Des ruches « sans miel » en plein Dijon pour sauver les abeilles

Le paradoxe est symbolique d’une agro-industrie à la dérive : il fait souvent moins pollué en ville que dans nos campagnes pour nos abeilles. Face au déclin des abeilles, des actions concrètes semblent désormais nécessaires pour les préserver. À Dijon, deux ruches Habeetation, entièrement dédiées au bien-être des abeilles, ont été installées en ville sous l’œil attentif d’une association locale d’apiculteurs. Comme nous le rapporte Pascaline Logeais, l’une des membres du projet, les débuts sont prometteurs, puisque ces ruches, dont le miel ne sera pas récolté, abritent désormais à elles deux environ 50 000 abeilles. Aujourd’hui, chacun est invité à prendre part à l’action.

La protection des abeilles se joue à plusieurs niveaux. D’une part, associations, citoyen.n.es et élus se mobilisent pour faire interdire les produits qui leur sont nocifs, notamment les insecticides néonicotinoïdes. Une action qui concerne aussi bien les abeilles domestiques que sauvages (les grandes oubliées). D’autre part, certaines personnes essayent par leurs actions de terrain de faire augmenter à nouveau la population des abeilles. C’est cette deuxième voie qu’ont choisit les trois jeunes porteurs du projet Habeetation. Depuis plusieurs mois, ils développent de nouvelles ruches non productive à destination des collectivités et des associations pour soutenir le redéploiement des populations de butineurs.

Toute l’originalité du projet réside dans le fait que le miel ne sera pas récolté dans ces ruches. Il s’agit donc d’un refuge au profit des abeilles uniquement. Cette particularité évite de faire subir aux abeilles le stress d’une manipulation, tout en leur laissant les réserves nécessaires pour se nourrir pendant l’hiver. Par ailleurs, on reproche parfois aux porteurs de projets divers, que ce soient des apiculteurs professionnels, des associations ou des particuliers, de vouloir implanter des ruches en milieu urbain. Mais les défenseurs de cette pratique rappellent que les insecticides, qui jouent un rôle important dans l’effondrement des populations des pollinisateurs, sont bien plus présents à la campagne qu’en ville. Les butineuses ont ainsi tendance à se déplacer vers les villes et à y survivre plus facilement. Leur démarche est donc pleine de bon sens.


Deux prototypes installés à Dijon

Les deux premiers prototypes Habeetation, construits respectivement par deux artisans, sont désormais en phase de test. Ils ont été implantés à Dijon, en partenariat avec l’association locale Sauvegarde des Abeilles Gardiennes de l’Environnement (SAGE), qui réunit des apiculteurs et bénévoles passionnés, chargés d’observer et de surveiller les essaims dans chacun des deux modèles.

Ainsi, les porteurs du projet espèrent apporter une part de la solution à la disparition des abeilles. En effet, rappelle Pascaline Logeais, la population d’abeilles françaises est en danger, depuis des années elle accuse de fortes pertes. En 2015, la France a perdu 30% de sa population d’abeilles. Mais certaines régions ont perdu plus de 50% de leurs abeilles en 2016. Le renouvellement de la population ne se fait pas ou peu. « Or, la disparition des abeilles est particulièrement inquiétante. L’insecte est responsable de la pollinisation de 80 % des espèces de plantes que nous connaissons, et, sans elles, on estime que 65 % de la biodiversité est en danger dont 35 % de notre alimentation«  souligne la co-fondatrice. Si on a parfois un peu l’impression de toujours répéter les mêmes évidences, c’est car le monde politique réagit très peu à la problématique, faisant passer les questions économiques (croissance mon amour) en priorité.


Redévelopper les populations d’abeilles

Les ruches Habeetation tentent d’apporter une solution au problème en favorisant le redéveloppement des essaims sauvages. Ces ruches ont été étudiées pour que les abeilles puissent « vivre dans un environnement où l’on minimise les contraintes et les menaces, et où l’on encourage le développement naturel. » Des matériaux choisis, aux formes dessinées, tout a respecté une démarche d’éco-conception (matériaux naturels, sans traitement chimique, naturellement résistants, fait main par des artisans français…). Et les abeilles semblent apprécier ! La première des deux ruches de Dijon, située à proximité d’un potager urbain, à été colonisée par un essaim d’une race locale. La seconde est désormais occupée par une race croisée.

Les ruches Habeetation s’adressent à tous ceux qui veulent s’impliquer dans la protection de l’abeille et protéger la biodiversité ainsi que ce qui se trouve dans nos assiettes. L’équipe étudie toutes les demandes de location, aussi bien de la part des entreprises, des associations que des particuliers. Un premier diagnostique est effectué pour déterminer si les conditions et la législation sont favorables à l’implantation de ruches, puis l’équipe supervise leur installation, sous les yeux d’un apiculteur-soigneur. Les personnes intéressées peuvent contacter Habeetation via son site internet.


Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation