Vous pensiez être au bout de vos surprises concernant la nature humaine ? L’histoire de ce chasseur Texan va vous faire reconsidérer la question.

Croissance, business et espèces rares

Colère des ONG environnementalistes ce vendredi 27 mars alors que le gouvernement américain vient de lever tout obstacles qui empêchaient jusqu’ici Corey Knowlton d’aller tuer « son » rhinocéros noir. Début 2014, le texan va remporter un « permis de tuer » un des 1800 rhinocéros noir encore en vie sur les terres de Namibie.

L’américain va débourser la bagatelle de 350 000 dollars (256 000 euros) pour avoir le droit de chasser l’animal pourtant menacé d’extinction. Selon l’organisateur du club de chasse à l’origine du scandale, cette somme est destinée à la préservation des rhinocéros, avec l’aval des autorités Namibiennes. Une pétition ayant recueilli près de 152 000 signatures s’opposait en force à ce caprice de riche sous couvert d’écologie, sans succès.

En effet, les chasseurs justifient leur acte à la fois par un grossier chantage financier, mais également par le fait, selon eux, que le rhinocéros noir adulte est très agressif envers ses congénères. Il leur arriverait de tuer les plus jeunes. Ainsi, le club texan estime nécessaire de tuer des rhinocéros pour les protéger (…). Dernier argument, la croissance du pays, jugée ralentie par ces animaux et le danger qu’il représenterait, selon les chasseurs, pour les locaux.

Diceros_bicornis_(Etosha)Un très méchant rhinocéros noir qui attaque son petit (ironie). Source : wikimédia

Enchère sur la vie animale ?

Ces animaux ne contribuent plus à la croissance de la population et, par beaucoup d’aspects, ils nuisent à la croissance de la population. » avait estimé Ben Carter, directeur général du club. Les animaux sont ainsi priés de faire de la place à l’activité humaine. En janvier 2015, le Dallas Safari Club s’était déjà fait remarquer en délivrant un permis de tuer un éléphant africain pour 20 000 dollars. Les sommes délivrées à divers fonds de protection doivent servir à équiper les patrouilles anti-braconnage. On comprend tout l’intérêt des chasseurs richissimes d’empêcher l’extinction de leur principale source d’amusement et de business. Une situation d’un cynisme déconcertant.

« S’il existe des multimillionnaires prêts à sauver les rhinocéros, ils n’ont qu’à donner leur argent pour aider à les préserver. Et ils n’ont aucunement besoin d’accompagner leurs virements d’une balle de fusil » avait déclaré Wayne Pacelle, le président de la Humane Society, au regard de cette mascarade.

Après pratiquement 3 ans de procédure, Corey Knowlton devrait prochainement se rendre en Namibie pour tuer légalement son rhinocéros sous les yeux du monde entier. Sauf si les plaintes des ONG comme Peta sont entendues d’ici là. Rappelons que le rhinocéros noir, l’une des sous-espèces de rhinocéros africain, est considéré comme en « grand danger » d’extinction, selon la liste rouge des espèces menacées.


Source : 1 / 2

Donation