La consommation d’algues est, depuis des millénaires, une tradition ancrée en Asie. Cultiver des algues alimentaires a non seulement des avantages nutritifs, mais aussi des effets positifs sur l’écosystème marin. Or, cette activité n’est que peu développée en France… où il n’est pas vraiment commun d’ajouter des algues dans son assiette. Hélène Jouannet et Tanguy Gauvin, seuls « algoculteurs » de Charente Maritime et conscients de tous les bienfaits des algues, ont décidé de renverser cette tendance en France. Découverte.

Les algues sont les uniques ressources alimentaires à avoir un impact neutre. Contrairement à la pêche, dont l’impact écologique est considérable, la culture et la récolte de certaines espèces d’algues dans leur milieu sauvage est respectueuse de l’écosystème marin. Et, en plus d’être saine pour l’environnement, l’activité développée par le couple d’algoculteurs a des conséquences positives sur l’environnement et met en valeur les bienfaits nutritifs de la consommation d’algues. « Les Algues de l’île de Ré », idée née en 2014, va avoir pour ambition de redynamiser les colonies d’algues endémiques du littoral de l’Ile de Ré et de sensibiliser le public aux bienfaits des algues autant sur le plan écologique qu’alimentaire. Leur motivation au quotidien se résume ainsi : « L’océan est notre avenir, protégeons le ensemble ».

Hélène et Tanguy, seuls algoculteurs de Charente-Maritime. Crédit photo : @lesalguesdeliledere

Tanguy et Hélène, ou les « jardiniers de la mer »

La méthode de production est entièrement naturelle. Toute l’année, Hélène, Tanguy et leur équipe récoltent les diverses algues sauvages sur huit zones de pêches ; lesquelles sont situées au nord de l’île de Ré et dans les marais salants abandonnés qu’ils ont réhabilités. Les algues sont ensuite plongées dans des bains d’eau fraîche, rincées et égouttées avant de rejoindre la serre de déshydratation où elles sont séchées à basse température. En moins de 24h, afin de garder toutes leurs saveurs et qualités nutritives, elles sont ensuite broyées en paillettes et conditionnées.

Les trois étapes de production en images : récolte à la main, lavage et déshydratation. Crédit photo : @lesalguesdelilere

Respectueux de l’environnement aquatique, leur mode de production obéit aux principes de la gestion durable de la ressource. Le couple est d’ailleurs en voie pour obtenir la certification bio de leur activité, puisqu’elle respecte les deux critères que sont la qualité de l’eau et d’évolution de la qualité de l’eau. Or, cette qualité est le fruit d’un travail constant, acharné et passionné. Au bout de trois ans, sans aucune rémunération, le travail a porté ses fruits : les colonies d’algues sauvages endémiques qui tendaient à disparaître sont désormais en hausse. La qualité de l’eau a également augmenté de manière significative.

Crédit photo : @elvisbtr

Or, bien au-delà de ce qu’ils nomment le métier de « jardiniers de la Mer », le processus de rinçage et de séchage naturel qu’ils ont développé fait du couple d’algoculteurs des jardiniers exemplaires ; puisque attentifs au respect des saveurs naturelles et qualités nutritives des algues alimentaires. Inscrite dans une logique d’économie circulaire et de développement durable, l’activité présente d’ailleurs un bilan carbone irréprochable.

Quels bienfaits pour l’environnement ? 

Ces végétaux marins ont un champ d’action écologique très vaste. En effet, quand on évoque les forêts comme source d’absorption du carbone émis par notre planète, on oublie bien souvent de penser aux forêts aquatiques. C’est la combinaison des forêts terrestres ET aquatiques qui régule la quantité de carbone présente dans l’air. Or, les algues ont bien d’autres atouts supplémentaires ! Elles constituent la base de toute la chaîne alimentaire marine, en nourrissant la microfaune, et servent d’abri et de nurseries pour de nombreuses espèces de l’écosystème marin (poissons, crabes, crevettes, homards, entre autres). Aussi, en peuplant les eaux peu profondes du littoral, les algues permettent de lutter contre l’érosion des plages puisqu’elles amortissent les vagues lors des gros coups de vent ou des tempêtes.

Le jardin des algoculteurs, à perte de vue. Crédit photo : @elvisbtr

Ayant conscience du rôle majeur des algues pour la préservation des océans et littoraux, Tanguy et Hélène ont alors souhaité re-dynamiser les colonies d’algues endémiques de l’Ile de Ré. Le principe est simple : prélever les algues dans l’océan favorise leur multiplication. En coupant avec précaution le plant arrivé à maturité, ce dernier libère des spores qui vont coloniser le milieu et ainsi permettre de relancer la pousse des algues naturellement.

« Le fait de les couper plutôt que de les arracher, revient à les entretenir, comme on entretiendrait un rosier, c’est de la botanique maritime. »

Crédit photo : @lesalguesdelilere

Ils ont fait le choix de botaniser la ressource existante en milieu sauvage, quitte à en supporter le coût humain et matériel, plutôt que le faire de la culture en milieu ouvert ; ce qui aurait sans aucun doute modifié le milieu naturel, le biotope et les écosystèmes naturels. Aussi, les deux algoculteurs ont initié la réhabilitation de plusieurs hectares de marais salants à l’abandon pour la culture des algues saisonnières. Ainsi, grâce au travail du couple et de leur équipe Algorythme, on observe un retour positif de la biodiversité de la flore marine sur le territoire local (alors que cette même population d’algues avait disparu à plus de 90% lors des 50 dernières années).

