Pour encourager la réduction des emballages alimentaires et contribuer à la lutte contre les pollutions évitables qui y sont associées, trois étudiantes lancent un challenge positif de 10 jours sur les réseaux sociaux qui vise à accompagner les individus à réduire leur consommation d’emballages. Lucyl, à l’origine de l’idée, nous explique les raisons de la démarche et comment y participer. Êtes-vous prêt, vous aussi, à vous libérer des emballages ?

À l’image du défi « Un mois sans supermarché » qui s’est tenu en février dernier, trois jeunes étudiantes de l’Université de Lund, en Suède, veulent encourager tout un chacun à réduire la quantité de déchets produite à l’échelle individuelle. L’idée, qui a été émise dans le cadre d’un projet étudiant universitaire par Lucyl, Félicia et Bauke, mais qui dépasse désormais largement ce contexte avec l’objectif de rassembler plusieurs centaines de participants entre le 15 et le 25 mai, se tiendra en anglais afin de réunir une communauté la plus large possible d’internautes. Comment beaucoup de citoyens et de citoyennes engagées, les organisatrices sont dépitées par la quantité phénoménale de nos déchets. Une large part d’entre eux sont pourtant totalement évitable, et ce en dépit du manque d’intérêt des industriels pour les alternatives.

Crédit image : Mr Mondialisation

« Tout le monde sait qu’il y a trop d’emballages, comment passe-t-on à l’action maintenant ? »

Pour Lucyl, une Française originaire d’Alsace, il s’agit de « proposer une action très concrète que chacun puisse mettre en place à son échelle et en faire un challenge », afin d’engager le plus de personnes possible. Tout est parti d’un questionnement personnel est d’une auto-critique par rapport à ses propres consommations : « j’ai beau m’engager dans mes études et mon travail pour l’environnement, je suis loin de bien faire », raconte l’étudiante qui concède avoir « pleins de mauvaises habitudes ». Constatant que « réduire ses déchets au quotidien n’est pas toujours évident, je me suis dit qu’en créant une communauté, il était possible d’aller plus loin », explique encore la jeune femme. Et il y a urgence ! Selon le site ecoemballage.fr, chaque Français trie 47,6 kilos d’emballages par an. Mais d’après 60 millions de consommateurs, seuls 26 % de ce ces déchets sont recyclés. Des progrès peuvent donc être faits à tous les niveaux, mais éviter les emballages superflus permet de traiter une des sources du problème.

« Le déchet est un élément très visuel et beaucoup de Français sont conscients de la surproduction de ces éléments », encore faut-il passer de la critique à l’action concrète. Le moyen le plus simple d’éviter les déchets et d’acheter les aliments en vrac et d’apporter ses propres contenants lorsqu’on va faire les courses, comme des sacs en coton ou des bouteilles en verre. Lorsque les produits sont emballés, « on peut essayer de réutiliser les sachets », conseille Lucyl.


Créer une communauté autour de la réduction des emballages inutiles

Bien que le zéro déchet reste un idéal à atteindre, « le challenge se veut très accessible et peu contraignant pour regrouper un maximum de personnes », chacun peut s’inscrire en se rendant sur la page internet de l’évènement. Pour le moment, les personnes inscrites sont « globalement déjà sensibilisées à ces questions, mais on espère pourvoir intéresser au-delà de ce cercle », commente Lucyl. En créant une communauté, il s’agit également d’encourager chacun et de mettre en lumière les progrès du groupe tout en partageant des astuces pour réduire autant que possible l’incidence environnementale des consommations alimentaires.

Pendant toute la durée de l’évènement, les instructions du challenge seront envoyés aux participants par mail. Au début et à la fin de l’évènement, des questionnaires seront également proposés afin que les organisateurs du défi puissent étudier l’évolution des comportements pendant ces 10 jours et tirer des conclusions pour mettre en place un évènement similaire l’année prochaine et pourquoi pas chaque jour de l’année ? Car une fois qu’on réalise pleinement que « c’est possible », alors rien ne peut nous retenir de changer, excepté nous mêmes…

Pour participer au défi et recevoir toutes les informations, vous pouvez vous inscrire sur le site internet de l’évènement et rejoindre la page Facebook.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