Alors que les compteurs « Linky » font d’ores et déjà l’objet de nombreuses controverses, les opposants à cette technologie trouveront certains de leurs arguments confortés par le Rapport public annuel 2018 de la Cour des comptes qui inflige un véritable carton rouge à Enedis, pointant l’inefficacité du programme. Qualifiés de « coûteux » et « pas si utiles », les fameux compteurs n’ont pas fini de faire parler d’eux…


Les sages se sont donc penchés sur le dispositif « Linky » dans leur rapport 2018 et le compte n’y est pas… Leurs conclusions pourraient bien faire grincer quelques dents et indirectement encourager ceux qui s’y opposent depuis quelques années mais dont les revendications se trouvent bien souvent marginalisées, voire carrément reléguées au rang des théories du complot.

Wikipédia CC 4.0

Des bénéfices pour Enedis, très peu de gains pour les usagers

L’installation de près de 40 millions de nouveaux compteurs en France n’est pas une mince affaire. En dix ans, entre 2014 et 2024, les coûts globaux de l’opération seront portés à 5,7 milliards d’euros. Depuis 2010,  8 millions de ces « compteurs communicants » ont d’ores et déjà été mis en place. Censés permettre de faire des économies, les compteurs « linky » seraient avant tout une bonne affaire pour l’entreprise privée Enedis, qui y gagnerait 500 millions d’euros, d’après les analyses des tarifs réalisés par la Cour des comptes. Les usagers, eux, n’en verraient pas vraiment l’avantage financier, selon le rapport, en dépit des arguments déployés. Par ailleurs, alors que ce sont les citoyens qui porteront au final le déploiement du dispositif, le rapport relève « un différé tarifaire au coût excessif », coûts portés au fur et à mesure par les usagers à partir de 2021 sur leurs factures d’électricité. D’aucuns seraient tentés de penser que nous assistons à un vol collectif d’une ampleur exceptionnelle, à destination du privé, avec l’aval des institutions.

« Les gains que les compteurs peuvent apporter aux consommateurs sont encore insuffisants » tranchent donc les sages, qui ne s’arrêtent pas là. En effet, la maîtrise des consommations est l’un des autres arguments phare qui a justifierait l’importance de l’investissement à réaliser. Mais, au lieu de permettre aux usagers d’accéder facilement aux informations liées à leurs consommations, comprendre leurs factures devrait rester un véritable casse tête. Pas d’amélioration notoire en matière de lisibilité donc. Enfin, toujours selon le rapport officiel de la Cour des comptes, le manque d’information au moment de l’installation mais aussi le défaut de communication de l’État ont participé au développement des nombreuses réticences vis à vis à de « Linky ».

rouge électriqueDe vives oppositions aux compteurs « intelligents »

Cela fait plusieurs années que associations et collectifs citoyens se mobilisent contre les compteurs « linky » avec divers arguments. Outre les coûts du changement de près de de 40 millions de compteurs, ils dénoncent des atteintes à la vie privée et le caractère intrusif des compteurs (qui communiquent toutes les 30 minutes à propos des consommations privées) et mettent en doute l’intérêt écologique du procédé. D’autres ont formulé des craintes, justifiées ou non, quant à l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs. Enfin, certains dénoncent une vaste opération commerciale qui profiterait uniquement à une poignée d’entreprises, le tout sur le dos des utilisateurs. Pour manifester leur opposition, de nombreuses personnes ont ainsi refusé l’installation des compteurs chez eux, interdisant purement et simplement l’entrée aux techniciens. Une enquête de Reporterre à Niort, l’une des premières communes à avoir été concernée par l’installation, témoigne d’ailleurs des vives tensions générées et de la méfiance d’une partie de la population.

À l’image de Niort, de nombreux collectifs, notamment « Stop Linky » organisent des réunions publiques et des campagnes d’information, marquant l’intérêt populaire pour la question. Alors que les citoyens ne savent pas quoi attendre des nouveaux compteurs, ils craignent de voir à terme leurs factures augmenter, malgré des promesses allant dans l’autre sens. S’il faudra probablement du temps pour s’en donner le cœur net, les conclusions de la Cour des comptes leur donneront certainement du grain à moudre.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à 600 de nos lecteurs. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Pour aller plus loin, le Rapport annuel public de la Cour des comptes.