaces naturels. Si, autrefois, nous le faisions dans nos contrées, aujourd’hui la tendance s’est inversée. Alors que les espaces boisés augmentent régulièrement en Europe, les forêts équatoriennes et tropicales souffrent de l’activité humaine délocalisée loin des yeux du consommateur, pour nourrir ce même consommateur. Ce sont près de 5 millions d’hectares qui disparaissent ainsi chaque année pour finir en papier, en meuble, en combustible, en objet divers et surtout en terres agricoles pour l’élevage ou la palme.

Si nous continuons consciencieusement à scier la branche sous laquelle nous sommes assis, c’est que toutes les excuses sont bonnes pour poursuivre un développement qui n’a rien de durable. Pourtant, une bonne gestion du bois, ressource renouvelable par nature, est possible et existe déjà. Elle est pourtant peu adaptée au mode de consommation mondialisé actuel. Il apparaît plus que nécessaire de ralentir et de relocaliser. En parallèle, à travers un obscure système de blanchiment, 15 à 30% du marché mondial du bois serait issu de circuits illégaux. Non content de déboiser massivement, menaçant nombre d’espèces fragiles au passage, ce marché contribue également à soutenir des mafias locales du bois et les conflits qui les accompagnent. Les peuples autochtones souffrent évidemment de cette déforestation, légale ou non, voyant leur habitat et principale ressource, disparaître. Notons également que la déforestation est l’une des principales causes de l’apparition des pathogènes infectieux, tels Ebola. Ceux-ci « sommeillent » dans les forêts primaires jusqu’à se retrouvés en contact avec l’homme lorsque la zone est déboisée.

Mais on ne saurait mieux expliquer la gravité de la situation que ne le fait #datagueule dans son épisode 53…



Sources utilisées par #datagueule :

« 4 milliards d’hectares, soit plus de 30% des terres émergées. Voilà la surface couverte par les forêts aujourd’hui dans le monde » : http://is.gd/33wdr9

« Ces 5000 dernières années, 1,8 milliards d’hectares de forêts ont disparus. 360.000 hectares par an » : http://is.gd/qjPEb6

« Depuis 1990, ce sont désormais plus de 5 millions d’hectares qui sont abattus chaque année, presque de 15 fois plus » : http://is.gd/jo2JWE

« Entre 1993 et 2013 par exemple, la production mondiale de papier et de carton est passée de 253 millions de tonnes à 398 millions. Un bond de 57% » : http://is.gd/aOIVLq et http://is.gd/QZEMEn

« 80% de la déforestation est liée à l’expansion des terres agricoles » : http://is.gd/tVp1L5

« Entre 1990 et 2012, l’Indonésie a ainsi perdu plus de 21% de ses forêts » : http://is.gd/cgEElx

« les surfaces cultivées pour la production d’huile de palme sont passées de 1 million dans le milieu des années 1990 à plus de 8 millions en 2014 » : http://is.gd/g3XBcp

« Alors que la superficie forestière mondiale reculait de 0,18% par an entre 1990 et 2000, ce chiffre est tombé à 0,08% entre 2010 et 2015. Super ! » : http://is.gd/jo2JWE

« Entre 1990 et 2012, la France a gagné plus de 10% de couvert forestier supplémentaire, tout comme l’Angleterre. La Norvège frôle même les 12%. Mais dans le même temps, le Honduras a perdu près de 40% de ses forêts, le Nigeria 52% et le Togo 60% » : http://is.gd/cgEElx

« Jusqu’au XXe siècle, la déforestation décimait surtout les forêts tempérées, principalement en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Depuis, ce sont les forêts tropicales souffrent le plus » : http://is.gd/qjPEb6

« 1,6 milliard de personnes dépendent du bois pour leur subsistance. Plus de 21% de la population mondiale » : http://is.gd/tVp1L5

« Avec 30 milliards de dollars au niveau mondial, la coupe illégale est devenue un fléau rentable » : http://is.gd/eA6BgL

« 15% à 30% du bois vendu dans le monde serait issu de circuits illégaux » : http://is.gd/uC7vXR

« En 2013, au Brésil, dans les seuls états du Maranhão et du Pará, 500.000 mètres cubes de bois ont été certifiés par des faux papiers. 14.000 camions ! » : http://is.gd/qxUta9

« Le rôle du bois pendant la guerre civile au Liberia » : http://is.gd/qIG08R et http://is.gd/kiHPxc

« Aujourd’hui, il ne reste que 20% de forêts primaires dans le monde et elles sont principalement dans ces zones tropicales » : http://is.gd/g5RQow et http://is.gd/shaD24 et http://is.gd/XAi7Ah

« D’après une étude menée en Amazonie sur 200.000 arbres représentant 3.600 essences, 1% d’entre eux, les plus âgés, prennent en charge 50% du CO2 stocké » : http://is.gd/oP5NVT et http://is.gd/nBZXDG

« Depuis vingt-cinq ans, la quantité de carbone absorbée par les forêts mondiales a chuté de plus de 17 gigatonnes » : http://is.gd/tVp1L5

« Aujourd’hui, 7% des surfaces arborées sur le globe ont été plantées par l’homme » : http://is.gd/jo2JWE

« L’impacts des monocultures dans la reforestation » : http://is.gd/Ysnkrf

Donation