Cette tour écologique transforme l’air en eau potable !

C’est en Éthiopie que la première Warka a vu le jour ! Et c’est une révolution concrète pour certaines populations. Cette tour est destinée à pourvoir en eau consommable des populations rurales éloignées de sources potables à l’aide d’un simple système recueillant l’humidité de l’air. Alors que plus du tiers de l’humanité consommerait quotidiennement une eau dangereuse, elle pourrait préserver de nombreuses communautés rurales de la planète en sauvant des vies.

D’après un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé paru en 2013, ce ne sont pas moins de 2,4 milliards de personnes qui seraient privés d’eau potable saine et 1,8 milliard de personnes consommeraient même une eau dangereuse pour leur santé. En Éthiopie, où la pauvreté est toujours rampante, seuls 34% de la population rurale aurait accès à l’eau potable. En réponse à cette situation que l’architecte italien Arturo Vittori, du studio Architecture and Vision, a conçu une tour destinée à capter l’humidité et stocker l’eau de pluie, de brume et de rosée. Alors que « Warka » n’était qu’un concept il y a quelques mois, le système est aujourd’hui éprouvé et fonctionnel.

06_warka_water

La structure est haute, élancée et, on doit l’admettre, est loin de manquer de charme. Entièrement conçue en bambou et en bio-plastique (des matériaux biodégradables et recyclables issus de la nature), la structure est recouverte de tissus dont le maillage d’une extrême finesse permet de recueillir l’humidité de l’air. Concrètement, le phénomène est similaire à la rosée du matin. Les fines gouttelettes qui se forment dans les mailles du textile finissent par se rassembler et couler dans un réservoir central. Il est ainsi possible de capter jusqu’à 100 litres d’eau par jour ! Avec un poids maximum d’une soixantaine de kilos, la tour peut être construite localement en 4 jours par 6 personnes.

02_warka_water

03_warka_water

C’est à Dorzé, au sud de l’Éthiopie, qu’a été installée la toute première tour de ce type, nommée « Warka » d’après le nom du figuier dans l’ombre duquel se rassemblent les communautés, un arbre important dans la culture et l’écosystème éthiopiens. L’objectif, que devraient faciliter le coût modéré de la structure (il ne devrait pas excéder les 1000 dollars) et sa constructibilité aisée, est d’en installer de nombreux modèles à travers le monde, en particulier dans les zones rurales où manquent les sources d’eau potable. On soulignera notamment que cet accès à l’eau permet d’irriguer des petites récoltes localement, entrainant un effet positif indirect sur la malnutrition.

Suite à cette première réussite, d’autres modèles ont déjà été installés au Liban et en Italie. Preuve, s’il en était, de l’ingéniosité du système, l’invention a récemment remporté le prix mondial du design à « impact » environnemental 2015-2016 (World Design Impact Prize). À ce jour, le groupe Warka Water tente de récolter des dons pour étendre leur solution sur le terrain en Éthiopie et ailleurs.

01_warka_water

05_warka_water


Sources : Warka Water / MyModernMet.com / World Design Impact Prize / Architecture and Vision / Ressources-et-Environnement.com.