Meurthe-et-Moselle : ce refuge écologique a sauvé des centaines d’animaux

Depuis maintenant deux années, l’association Elyri’s place, portée par deux habitants de Mexy en Meurthe-et-Moselle, accueille différents animaux sauvés d’un sort funeste. Immersion dans ce petit paradis de la deuxième chance, qui travaille aujourd’hui à la sensibilisation à la condition animale de façon éco-responsable.

Depuis 2014, l’association Elyri’s Place (AEP) vient en aide aux animaux. Mise sur pied par deux amoureux des animaux, l’association se revendique comme antispéciste et ouverte à toutes les espèces et à tous les animaux qui ont besoin de soins. Aujourd’hui, Rémy et Thibaut sont donc les heureux possesseurs d’un refuge aux multiples habitants. « Qu’ils soient animaux domestiques, de ferme ou sauvages, tous ont une place ici » nous écrit le vice-président d’AEP. L’association recueille principalement des animaux abandonnés dont l’urgence vitale est engagée, et leur permet d’obtenir des soins, de l’amour et un foyer au sein d’une famille d’accueil, dans l’attente d’une adoption définitive.

« Comme toutes les associations de Protection Animale, nous sommes submergés par les abandons pendant les grandes vacances d’été, et en hiver, à cause du froid, ce sont les orphelins des rues qui nous préoccupent » nous explique Céline Decharte, Responsable chiens et chats. « À plusieurs reprises nous avons récupéré des chatons ou des chats adultes en état de cachexie sévère, déshydratés, infestés de puces et de vers, ces animaux arrivent souvent trop tard … » Certains animaux issus des sauvetages ont été adoptés par l’association, tels que Yolandie et Apple, les deux truies vietnamiennes, qui cohabitent notamment avec deux boucs, trois chèvres et toute une basse cour composée de poules, de canards, de cailles et de valeureux pigeons. Deux lapins géants des Flandres ont également rejoint cette joyeuse bande.

Un refuge éco-responsable

Pour ce qui est de l’habitat, les animaux de la structure profitent de logis conçus par Rémy et Thibaut à partir de matériaux de récupération — souvent donnés par des entreprises de la commune. Une partie des fruits et légumes, frais et de saison, qui servent à nourrir les pensionnaires sont cultivés sur place, dans le petit verger de la propriété ainsi que sur les différents potagers, obéissant aux codes de la permaculture. « Le but est d’être un maximum autonome » explique Thibaut Soares, le Vice-Président. « Nos animaux ont une alimentation équilibrée en produits frais sans OGM et sans pesticides. Cependant, nous achetons le foin et les céréales chez un fermier local et plusieurs restaurants soutenant nos actions nous gardent leurs épluchures et restes de légumes pour nous aider à nourrir les animaux. »

L’association organise également un Veggie Brunch annuel, où elle propose aux visiteurs de consommer autrement. À cette occasion, la dégustation se fait autour de divers plats végétariens et végétaliens, mais aussi de boissons originales ou oubliées, comme le Kombucha, un soda maison fermenté à base de thé.

Des sauvetages d’envergure

Dédiée quotidiennement au bon soin de ses animaux, l’équipe d’AEP a également quelques raisons d’être fière. En effet, loin de se limiter au recueil d’animaux domestiques abandonnés, l’association étend son action aux animaux victimes de l’industrie agroalimentaire. « En 2016, nous avons placé 1069 poules de réforme » développe Rémy Leite, le Président, « Il a fallu plusieurs mois d’organisation pour que le sauvetage se déroule comme il se doit. Il nous a pris plusieurs semaines. C’est une grosse organisation à mettre en place : chaque poule devait être réservée à l’avance pour garantir qu’on ne ferait pas face à des désistements. Et nous avons dû prendre contact avec chaque adoptant pour convenir d’un jour de rendez-vous pour qu’ils viennent chercher leurs poules à l’association. Nous organisons un sauvetage similaire dans quelques mois et nous espérons que notre première expérience nous aidera à mieux nous organiser pour en sauver de nouveau un maximum. » Grâce à cette action, chaque poule a trouvé un adoptant, évitant leur mise à mort inutile.

Et de conclure : « La population est mal informée sur les conditions de vie des animaux, peu importe le domaine : élevage industriel, détention dans les zoos, dans les cirques, dans les animaleries… Avec le Groupe d’Actions Animales Moselle et l’association Génocide Animal, nous avons créé un collectif : les Âmes Sensibles. Il s’agit d’organiser des actions de sensibilisation afin d’informer le public sur la condition animale. La dernière en date : une marche silencieuse au centre-ville de Metz, pour dénoncer les magasins utilisant cuir et fourrure dans leurs vêtements. Nous avons appris aux gens à différencier la fausse de la véritable fourrure, ces personnes nous ont rejoints dans la marche mais également via les réseaux sociaux. »

L’association ne reçoit aucune subvention et fonctionne uniquement grâce au soutien de quelques donateurs ou en participant à des événements. Pour soutenir AEP, c’est par là.


Sources : Elyris-place.com