Alors que la consommation d’eau du robinet est en baisse depuis une quinzaine d’années, de plus en plus de Français achètent de l’eau en bouteille. Pourtant, cette méfiance envers l’eau du robinet serait infondée selon une nouvelle étude publiée par l’Institut de la santé mondiale de Barcelone, qui montre que la consommation d’eau en bouteille serait plus nocive pour l’environnement, ainsi que pour la santé humaine. Explications.

Boire de l’eau du robinet ou privilégier l’eau en bouteille ? Cette question se pose dans les foyers du monde entier depuis bien longtemps. Entre méfiance envers l’eau du robinet et conscience écologique, les avis sont partagés. En juillet dernier, l’Institut de la santé mondiale de Barcelone (ISGlobal) a publié une nouvelle étude dans la revue scientifique Science of the Total Environment, et les experts sont formels : la consommation d’eau en bouteille serait plus nocive pour l’environnement et pour la santé humaine.

La nouvelle étude publiée par ces scientifiques a été menée à Barcelone, dans la capitale de la Catalogne en Espagne, où 1,6 million d’habitants consomment régulièrement de l’eau en bouteille. Les scientifiques ont mené des analyses sur la composition des eaux locales, en comparant l’eau en bouteille, l’eau du robinet et l’eau du robinet filtrée.

Ils ont également analysé l’impact d’une bouteille en plastique sur l’environnement, en étudiant la durée de vie de la bouteille, ainsi que sa fabrication, son transport, sa distribution et son utilisation. Puis, l’extraction des matières premières nécessaires au remplissage des bouteilles en plastique a également été examiné.

Enfin, les chercheurs ont recréé plusieurs scénarios dans la ville de Barcelone : la situation actuelle a été comparée avec un passage complet à l’eau du robinet, à l’eau en bouteille puis à l’eau du robinet filtrée.

Selon les résultats de ces nombreuses analyses, boire de l’eau en bouteille aurait des conséquences négatives manifestes sur notre santé et sur l’environnement. Explications.

L’eau du robinet serait meilleure pour la santé

En 2019, une étude américaine publiée dans la revue Heliyon mettait en garde la population sur les dangers potentiels liés à la consommation d’eau provenant du robinet. En effet, aux États-Unis, celle-ci serait plus susceptible de provoquer des cancers que l’eau en bouteille, car elle contiendrait des traces de produits désinfectants et radioactifs.

« L’immense majorité des systèmes d’eau courante respecte les doses légales. Cependant, cette étude nous montre que les contaminants présents dans l’eau à des concentrations parfaitement légales peuvent impacter négativement la santé humaine », a affirmé le docteur Olga Naidenko, auteure de l’étude américaine.

Contrairement à l’eau en bouteille, l’eau du robinet est meilleure pour la santé car elle contient moins de particules de plastique. Source : pixabay.com ; Crédit : Pixabay

Ainsi, de plus en plus de personnes ont développé une méfiance envers l’eau du robinet et se sont mis à préférer consommer de l’eau en bouteille, qu’ils jugent plus pure. Cependant, les scientifiques de l’Institut de la santé mondiale de Barcelone soutiennent aujourd’hui que le risque de développer un cancer en buvant de l’eau du robinet est très faible comparé au risque d’impacter l’environnement.

« S’il est vrai que l’eau du robinet peut contenir des trialométhanes (THM) issus du processus de désinfestation et que les THM sont associés au cancer de la vessie, notre étude montre qu’en raison de la grande qualité de l’eau du robinet à Barcelone, le risque pour la santé est faible, surtout si l’on tient compte de l’impact global de l’eau en bouteille », a déclaré Cristina Villanueva, auteure de l’étude. Une qualité très similaire aux eaux disponibles en Europe et en France.

De plus, depuis le 3 novembre 1998, l’Union Européenne suit une réglementation stricte sur le processus du traitement de l’eau potable. Ainsi, les risques de développer un cancer ou tout autre problème de santé en consommant de l’eau du robinet restent infiniment faibles. Des problématiques bien plus concrètes et alarmantes devraient nous inquiéter, comme la qualité de l’air où encore la présence de particules de plastique l’alimentation industrielle. La peur développée contre l’eau du robinet semble alors bien incohérente au regard des risques connus.

Des particules de plastique dans l’eau en bouteille

Selon l’étude menée à Barcelone, l’eau du robinet serait également mieux contrôlée que l’eau des entreprises privées sous plastique. Tandis que les fournisseurs d’eau en bouteille soutiennent que leur eau est plus pure car prise directement à la source, les scientifiques remettent en question cet argument avant tout marketing. En effet, l’eau du robinet contiendrait moins de particules nocives pour la santé, comme les particules de plastique présentes dans les bouteilles d’eau.

