Saviez-vous qu’il y a 14 ans, dans une petite ville d’Inde, un accident industriel éclatait dans une usine d’Unilever faisant 45 morts dont 12 enfants  ? Sofia Ashraf, une jeune indienne de 27 ans, est bien décidée à faire connaître au monde entier cette tragédie dont les conséquences sont toujours visibles aujourd’hui.

On ne parle que d’elle depuis ces derniers jours, Sofia Ashraf est une rappeuse indienne engagée contre les exactions des multinationales et plus précisément celle qui a défiguré sa ville quand elle était enfant. Dans sa ligne de mire, le géant Unilever mis en cause dans une contamination au mercure de la ville de Kodaikanal et son environnement local, il y a 14 ans. À l’origine du drame, un accident dans une usine de la firme qui fabriquait des thermomètres. Dans son clip dévoilé le 30 juillet dernier, la jeune indienne ne manque aucune occasion pour faire la leçon à Unilever (également un très grand consommateur d’huile de palme à l’origine de la déforestation) afin de mettre la lumière sur une catastrophe industrielle pratiquement ignorée de tous en dehors de l’Inde et dont les conséquences se feraient toujours ressentir sur place.

En effet, Unilever a quitté le site après l’incident, sans pouvoir assainir entièrement les lieux de son mercure. À savoir que ce métal liquide représente un important danger pour l’environnement et l’Homme. Il s’infiltre dans la nature et vient à se concentrer particulièrement dans les chairs des poissons. En raison de la consommation de poissons contaminés, près de 50 millions de personnes dans le monde sont intoxiquées par le mercure. Sur place, le scandale aurait fait 45 morts dont 12 enfants mais Unilever n’aurait jamais dédommagé les familles des victimes, comme l’explique le journal New Indian Express.

Le clip de Sofia, reprise de “Anaconda” de Nicki Minaj, fut réalisé en soutien à une pétition lancée par l’ONG Jhatkaa qui réclame à la multinationale tentaculaire, regroupant notamment Knorr, Ben & Jerry’s, Lipton, Amora, Axe, Cif, Omo, Monsavon, Cajoline et d’autres… de prendre ses responsabilités. Mais la jeune rappeuse n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle s’était déjà exprimée sur le tristement célèbre cas de Bhopal (1984), autre accident industriel emportant 20 à 25 000 personnes…

Face à l’ampleur que prend l’action de Sofia, Unilever va finir par répondre au rapport 2015 de l’ONG Community Environmental Monitoring qui a constaté “des niveaux élevés de mercure toxique dans la végétation et les sédiments recueillis dans le voisinage” de l’usine. Selon la multinationale, ces conclusions ne corroborent pas les résultats des tests réalisés par ses experts indépendants… Circulez, il n’y a rien à voir.

La pétition : jhatkaa.org/unilever/


Source : tempsreel.nouvelobs.com / konbini.com / vedura.fr

Donation