Ouverte en 2015, l’école de Bargai (Chhattisgarh), en Inde, a décidé de ne pas verser dans le schéma classique des droits d’inscription. Afin de permettre à chaque enfant de bénéficier d’une éducation, celle-ci a décidé d’adapter ses frais d’inscription de façon à avantager les élèves, mais aussi la planète. Pour obtenir à leurs chérubins une place sur les bancs de cette école, il est demandé aux parents de planter un arbre. Ou comment la poussée intellectuelle des uns permet la vie et la croissance des autres.

Un arbre pour entrer à l’école

Une école primaire de la province indienne de Chhattisgarh a trouvé un moyen unique de mobiliser parents et enfants autour de la conservation de la nature et de l’éducation. Pour la deuxième année, l’école du petit village de Bargai a demandé aux parents de payer les frais de scolarité relatifs à l’inscription de leurs enfants en plantant des arbres. Après une première année où les « frais » s’élevaient à un arbre par enfant, l’école a cette année augmenté ses « tarifs » à trois arbustes plantés et arrosés pour chacune des têtes blondes (plutôt brunes) inscrite sur ses listes. Mais attention, pour chaque élève inscrit, les familles de ceux-ci doivent veiller au bon développement de l’arbre, jusqu’à ce qu’il ait atteint maturité.

Image : José Morcillo Valenciano / Flickr CC BY 2.0

Si la première année a été marquée par quelques décès prématurés de végétaux ayant manqué d’attention, l’école exige aujourd’hui que chaque arbuste qui viendrait à mourir soit expressément remplacé. Une décision vouée à assurer la réussite de l’initiative, et à impliquer les parents dans le soin et la pérennité de ce qui constitue le droit d’accès de leurs enfants à une instruction. Et si les cas de négligence sont aujourd’hui assez rares, c’est aussi que l’école permet une alternative et un accès à l’éducation inédits dans cette région où très peu d’habitants ont bénéficié d’un enseignement formel. Comme le relève un magazine indien, la plupart des enfants de l’école de Bargai sont les premiers de leur famille à pouvoir profiter d’un environnement scolaire.

Une initiative qui porte ses fruits

Ouverte en juillet 2015, l’école demandait au départ aux parents de planter ces « frais de scolarité » un peu particuliers dans leur propre jardin. Aujourd’hui, les arbres sont plantés sur un terrain situé directement derrière l’école, ce qui facilite l’entretien, et permet aussi de se rendre compte plus facilement de l’envergure de cette forêt littéralement née du désir d’apprendre. « Jusqu’à présent, nous avons pu couvrir deux buttes entières avec tous les arbres que les parents veulent planter – des arbres à fruits, à fleurs, ou autres. » confient les instigateurs de l’initiative.

Étudiant / Image : shiksha.kuteer via facebook

Chaque jour, l’établissement très humble accueille désormais 35 jeunes élèves. Des enfants que l’école espère bien sensibiliser au respect de la nature, tout en leur permettant de bénéficier d’une éducation de qualité, prodiguée grâce à l’aide d’entrepreneurs et volontaires locaux. Les parents, quant à eux, semblent reconnaissants de pouvoir offrir à leurs enfants une éducation qui ne requiert pas un investissement financier supplémentaire qui impliquerait davantage de privations dans des régions frappées par la pauvreté.

Enfin, le projet s’inscrit également dans le souci de pallier à la déforestation qui touche la région et plus largement le pays. Une goutte d’eau, mais un début prometteur et inspirant dans un pays qui a vu la surface de ses forêts diminuer drastiquement au cours des siècles, certains avançant que les forêts indiennes auraient perdu près de la moitié de leur surface initiale avec l’urbanisation et l’industrialisation.


Sources : IBTimes.co.in / Asianage.com

Donation