Chili – En plein cœur du désert, sous un soleil de plomb, la culture résiste. Discret oasis culturel perdu dans un paysage lunaire, « La librairie du désert » est le fruit du rêve d’un homme de la région : Diego Alamos. Il nous a ouvert les portes de son paradis littéraire.

Dans le désert, la transition énergétique n’attend pas

C’est le désert le plus sec au monde, un joyau pour les photographes et les amateurs de terres reculées. Occupant 105.000 km2 (soit 3 fois la Belgique), certaines zones n’ont tout simplement jamais connu la pluie ! Et pourtant, le désert d’Atacama est une grande richesse du Chili et la vie s’y est joliment installée depuis des âges reculés démontrant sa capacité à résister et à s’adapter à tous les climats.

La région, truffée de minerais, est devenu un des moteurs économiques du pays. Mais son ciel d’un bleu quasiment vierge de tout nuage fait également la richesse des lieux. Un soleil de plomb cogne du matin au soir au point qu’une alerte UV est déclenchée de manière quasi permanente. Niveau 11 sur une échelle de 11 ! Il est d’ailleurs conseillé aux habitants d’éviter de sortir entre 11h et 16h ou, au moins, de rester à l’ombre… Ceci fait du soleil le « nouveau pétrole » du pays.

Photographies : Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Ces rayons éternels font aujourd’hui la richesse du « grand nord » chilien, des dizaines de fermes solaires ont poussé comme des champignons, des milliers de panneaux photovoltaïques (aujourd’hui recyclables à plus de 85%) qui font du Chili un champion de l’électricité verte. Le gouvernement chilien compte bien produire 20% d’électricité issue des énergies renouvelables (éolien et solaire) d’ici 7 ans et 70% d’ici 2050. Dans un passé proche, l’électricité a même été distribuée gratuitement aux consommateurs tellement la production d’énergie solaire était important. Et celle-ci continue de croître chaque jour.

Les habitants du coin sont donc fiers de leur ciel « le plus pur du monde » qui leur permet de s’engager sans attendre dans la transition énergétique. Mais ce n’est pas tout. Les nuits sans nuages et les vents favorables en font un des meilleurs lieux du monde pour l’observation des étoiles et de l’espace. De nombreux télescopes sont installés pour faire découvrir aux touristes les merveilles de la voie lactée, mais ce sont surtout les gigantesques observatoires qui témoignent de cet éclat stellaire : le radiotéléscope ALMA et l’observatoire européen austral (ESO) ont choisi Atacama pour s’installer.

Autre merveille de cette contrée à l’aridité inégalée : les peuples du désert ont cultivé la vie dans cet endroit austère. Les Atacamenos vivent ici depuis des milliers d’années, grâce aux techniques d’irrigation héritées de leurs ancêtres. Des techniques de survie bien nécessaires vu les conditions climatiques qui risquent malheureusement de s’exporter ailleurs dans le monde dans les années qui viennent.

Une librairie en plein désert pour cultiver le savoir

À Atacama, une bulle de culture est sortie du désert. Diego Alamos a réalisé son rêve, une folie pensaient certains : installer une librairie dans cet endroit coupé du monde. Des livres et une petite maison d’édition familiale pour les touristes de passage et, surtout, les habitants et les écrivains du nord du pays, isolés de l’urbanisation (et donc des grandes bibliothèques) au beau milieu du territoire le plus aride du monde.

Depuis tout petit, Diego est passionné par les livres. Sa mère était elle-même bibliothécaire. Après des études de philosophie à Santiago, il va ouvrir sa propre maison d’édition. Depuis 7 ans, sa famille s’est installée à San Pedro de Atacama où son épouse a un travail d’archéologue. L’idée d’une librairie locale va doucement émerger dans son esprit. Aucune raison que ce lieu isolé, et ceux qui y vivent, n’en bénéficient pas.

Cela fait un an que cette librairie toute particulière est ouverte. Elle est située au cœur de la nature, posée sur le sable du désert, loin de la frénésie du centre de San Pedro, première ville touristique du nord du Chili. Diego explique aimer vivre ici, dans sa propre oasis culturelle mais aussi naturelle. “Une double oasis: une oasis de la verdure et une oasis du livre”, nous confie-t-il. “La libreria del desierto” est la seule maison d’édition qui existe dans le nord et qui est spécialisée sur le nord du Chili avec des auteurs régionaux. C’est aussi la seule librairie à San Pedro de Atacama et l’unique librairie rurale de tout le pays.

“Chaque livre cherche son lecteur. nous avons tous un livre qui nous attend, mais il faut le chercher.”

Photographies : Pascale Sury pour Mr Mondialisation

On y trouve des livres de photographie, de philosophie, de sciences sociales, d’histoire, de poésie, d’astronomie, d’espagnol, une petite collection de livres en anglais et en français et des livres pour enfants. Le tout confiné dans un très petit espace en bois, avec la plus grande simplicité. Ici, la vie semble nécessairement plus lente et calme, suivant les rythmes de la nature aussi austère puisse-t-elle parfois être. La lecture approfondie se prête merveilleusement bien à la situation.

Non loin de là, San Pedro de Atacama reste une ville très cosmopolite. La population locale, de même que les voyageurs, ont besoin de mettre du sens dans leurs actes, estime Diego. Par le livre, il veut mettre les gens de différents horizons en relation et transmettre la culture aux différentes générations ! En complémentarité, une galerie d’art se situe non loin de la librairie, avec également un espace pour les écrivains qui pourraient être inspirés par cette nature, avec une vue sur le volcan Licancabur.

Diego et son projet se sont fait connaître par les réseaux sociaux, le bouche à oreille et par son ancien boulot à Santiago comme éditeur. Les curieux de passage, les amoureux des mots et les internautes donnent sens et vie à son projet, autant que les livres peuvent donner sens à nos vies. “Le livre est un moyen d’être en relation avec les autres”, explique Diego. Diego croit au pouvoir d’attraction des livres. “Chaque livre cherche son lecteur. Nous avons tous un livre qui nous attend mais il faut le chercher. C’est très important d’avoir de la culture par les livres ici dans la région. La culture doit être vivante et proche.”

– P. Sury

Photographie : Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉

Source : Entretien réalisé pour Mr Mondialisation. La Libreria del desierto – Ediciones del desierto – la librairie du désert – les Editions du désert – The Desert Bookstore. Diego Alamos – San Pedro de Atacama – Chile – www.libreriadeldesierto.cl