2,2 milliards d’humains n’ont pas accès à l’eau potable. Il existe pourtant des solutions.

Image : UNICEF International

Water Seer est une invention originale qui pourrait changer la vie de millions de personnes. Ce système composé d’une éolienne et d’une cuve mise sur la condensation pour récupérer l’eau présente naturellement dans l’air. Découverte.


La problématique de l’eau peut nous sembler lointaine en occident. C’est pourtant une question de vie ou de mort pour une grande part de l’humanité. Dans le monde, environ 2,2 milliards de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable. Toutes les 90 secondes, un enfant meure en raison d’un manque d’accès à l’eau. De manière quotidienne, ce sont au total 10 000 personnes qui succombent en raison du manque d’eau ou de maladies contractées à travers de l’eau impropre à la consommation. La pénurie s’explique notamment par la présence d’un climat sec, le manque d’infrastructures publiques ou encore les pollutions industrielles locales (qui, trop souvent, profitent au mode de vie occidental). Alors que cette réalité source de maladies, de misères et de conditions de vie inhumaines, est connue de tous, il n’existe pas à ce jour de solution idéale pour endiguer le problème. Des études montrent d’ailleurs que, si n’est rien n’est fait, la situation devrait s’empirer dans les années à venir.

L’accès à l’eau potable, un défi mondial de taille

Les difficultés d’accès à l’eau posent des problèmes en terme de santé et d’hygiène. Dans certaines parties de la planète, les difficultés liées à l’accès à l’eau sont par ailleurs la source de discriminations. Selon les régions touchées, femmes et enfants passent jusqu’à 6 heures par jour rien que pour se rendre dans les points d’eau et rapporter la précieuse ressource à la communauté. Cette activité les empêche de s’émanciper par le biais d’une activité quelconque ou l’éducation. C’est donc le développement global des pays touchés qui est impacté par la problématique de l’eau.

La pénurie de l’eau, outre ses conséquences sociales désastreuses, est également à l’origine de conflits et de tensions nationales et internationales. Avec le changement climatique et les pollutions diverses générées par la consommation de masse, le nombre de personnes n’ayant pas d’accès à l’eau potable pourrait encore augmenter, aggravant un peu plus la situation. Pourtant, en occident, nous continuons tous à user et à abuser de la précieuse ressource potable, y compris jusque dans nos toilettes, bien que les épisodes de sécheresse ne nous soient plus entièrement étrangers.

Récupérer de l’eau grâce au processus de condensation

Le projet Water Seer souhaite s’engager pour remédier, à son échelle, à cette situation dramatique en mettant à disposition de tous et sur leur lieu de vie des quantités d’eau propres suffisantes. Pour se faire, ce projet veut innover dans le secteur de la récupération d’eau. Développée par UC Berkeley et le National Peace Corps Association, l’invention doit permettre d’offrir plus d’autonomie aux individus et participer à une révolution sociale en offrant la possibilité d’une plus grande égalité. Le système conçu par des ingénieurs basés aux États-Unis permet de récupérer l’eau dans l’air par condensation grâce à une éolienne.

En pratique, le vent actionne une petite éolienne qui permet de faire passer de l’air dans un tube dans lequel la vapeur d’eau présente dans l’air se condense. Les molécules d’H2O ainsi « piégées » se concentrent dans un réservoir qui se trouve à environ deux mètres sous la surface du sol. De cette manière, l’eau est conservée à une température relativement fraîche et peut-être récupérée par un simple système de pompage qui fait partie du dispositif.

Dans la mesure où les parois du tube de condensation ont toujours une température inférieure à celle de l’air, le processus de condensation a lieu même en l’absence de vent. L’eau ainsi récupérée est propre et potable pour la consommation. De plus, un filtre empêche insectes et autres éléments étrangers de s’introduire dans la cuve par le vent. D’après les premières expériences, le dispositif permet de récupérer jusqu’à 37 litres d’eau par jour dans des conditions optimales de fonctionnement.

Après l’organisation d’un crowdfunding ayant rencontré un grand succès (les dons représentent à ce jour 175% de l’objectif initial qui était de 77 000$), le prototype devrait être développé à une plus grande échelle dans les mois à venir. L’argent servira à améliorer certains aspects de la structure et à envoyer les premiers modèles dans le monde entier afin d’aider les familles qui pourront en profiter. On notera que cette solution est loin d’être la seule étudiée. En France, un ingénieur nantais est à l’origine d’une petite révolution dans les eaux troubles de l’accès à l’or bleu avec son Safe Water Cube, une installation simple qui permet d’assainir n’importe quelle eau de surface en un clin d’œil, sans recours aucun aux énergies fossiles ou à des produits chimiques. Plus largement, une fois ce type de dispositif testé et éprouvé, c’est à la communauté internationale et aux décideurs de faire le nécessaire pour les répandre en zones touchées et mettre ainsi fin à une crise humanitaire évitable.


Sources : indiegogo.com / inhabitat.com / mymodernmet.com / waterseer.org