La spiruline française, ce super-aliment local et sain

Tous près de chez nous, pas loin de Bordeaux, Julie et Yann produisent une algue dont les principales caractéristiques ne cessent d’étonner à travers le monde. En effet, la spiruline porte en elle une très grande richesse en vitamines et en protéines. Par ailleurs, sa consommation régulière semble associée à des effets positifs pour la santé. Découverte de cette micro-algue et de son utilisation au cœur même de l’hexagone.

Les « superfoods » sont à la mode. Graines de chia, avocats, baies d’acaï… Elles suivent cette tendance à explorer de nouveaux modes de vie alternatifs. Malheureusement, ces aliments sont souvent produits bien loin du consommateur, leur bilan énergétique est contrasté et leurs bienfaits pour la santé doivent être nuancés. Pourtant, il existe toute une série d’aliments aux propriétés positives qui peuvent être produits de manière locale en France et à faible impact écologique. On pense au brocoli, aux graines de lin ou encore aux algues. La spiruline en fait partie. C’est dans cette production que se sont lancés Julie et Yann à l’origine du projet  » La Spiruline de Julie  »

Une production locale et artisanale

Julie et Yann viennent de lancer une toute jeune exploitation de cette algue et mettent en vente de la spiruline sous diverses formes depuis le printemps dernier. Il aura fallu de nombreuses années pour mener à bien ce projet. En effet, leur première récolte date de 2016, après cinq ans de recherche et d’expérimentation. Comme beaucoup d’autres personnes, ils ont découvert la spiruline par hasard sur internet « en cherchant une alternative à la viande ». Cette découverte les a tellement inspiré qu’ils ont décidé de devenir producteurs en France pour répondre localement à cette nouvelle demande. Aujourd’hui, la souche particulière qu’ils utilisent vient du Pérou. Elle porte le nom de son lieu d’origine, Paracas. Sa particularité est d’être ondulée et de ne pas avoir la forme d’une spirale, ce qui est pourtant généralement le cas pour cette algue.

Julie et Yann, qui sont adhérents de la Fédération des Spiruliniers de France, défendent le caractère artisanal de leur production et portent une attention particulière à leurs méthodes : l’eau des bassins est changée régulièrement, le taux de sel dans l’eau est fixé à 10 grammes par litre « comme dans la nature »… Yann indique : « je prends un réel plaisir à ce que je fais », alors qu’avant « je travaillais pour travailler ». A terme, l’objectif « est de pouvoir vivre correctement de la production de spiruline », même s’ils précisent que « l’important réside dans la qualité plus que dans la productivité ». Il faudra donc redoubler de travail, d’autant que leur souche de spiruline est particulièrement difficile à récolter. Aujourd’hui il existe environ 150 producteurs de spiruline en France explique Yann en toute transparence, avant d’ajouter : « En France, on consomme environ 200 tonnes de spiruline par an, mais une grande partie est importée » ce qui est problématique point de vue écologie.

Complément alimentaire ou condiment ?

Si on parle tant de la spiruline, c’est surtout en raison des nombreuses vertus que certains lui prêtent. Globalement, les vertus de la spiruline aident à adopter un régime alimentaire équilibré. L’une de ses principales qualités, c’est de contenir des protéines végétales hautement assimilables (60 % de protéines). Pour finir, cette cyanobactérie contient des acides gras essentiels : oméga 6, acide gamma-linolénique. Ainsi, Julie estime que la spiruline « augmente les défenses immunitaires et possède un fer bio-disponible; elle augmente les performances et la concentration ». Par ailleurs, elle est « antioxydante, détoxifiante, reminéralisante » explique-t-elle. Enfin, elle peut aider à lutter de manière naturelle contre certaines allergies ou l’eczéma.

De plus, avec la spiruline, il est possible de produire une très grande quantité d’éléments nutritifs essentiels sur un espace très réduit. Pas de produit miracle, donc, mais une aide bienvenue pour la recherche d’un nouvel équilibre alimentaire à l’impact environnemental limité. En pratique, il existe différentes manières de se servir de la spiruline, en fonction des besoins et des effets recherchés. Certains préconisent les cures au moment des changements de saison, pour renforcer les défenses immunitaires. Il est alors généralement conseillé d’en consommer une cuillère à café tous les matins pendant trois semaines. Mais Yann, qui en consomme de manière presque quotidienne, veut y voir plus qu’un simple complément alimentaire.

En effet, selon lui, la spiruline peut devenir un véritable condiment. Lui la consomme sur une « cracotte » accompagnée de chocolat. « Je suis accro », indique t-il. Mais les utilisations en cuisine sont infinies. Ainsi, la spiruline peut être intégrée dans des recettes variées, d’autant plus que son gout légèrement salé est passe-partout. Internet regorge de recettes de smoothies sur base d’épinard et dont la spiruline est l’un des ingrédients. Julie propose quant à elle une tapenade faite d’olives, de câpres et de spiruline. De quoi franchement donner envie d’y goutter !

Julie et Yann