Un « Serious Game » pour sensibiliser à la cause environnementale

On le dit et le répète, l’éducation à l’environnement est cruciale pour enrayer notre impact autour de nous. Et afin de changer durablement notre rapport à la nature et mettre en place une société plus durable, cette éducation doit s’effectuer dès le plus jeune âge. Une question se pose alors, comment intéresser les jeunes publics et les sensibiliser aux questions de la biodiversité? Natagora, une structure belge qui œuvre pour la protection de la nature, vient de créer un Serious Game (Jeu Sérieux) gratuit, taillé spécialement pour l’enseignement : Nowatera. Raison d’être de ce jeu ? Offrir aux enseignants un outil efficace pour sensibiliser une génération hyperconnectée aux enjeux environnementaux. 

 

« Une planète entre tes mains »

Nowatera est une planète lointaine découverte et colonisée dans un futur pas si lointain. Une planète vierge de toute intervention humaine, et où les joueurs auront donc libre champ pour façonner son évolution, selon leurs volontés et choix. Leurs choix de construction modifieront peu à peu l’environnement, et ils devront faire face aux conséquences de leurs décisions, parfois désastreuses.

Un jeu qui a donc pour ambition de faire comprendre aux élèves l’équilibre fragile de notre planète et de les sensibiliser à l’importance de préserver la biodiversité. Un jeu qui permet de faire entrer les considérations climatiques dans la réalité du jeune public, en utilisant un biais qui lui parle. Pour Maëlle Dufrasne, responsable du projet chez Natagora : « En éducation à l’environnement, utiliser le jeu, forme naturelle d’apprentissage, est une évidence. Devant un public d’adolescents qui passe plus de temps devant un écran d’ordinateur que devant une télévision, le jeu vidéo était un langage à prendre en compte. Nous avons fait le choix de tenter le langage du web pour emmener les jeunes à la rencontre de leur environnement. »

Ce jeu a été créé à l’initiative de Natagora, une association dont l’objectif est d’enrayer la dégradation de la biodiversité et contribuer au rétablissement d’un meilleur équilibre entre l’homme et la nature. L’association a porté ce projet en collaboration avec l’Université de Namur et plus précisément L’Unité de Méthodologie et de Didactique de la Biologie (UMDB) mais également avec Hypothèse, un lieu de recherche, de réflexion, de ressource et de formation en didactique de l’éveil scientifique et Digital Wallonia, l’organe gouvernemental du numérique. L’ensemble du projet a été produit par la société Belle Productions. En pratique, même un adulte peut se laisser séduire par le jeu, disponible gratuitement sur internet.

Un jeu spécialement taillé pour l’enseignement

La particularité de ce « jeu sérieux » est qu’il a été spécialement conçu pour offrir un nouvel outil pertinent et percutant à destination des enseignants. On imagine le travail que sa conception a dû représenter, afin qu’il puisse parfaitement répondre aux exigences du public adolescent. Natagora explique que cette conception a été le fruit d’une réelle collaboration entre plusieurs acteurs, où chacun apportait son expertise au jeu.

« La coopération et le partage de compétences ont été au service de la création de Nowatera. Nous avons travaillé en parallèle entre animateurs, enseignants, étudiants et naturalistes. L’asbl Hypothèse et le Département de Didactique de Biologie de l’Université de Namur ont travaillé en lien étroit avec Natagora pour assurer le respect des objectifs des programmes scolaires et la cohérence méthodologique et pédagogique du projet. Nowatera est conçu comme support de cours, disponible sur un site internet, que l’enseignant peut activer avant, pendant ou comme « devoir ». C’est l’enseignant qui guide le choix du scénario et qui détermine ainsi le contenu pédagogique qui lui convient. »

Une éducation à l’environnement si cruciale qu’elle nécessite une autre approche de l’enseignement, afin de responsabiliser les élèves et faire en sorte qu’ils soient réellement « partie prenante » des solutions à disposition. Contrairement aux méthodes classiques d’enseignement, la volonté des porteurs du projet Nowatera est réellement de créer une réflexion chez chaque élève autour des enjeux climatiques, afin qu’ils s’approprient cette question, qu’elle fasse partie de leur cadre de référence. Pour Marc Meurisse, porteur du projet chez Belle Production, il s’agit là d’une modification du rôle du professeur :

« Au niveau de l’enseignement, une approche ludique implique une remise en question profonde du métier d’enseignant. Finis, les exposés ex cathedra, où le prof transmet son savoir et où l’élève se contente d’écouter (ou non). Aujourd’hui, l’élève, éventuellement avec l’aide d’Internet, en connaît souvent plus que le professeur ! Et en matière de jeu, c’est plus qu’un euphémisme ! Utiliser le jeu dans un cours, c’est donc aussi accepter, pour l’enseignant, de « lâcher prise » Un professeur moderne doit donc être avant tout un coach, voire un psychologue, qui encouragera l’élève à améliorer ses méthodes de travail et qui l’aidera à faire le tri pour identifier la pertinence des informations qu’il aura récoltées. » estime Marc Meurisse.

Et tout est réellement pensé pour faciliter la tâche de ces enseignants avec Nowatera. Sur le site internet du jeu, ils peuvent trouver la version téléchargeable de ce Serious Game, mais également un Dossier Pédagogique afin de les aider à l’intégrer dans le programme. Natagora propose également de faire intervenir des animateurs dans les écoles pour faciliter la prise en main du jeu.

Une initiative particulièrement bienvenue qui apporte un nouveau souffle à la question de la sensibilisation à l’environnement, ainsi qu’au monde de l’enseignement. Ici, les professeurs seront ravis d’apprendre que Nowatera répond à une urgence sociétale et non à une recherche de profits de la part de ses créateurs. Le jeu est disponible gratuitement sur le site internet, et le coût des interventions d’animateurs relève plutôt du symbolique. Un grand bravo à toute l’équipe créatrice !


Nowatera / Natagora 

Notre équipe rédige ces articles de manière 100% indépendante, sans subvention ni partenaires privés. Soutenez-nous aujourd’hui par un petit café