Des bienfaits nutritifs avérés

Au Japon, manger des algues comestibles est chose commune, c’est même souvent quotidien et sous diverses formes de conditionnement. Un visiteur oubliera d’ailleurs rapidement qu’il s’agit d’algues tant celles-ci se confondent avec l’alimentation générale. La consommation annuelle d’algues sèches y est estimée entre 1,5 kg et 2,5 kg par personne ! Pourquoi tant d’engouement pour les algues ? En plus du goût, elles sont de véritables bombes énergétiques naturelles.

En effet, ces « légumes marins » sont des sources incroyables d’éléments vitaux et de protéines. Entre autres, les algues sont très riches en vitamines B1.2.6.9.12, C, D, Z, E, en minéraux et oligo-éléments. Or, les algues ne se limitent pas aux feuilles nori dans les makis japonais ! Tanguy et Hélène vendent au total 6 types d’algues : la laitue de mer, l’aonori, le nori, le wakamé, le chondus crispus et les fucus. Chaque algue possède des propriétés particulières, mais aussi des saveurs singulières. Au-delà de leurs avantages en termes nutritionnels, elles ouvrent un grand éventail de nouvelles saveurs culinaires, que le couple n’hésite pas à mettre en avant et expliquer à leurs acheteurs.

Et si on cuisinait un tartare d’algues à l’apéro ? Crédit photo : lesalguesdelilederé.com

Pour donner une idée concrète de ces bienfaits, prenons l’exemple du nori et de la laitue de mer. La première, le nori, contient 30 % de plus de protéines (l’algue sèche est composée à 48% de protéines) que la viande, dix fois plus de calcium que le lait, de la B12 … et bien d’autres nutriments. Elle est notamment utilisée dans la cuisine japonaise pour son léger goût iodé. Quant à la seconde, la laitue de mer, elle est source d’acides gras polyinsaturés, oméga-3 et oméga-6 en plus d’être une très bonne source de calcium, vitamines A et C, fer et magnésium. À terme de comparaison, elle est huit fois plus énergisante que l’orange ! Son goût, proche de l’épinard ou l’oseille, se prête à merveille aux potages ou omelettes.

La laitue de mer. Crédit photo : @lesalguesdeliledere
Le nori. Crédit photo : @lesalguesdeliledere

Les « Algues de l’île de Ré », vendues en paillettes, sont très faciles à cuisiner ! Après réhydratation dans des sauces ou marinades, ou seulement saupoudrées sur un plat, elles laissent place à la créativité et à l’imagination.

« Notre activité n’est pas à forte valeur ajoutée économique mais bien à forte valeur ajoutée humaine et environnementale. »

Ce qui est intéressant avec Algorythme, la start-up de Tanguy et Hélène créée en 2016, ce sont aussi leurs valeurs. Les algoculteurs sont d’abord intéressés par la valeur ajoutée humaine et environnementale de leur activité, et non pas économique. Cette vision de l’entrepreneuriat va à contre-courant des préoccupations de la majorité des entreprises : économies d’échelle, profit, croissance économique… Le fait qu’ils aient travaillé sans relâche, pendant trois ans (la start-up est née deux ans après qu’ils aient commencé leur travail sur le milieu), pour développer leur activité sans aucune rémunération reflète un autre état d’esprit. Et leur travail a finalement porté ses fruits ! Désormais, le littoral est de nouveau botanisé et le cercle vertueux de l’écosystème marin de l’Ile de Ré se rétablit peu à peu. Et cela, sans avoir cherché à modifier le milieu naturel ! C’est la persévérance de leur travail, sur le milieu sauvage, qui a permis d’augmenter la couverture d’algues sur l’île.

C’est pour cela que la « société civile d’exploitation agricole » du couple d’algoculteurs est la seule habilitée par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) pour le prélèvement, la récolte et l’exploitation des algues en Charente-Maritime. L’entreprise est officiellement reconnue comme une activité qui « permet le développement pérenne et durable des algues ». À ce titre, la DDTM a estimé que l’activité induit un impact neutre sur le milieu marin.

Crédit photo : @lesalguesdeliledere

Ces valeurs se comprennent également à travers leur refus de participer à la grande distribution, modèle de vente synonyme de capitalisme. Les produits ne sont alors référencés qu’auprès de distributeurs partageant des engagements similaires, à savoir le respect et la protection des écosystèmes marins et, plus largement, de la Nature.

Les algues, une fois réduites en paillettes et mises en vente. Crédit photo : @lesalguesdeliledere

Quant aux prix, plus élevés que la moyenne dans le secteur, le couple se justifie de la manière suivante :

« La préservation et le renouvellement environnemental n’a pas de prix »

Les implications territoriales sont basées sur l’application du savoir de biologistes sur le milieu, les produits ne sont pas vendus dans la grande distribution, l’équipe est rémunérée de manière juste et, surtout, le temps et l’énergie investis dans le bien commun sont considérables.

Sans aucun doute, l’activité menée par Hélène et Tanguy est un exemple à suivre pour assurer la sécurité alimentaire dans un avenir incertain. Respect de l’environnement, priorité des préoccupations sociales et écologiques sur celles économiques et beaucoup de passion,… des valeurs clés, que le couple met en œuvre au quotidien.

Pour les plus curieux d’entre vous, le travail d’Hélène et Tanguy est disponible sur leur site internet ou leur compte Instagram.

– Camille Bouko-levy

Donation