« Il faut privilégier l’eau du robinet, qui est la plus contrôlée au monde. Dans l’eau du robinet, on aura enlevé toutes les impuretés et les bactéries, alors que l’eau en bouteille n’a strictement aucun intérêt sur le plan de la santé. La majorité des eaux minérales en bouteille n’ont aucun minéraux », a affirmé Gilbert Deray, chef du service néphrologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

En mars 2018, des chercheurs ont publié sur étude sur la plateforme Orb Media pour montrer les résultats de leurs analyses sur l’eau en bouteille. Pour leurs recherches, les scientifiques ont testé plus de 250 bouteilles d’eau dans neuf pays du monde. Au total, 93% d’entre elles contiendraient des particules de plastique, dont les potentiels dangers sur la santé humaine restent encore méconnus et peu étudiés. Ces particules de plastique sont également présentes dans l’eau du robinet, mais en quantités beaucoup moins nombreuses.

L’eau en bouteille nocive pour l’environnement

Si l’eau en bouteille peut soulever des questions sur la santé humaine, elle pose avant tout un problème pour l’environnement. En effet, l’étude de l’ISGlobal atteste que la consommation d’eau en bouteille aurait un impact environnemental 3 500 fois supérieur à celle du robinet, et les écosystèmes seraient 1 400 fois plus impactés. La consommation d’eau en bouteille est principalement nocive pour l’environnement car elle engendre l’extraction des matières premières, dont le coût reviendrait à 84 millions de dollars par an.

De plus, les bouteilles en plastique sont encore trop souvent abandonnées dans la nature après leur utilisation. Même quand ces bouteilles sont récupérées et triées, une partie d’entre elles terminent tout de même en mer ou en décharge comme l’exposent les observations. Le recyclage externalisé est devenu une source de pollution comme une autre. En moyenne, on estime que 90 milliards de bouteilles en plastique sont laissées dans la nature chaque année.

« Dans l’eau du robinet, vous avez en moyenne 80 milligrammes de calcium par litre, ce qui est tout à fait recommandé pour la santé. De plus, on considère qu’à peu près 90 milliards de bouteilles en plastique sont fabriquées chaque année pour l’eau, ce qui veut donc dire 90 milliards de bouteilles qui se retrouvent dans la nature. Il faut 500 ans pour dégrader une bouteille en plastique. Le plastique, c’est le déchet le plus important, c’est ce qui va détruire notre planète », a rappelé Gilbert Deray.

Chaque année, 90 milliards de bouteilles en plastique sont abandonnées dans la nature. Source : pixabay.com ; Crédit : Pixabay

Cet abandon massif de bouteilles en plastique est l’une des principales causes de la pollution dans les océans. Selon une étude publiée le 24 avril 2020 dans la revue Nature Communications, une grande quantité de microplastiques seraient aujourd’hui présents dans tous les océans, dont l’océan Arctique.

« Le nombre de particules enfermées dans la glace de l’Arctique était jusqu’à trois ordres de grandeur plus élevé que celui rapporté dans une étude précédente », s’alarment les chercheurs de l’Institut Alfred-Wegener pour la recherche polaire et marine, qui ont dirigé l’étude.

Malgré cette nouvelle étude alarmante publiée par l’ISGlobal, de plus en plus de Français privilégient l’eau en bouteille, et la consommation d’eau du robinet est encore en baisse. Selon des chiffres récoltés par l’Observatoire SISPCA et le Centre d’information sur l’eau, un Français consomme en moyenne 148 litres d’eau du robinet par jour, contre 165 litres en 2004. Nous avançons à contre-sens au pire moment possible.

Mais alors quel comportement adopter devant ces nouvelles données ? Selon Cathryn Tonne, co-autrice de l’étude de l’ISGlobal, « boire de l’eau du robinet filtrée serait la meilleure solution pour protéger sa santé et l’environnement. » Il n’y a aujourd’hui plus de doute sur la question. L’eau du robinet, filtrée ou pas, reste dans la majorité des cas – sauf incident technique local – le meilleur moyen de se désaltérer en générant le moins de pollution possible.

Lisa Guinot

Ressources bibliographiques

Lien de l’étude principale : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969721039565#bb0120

Lien de l’étude américaine sur le lien entre le cancer et l’eau du robinet : https://www.cell.com/heliyon/fulltext/S2405-8440(19)35974-2

Lien vers la réglementation de l’UE sur le traitement de l’eau potable : https://www.lenntech.fr/applications/potable/normes/normes-ue-eau-potable.htm

Lien de l’étude sur la pollution plastique dans les océans :
https://www.nature.com/articles/d41586-018-04967-8

Lien vers les chiffres sur la consommation d’eau des Français : https://www.planetoscope.com/consommation-eau/243-.html


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation