Le traitement de l’actualité par les médias traditionnels est influencé par divers biais, comme la dépendance aux intérêts industriels et financiers des groupes auxquels ils appartiennent. Face à ce problème, de nombreux organes de presse indépendants proposent une information libre et souvent engagée. Mais s’ils ont pu compter sur le développement du web pour voir le jour, ces médias alternatifs doivent aussi s’accommoder des contraintes d’Internet, et notamment des réseaux sociaux, essentiels pour trouver leur public. Une nouvelle application, Athena, s’est donné pour objectif de contourner ce problème en diffusant les articles de nombreux médias indépendants sur une même plateforme gratuite et sans publicité. Mr Mondialisation fait partie de la liste.

La concentration de la presse dans les mains de groupes d’intérêts privés est un phénomène commun à de nombreuses économies libérales à travers le monde. Particulièrement inquiétant en France, elle augmente toujours plus la dépendance des médias qui « font l’opinion » aux intérêts industriels et financiers des grands groupes tout en revendiquant officiellement leur liberté. L’essentiel des moyens privés de production de l’information, qu’elle soit écrite, numérique, télévisuelle ou radiophonique, se partage ainsi entre quelques grandes entreprises, aux mains des magnats du secteur : Xavier Niel, Patrick Drahi, Arnaud Lagardère ou encore la famille Dassault. Rien d’étonnant à voir la presse peiner à critiquer un modèle de société profondément injuste et destructeur.

L’économie des médias « mainstream » s’inscrit en effet dans un environnement financiarisé, dominé par les logiques du marché que sont l’accroissement du capital, la rentabilité à court terme et une gestion déterminée par les intérêts des actionnaires. En l’absence de régulation par l’Etat, le capital a donc tendance à se concentrer entre un nombre toujours plus réduit de personnes, ce qui donne lieu en France à cette situation préoccupante pour l’indépendance et l’objectivité de la presse, détaillée dans cette cartographie du Monde Diplomatique.

Le web et ses contraintes

De nombreux organes de presse indépendants ont vu le jour ces dernières années pour éveiller les consciences et proposer une information libérée de ces pressions. Le développement d’internet et des réseaux sociaux a contribué à leur succès. Les deux dernières décennies ont en effet permis de décupler la portée de certaines idées contraires au modèle dominant, et les contenus partagés par les acteurs les plus modestes peuvent atteindre des millions de personnes. Mais l’environnement numérique comporte également son lot de contraintes. L’économie du web est en effet un autre cas emblématique de concentration et de monopolisation d’un marché.

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), cas emblématique de concentration.

Les GAFAM, qui se partagent le secteur, s’engagent dans une voie qui les conduit à exploiter toujours davantage les données des utilisateurs de leurs divers services. Par ailleurs, leurs algorithmes et les publicités omniprésentes sur le web noient souvent les contenus proposés par des organes de presse indépendants. Même si ces derniers fonctionnent sans annonceurs, leur activité sur les réseaux entraîne des revenus pour les GAFAM, même s’ils sont paradoxalement la cible fréquente de leurs critiques. Par ailleurs, une forme de censure discrète semble opérer sur les réseaux sociaux où les médias indépendants s’expriment.

« Miser sur le RGPD me semble être un pari risqué »

L’internet libre, qui continue d’exister à l’ombre des géants du secteur, permet pourtant de s’affranchir de ces contraintes. C’est ainsi que Hugo a eu l’idée de créer Athena, une plateforme gratuite qui rassemble plusieurs médias indépendants. En tant que développeur, il a toujours été frappé par les possibilités infinies qui pouvaient émerger du monde libre. L’indépendance et l’entraide sont des valeurs centrales d’un modèle qui fonctionne sans la verticalité omniprésente ailleurs.

En règle générale, le développement du web s’est pourtant inscrit dans une logique capitaliste, qui a détourné ces principes. « Face à la publicité, au tracking et à la revente d’informations, miser sur le RGPD pour nous protéger du stockage à durée indéfinie de nos données me semble être un pari risqué. » estime Hugo, à l’origine du projet. D’après le développeur, la bataille contre les grandes entreprises du secteur pour la sauvegarde des données privées est perdue.

Une plateforme gratuite, sans publicité et open source

Un constat qui l’amène à éviter dans la mesure du possible les réseaux sociaux. « Finalement, je m’aperçois que les seules informations qui méritent que je reste encore sur Facebook sont relayées par une poignée de médias indépendantsDes médias qui doivent respecter les règles du jeu imposées par les réseaux », déplore Hugo. Il réalise ainsi qu’une application qui répertorierait un large panel de médias indépendants et qui alerterait dès qu’un nouvel article est publié constituerait une alternative solide pour éviter les réseaux sociaux. Cette nécessité, au cœur du raisonnement à l’origine d’Athena, l’ont poussé à développer une application minimaliste, gratuite, sans publicité, open source et qui minimise au maximum le tracking de ses utilisateurs.

Les médias indépendants rassemblés sur une unique plateforme.

Parmi les médias réunis sur l’application, on retrouve notamment à ce jour : Le monde moderne, La quadrature du net, Le 4eme singe, Osons causer ou encore Mr Mondialisation. Au-delà de l’accès à leurs publications, sous forme d’articles ou de vidéos, Athena contient aussi un espace permettant aux utilisateurs de publier leurs idées de nouvelles fonctionnalités. Les utilisateurs sont véritablement décideurs de la direction que prend l’application. Il était en effet important pour Hugo que chacun puisse contribuer au développement du projet, en publiant ses idées ou en modifiant directement le code source, accessible sur Github.

Enfin, l’application permet aux lecteurs de réaliser l’ampleur du travail fait par ces petits médias indépendants. Beaucoup d’entre eux, comme c’est le cas de Mr Mondialisation, ne bénéficient d’aucune subvention et ne vendent pas le « temps de cerveau disponible » des lecteurs aux industriels. De ce fait, leur travail est possible uniquement grâce aux dons et pourboires ponctuels des lecteurs prenant soudainement conscience qu’ils ont le pouvoir de faire vivre une information libre et engagée vers la construction d’un avenir serein. Faire un don ou s’abonner librement apparaît vital pour la survie de l’information indépendante. Athena aide à rendre cette option visible.

Au lieu de chercher des publications perdues au milieu de publicités ou de passer en revue chaque site web de médias alternatifs pour y trouver les informations pertinentes et indépendantes qui font trop souvent défaut dans la presse traditionnelle, Athena permet ainsi de rassembler ces contenus sur une unique plateforme. Ce genre d’initiatives permet de faciliter l’accès à une information de qualité, et de s’affranchir des contraintes du web tout en profitant de la liberté d’expression qu’il permet.

Raphaël D.

Donation