« L’école du ciel » : traversée spectaculaire des Pyrénées en parapente

Pendant 28 jours et en autonomie, trois amis ont traversé les Pyrénées en parapente, depuis la mer Méditerranée jusqu’à l’Atlantique, gravissant à pied les montagnes depuis lesquelles ils sautent pour avancer. De retour de leur aventure, ils nous racontent leur expérience unique dans le film L’école du ciel qui sera diffusé à partir de la prochaine rentrée. Ensemble, Brian Mathé, Morgan Monchaud, Siphay Vera et Olivier Peyre prennent de la hauteur et se questionnent sur le sens du mot « liberté » tout en nous rappelant qu’il existe en France des paysages spectaculaires. Le projet est porté, par l’association Solidream, consacrée au voyage et qui prône le respect des valeurs écologiques, pédagogiques et sportives. 

Mr Mondialisation : Bonjour Morgan, pouvez m’expliquer ce qu’est Solidream ?

Morgan : Solidream, c’est un projet de trois amis qui a débuté par un tour du monde à vélo de trois ans, de 2010 à 2013. Depuis, nous médiatisons nos aventures et souhaitons ainsi défendre la possibilité de rêver, de se lancer des défis. Nous partageons nos voyages avec le public sous la forme de récits, de films et d’expositions photographiques.

Mr Mondialisation : Vous lancez à la rentrée prochaine la diffusion de votre dernier défi, la traversée des Pyrénées en parapente. Quelles étaient les difficultés à surmonter ?

Morgan : La principale difficulté réside dans l’analyse des conditions météorologiques car une fois en l’air on ne peut pas appuyer sur pause et revenir en arrière. Avant de décoller il faut être certain que les conditions sont sûres et ceci n’est pas évident, surtout lorsqu’on débute dans l’activité – nous n’avions qu’une quarantaine de vols à notre actif. Il y a aussi une autre difficulté qui consiste à avancer dans l’inconnu sans savoir exactement à quoi va ressembler l’atterrissage (on étudie les cartes avant, mais parfois le terrain réserve des surprises). Enfin, il ne faut pas oublier qu’on marche beaucoup, notamment pour grimper les sommets depuis lesquels nous voulions décoller. Et pendant ces 28 jours nous étions en autonomie totale avec pour seul guide le ciel et ses humeurs ! Grâce à l’intelligence collective, nous avons pourtant réussi à atteindre notre objectif.

Crédit image : Solidream

Mr Mondialisation : Quel matériel transportiez-vous ?

Morgan : Nous transportions bien entendu le parapente et le parachute de secours ainsi que tout le matériel nécessaire au bivouac. Nous sommes cependant restés très minimaliste. Pas de tente, mais un tarp (une simple toile servant de protection contre les intempéries. ndlr), pas de duvet, mais un pied d’éléphant de 200g et une doudoune bien chaude, pas de réchaud à gaz, mais la cuisine au feu de bois. Le matériel vidéo et photo était encombrant mais nécessaire pour faire un beau film. Enfin pour manger nous faisions germer des graines (lentilles, quinoa, sarrasin,  …) sur nos sacs à dos et mélangions ceci avec des épices, du riz et des fruits secs / fruits à coque.

Mr Mondialisation : Peut-on vraiment concilier défi sportif et frugalité ?

Morgan : Généralement, dans des expéditions aventureuses, le poids est une véritable contrainte. Pour cette raison, la frugalité, si elle est adaptée à la situation, peut être une excellente option. En ce qui nous concerne, depuis quelques années déjà, nous attachons beaucoup plus d’importance à la qualité de notre alimentation et ceci nous permet de porter moins de nourriture (en poids) dans nos sacs à dos, de manger des plus petites quantités et d’avoir encore plus d’énergie !

Crédit image : Solidream

Mr Mondialisation : Pourquoi mettre en avant le « voyager autrement » ?

Morgan : En réalité nous ne cherchons pas à montrer le « voyager autrement » mais partageons les manières de voyager qui nous rendent heureux. Si de cette façon nous pouvons inspirer des gens à trouver leur voie, alors notre mission est accomplie. Ce qui caractérise nos voyages c’est plutôt la recherche d’autonomie, où la prise de risque nous rapproche de nos responsabilités. En étant plus responsables, comme le capitaine aux commandes de son bateau, nous nous sentons finalement plus libres.

Mr Mondialisation : Quels est votre moins bon souvenir de ces semaines à traverser les Pyrénées ?

Morgan : Souvent les mauvais épisodes se transforment en de bons souvenirs. Je me souviens d’une fin d’après-midi où, arrivés au sommet d’une montagne, nous avons décidé de ne pas décoller (car la masse d’air nous paraissait dangereuse). Nous avons été obligés de redescendre à pied, principalement de nuit, pour trouver de l’eau. Le terrain était glissant, nous sommes tous tombés à plusieurs reprises. Ça a été dur !

Mr Mondialisation : Et le meilleur ?

Morgan : Suite à un atterrissage un peu musclé nous avons été contraints de prendre quelques jours pour se reposer dans une vallée. Pendant ce séjour imprévu, nous avons rencontré un jeune émigré béninois qui a accepté de partager avec nous son histoire, depuis le Bénin jusqu’à Calais, en passant par la Libye, la mer Méditerranée… Le choc provoqué par ce témoignage nous a bouleversé dans un premier temps ; mais c’est devenu une leçon de vie qui, je crois, nous a plus appris que la traversée des Pyrénées en elle-même.

Crédit image : Solidream

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