VagaFestoch’ : trois jours de partage, de musique et de simplicité en Belgique

Les 13, 14, et 15 avril prochains, se tiendra la deuxième édition du Vaga’ Festoch’, festival des utopies concrètes, à Gembloux, en Belgique. Organisé par une l’association étudiant Vagalume, l’évènement culturel, qui mêlera l’espace de 3 jours concerts et conférences, a pour objectif de rassembler un public de tout âge et des personnes en soif de découverte, d’échanges et de riches discussions en vue de changer le monde, ou tout au moins son monde !

Le Vaga’ Festoch’, c’est un festival belge de trois jours organisé par l’association étudiante Vagalume (ce qui signifie « luciole », en portugais) de l’université de Gembloux, en Wallonie, dans la partie francophone du pays. Dans un cadre artistique et culturel, les festivaliers sont invités à découvrir des artistes émergents de la région autour d’une alimentation locale, d’ateliers, de conférences et même d’une « disco-soupe ». De l’alimentation à l’artisanat en passant par l’écologie et la musique, de très nombreux thèmes de société s’y entremêlent pour offrir un évènement riche en couleurs.

Un festival entre concerts et travaux manuels

Concrètement, l’espace d’un weekend, se succèdent concerts de tous genres musicaux – du jazz à l’électronique-, projections de films, conférences à propos de sujets d’actualité, comme l’agriculture, ou encore des ateliers avec des artistes et artisans de la région. Ces ateliers pratique ont pour objet le partage de connaissances. L’un d’entre-eux portera sur le métier de forgeron, un autre sera l’occasion de s’initier à la technique de sculpture avec un « tour à bois ». Il sera également possible de participer à un atelier de sérigraphie sur T-shirt ou de récupération d’objets usagers.

« tout le monde peut devenir, à sa façon, un acteur au service de la société. »

Ces moments du festival, explique Valentin, un jeune étudiant de 21 ans membre de l’association et chargé de l’organisation des conférences, sont pensés pour « que les gens viennent découvrir des choses qu’ils ne connaissent pas et s’initient à de  nouvelles techniques ». « Contribuer à notre festival, c’est investir dans un projet engagé. En y prenant part, vous soutenez l’idée que tout le monde peut devenir, à sa façon, un acteur au service de la société. Que vous soyez artiste, bénévole, artisan ou conférencier, vous nous permettez de créer une plateforme regroupant une multitude de projets et initiatives citoyennes », peut-on encore lire sur la plaquette d’information du festival.

Esprit de partage

L’association organisatrice, Vagalume, est née d’un groupe de discussion étudiant informel qui se tenait régulièrement et qui était consacré au débat et à la musique. L’année passée, le Vaga’Festoch’ a été organisé une première fois à l’initiative de ses membres. Le moteur de ce festival, c’est le partage et la convivialité « bien qu’on ait comme envie de rendre le monde meilleur, notamment d’un point de vue environnemental et écologique, l’idée n’est pas de mettre en avant un engagement, mais plutôt une envie de se rassembler », résume Valentin. « Chacun est bienvenu avec ses propres idées, pour porter sa pierre à l’édifice. C’est dans cet esprit que se construit le festival », poursuit pour sa part Matthieu, qui participe également à l’organisation.

Les deux étudiants estiment avoir passé l’année passée « un super moment, simple et source de nombreuses nouvelles rencontres ». Ils espèrent que l’édition 2018 tiendra également ses promesses, si les curieux sont au rendez-vous. « Le printemps arrive, le festival ouvre cette période où l’on peut passer plus de bon temps ensemble dehors » conclu Matthieu. Tout en faisant la fête autrement ?

Le pass pour le week-end entier est vendu 25 euros. Toutes les informations quant à l’organisation sont à trouver sur le site du Vaga’Festoch’.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé ? ☕ Propos recueillis par Mr Mondialisation