Découvrez le nouveau film de Pierre Carles en accès libre, avec la collaboration de Nina Faure et Aurore Van Opstal : « OPÉRATION CORREA – 1re partie : Les ânes ont soif ». En novembre 2013, le président équatorien Rafael Correa était en visite officielle en France. Le 6 novembre 2013, il donna une conférence à la Sorbonne pour décrire le modèle économique en train de se développer dans son pays, en rupture complète avec les dogmes néolibéraux et les mesures d’austérité imposées par le FMI. Dans le premier épisode de sa saga « OPÉRATION CORREA », Pierre Carles tente de percer les mystères du « miracle équatorien » et de comprendre pourquoi la visite officielle et la conférence du président socialiste furent ignorées de la quasi-totalité des médias français.

Économiste de formation, Rafael Correa a étudié en Belgique et aux États-Unis et dirige l’Équateur depuis 2007. Parfaitement francophone, sa conférence à la Sorbonne fut couverte par seulement deux journaux, Le Monde diplomatique et L’Humanité, quand tout autre Président en visite officielle, notamment européen, américain ou chinois, rameute des dizaines des médias.

Pour tenter de comprendre ce boycott, voici une phrase prononcée par Rafael Correa lors de sa conférence, lorsqu’il explique comment l’Équateur a procédé pour faire baisser la pauvreté, les inégalités, le chômage et la dette tout en relançant sa croissance  : « Nous avons fait exactement le contraire de ce que disait l’économie orthodoxe, de ce que disait le FMI et de ce que, lamentablement, est en train de faire l’Espagne et l’Europe pour affronter la crise avec pour résultat de l’amplifier ».

ope1 ope2

Dans son film, Pierre Carles part à la découverte d’un homme, pourtant formé à l’économie « traditionnelle » occidentale, qui a décidé de battre en brèche le célèbre « There Is No Alternative » [il n’y a pas d’alternative] à la mondialisation capitaliste et aux mesures d’austérité. Résultats : le taux de chômage de l’Équateur est aujourd’hui de 4 %, sa dette publique représente 21% de son PIB et le taux d’extrême pauvreté est passé de 16,9 % à 8,6 %.

Parmi les questions posées par le film : Pourquoi Le Monde Diplomatique, l’un des rares journaux à s’intéresser à Rafael Correa, mais surtout, le journal français le plus vendu à l’étranger, n’est-il jamais cité dans les revues de presse des grands médias ? Réponse méprisante face caméra de Ivan Levaï, alors en charge de la revue de presse de France Inter : « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif »… Comprenez, bas peuple : le libéralisme est la norme, sacré et intouchable, et « il n’y a pas d’alternative ». Et ne lui parlez pas de Rafael Correa et de la réussite socio-économique de sa politique de gauche, il risquerait de s’énerver…

correa

Dans les prochains épisodes de cette saga, l’équipe de Pierre Carles partira enquêter sur place, en Équateur, afin de percer les mystères et les zones d’ombre de ce « miracle économique ».

Pas de coupes dans les dépenses publiques, mais des programmes de redistribution qui ont fait chuter le taux d’extrême pauvreté de 16,9 % à 8,6 % au cours des six dernières années. Pas de dépouillement des droits sociaux par un patronat tout-puissant, mais des investissements publics dans les infrastructures et un taux de croissance (4,5 %) parmi les plus élevés d’Amérique latine. Tout n’est pas rose dans le bilan de Rafael Correa, mais au moins le président équatorien représente-t-il une preuve bien vivante que la politique du bulldozer contre les pauvres adoptée en Europe n’est pas nécessairement la seule envisageable.

– CP-productions

 Opération


Source : monde-diplomatique.fr

Production : CP-productions