Homeless+ : l’application pour aider les personnes sans-abris maintenant !

Beaucoup de gens disent vouloir venir en aide aux sans-abris, mais dans les faits, combien passent vraiment le cap ? Savent-ils seulement où commencer ? Les nouvelles technologies peuvent-elles permettre d’aider les personnes vivant dans la rue ? C’est ce qu’espère Aïda, déjà habituée à soutenir les sans-abris, en subvenant à leurs besoins les plus vitaux. Par l’intermédiaire de l’application Homeless plus, elle souhaite désormais mettre en relation les personnes dans le besoin avec celles qui veulent les aider, via un système de localisation bien utile. Après avoir permis d’entrer en contact avec 5000 personnes, une nouvelle version de l’application est en cours de développement. Le projet est lancé en ce moment sur la plateforme ulule.

« Lutter contre l’exclusion sociale et le gaspillage en quelques clics » et « Encourager les actes citoyens et solidaires », voici les promesses de l’application Homeless plus, qui permet de faire le lien entre les personnes sans-abris et celles et ceux qui souhaitent les aider, que ce soient de simples individus, des associations ou encore des commerçants. Par l’intermédiaire de l’application, les sans-abris peuvent se localiser, et les habitants peuvent leur apporter des aides concrètes par une prise de contact simple, un apport en nourriture, de l’argent, des couvertures, des habits, ou tout simplement une présence humaine. Ceci n’empêche évidemment pas de venir également en aide sans aucune application, mais pour ceux qui ne savent pas où débuter leur action sur le terrain, cette solution leur permettra de les aiguiller astucieusement tout en restant informés des maraudes locales organisées.

Une application pour organiser l’aide au niveau local

L’application a été lancée une première fois en 2015 sous l’impulsion d’Aïda, avec comme but d’améliorer les « maraudes » du groupe local dans lequel elle s’investissait. Ces tournées de quartier solidaires permettent d’aller à la rencontre des personnes qui vivent dans la rue et de leur apporter un soutien matériel et moral bien réel. Mais l’application est rapidement dépassée par son succès, puisque de nombreuses associations manifestent leur intérêt. Depuis, 5000 citoyen.ne.s ont pu être aidés via cet outil. Aussi, pour améliorer une application dont l’utilisation ne visait qu’un petit groupe au départ, un crowdfunding est organisé.

L’utilisation de l’application est relativement simple. Chaque utilisateur peut se connecter de manière anonyme, promet Aïda. La nouvelle version permettra également d’améliorer la confidentialité. Chacun pourra choisir le moment où il est localisé et par qui (commerçants, associations, individus). Désormais, les sans-abris pourront donc déterminer facilement les moments où ils seront visibles et ceux où il ne le seront pas en se « localisant et se dé-localisant ». Ainsi, pas de risque de traçabilité non désirée.

De plus, de nouvelles options seront à disposition des commerçants, par exemple des boulangers souhaitant offrir leurs invendus,  et des associations. Il sera possible de mettre en ligne les prochains circuits de « maraude » (évènement pendant lequel des produits de première nécessité sont distribués dans la rue par des bénévoles) et les faire connaître aux intéressés. En bref, l’app ne remplace pas l’aide, elle permet de mieux l’organiser plus efficacement sur le terrain.

Réduire l’exclusion sociale concrètement

Aïda, voit en l’application un moyen de faire émerger un « réseau social et solidaire » en réponse au manque d’intervention des pouvoirs publics. « Beaucoup de personnes cherchent à s’engager, mais ne savent pas vraiment comment faire », explique t’elle. D’un autre côté, « les associations sont souvent en manque de bénévoles et n’ont pas toujours les moyens de se faire connaître ». Homeless plus doit se présenter pour tous ces acteurs comme un outil utile.

Mais les personnes sans-abris, ont elles réellement accès à internet via des smartphones ? Aïda, observe que de plus en plus de personnes sans-abris ont accès à cette technologie, « qui leur est parfois vitale » pour survivre. En effet, pour la très grande majorité d’entre nous, internet se révèle essentiel pour des raisons personnelles mais également administratives, à l’heure de la dématérialisation numérique. Il en va de même pour nombre de sans-abris qui arrivent parfois à récupérer un vieux téléphone. Néanmoins, note la bénévole, « les sans-abris manquent encore de téléphones portables, ce qui peut se révéler particulièrement problématique » et conduit à de nouvelles formes d’exclusion. Aussi, avec les bénévoles, elle essaye d’améliorer l’accès au réseau, notamment en leur distribuant des téléphones.

De plus en plus de personnes sont contraintes de vivre dans la rue. Leur nombre a augmenté de 50 % en 10 ans, selon un rapport de Fondation Abbé Pierre publié début 2017. Les femmes sont particulièrement victimes du phénomène, alertait la semaine passée le Samu social, selon qui le nombre de femmes à s’être adressées à l’organisme a augmenté de 66 % au cours des 10 dernières années. Désormais, elles représente 22 % des sans-abris. Or ces dernières sont particulièrement vulnérables aux agressions et aux vols. L’aide, quelque soit sa forme, et donc d’autant plus urgente.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un café. 😉

Sources : homelessplus.com / facebook.com