« En tant que jeunes ingénieurs on nous répète que le progrès technique et la croissance sont les solutions aux problèmes de notre société. Face à la crise écologique comment peut-on continuer à croire que l’innovation rendra la croissance infinie possible ? » C’est le postulat de « Croissance : 2% avant la fin du monde », un documentaire vital réalisé par de jeunes ingénieurs engagés qui proposent une autre direction que celle de la croissance infinie et du progrès technologique pour résoudre la crise écologique.

Qui aujourd’hui n’est pas informé concernant le réchauffement climatique ? Celui-là même qui menace de disparitions des centaines d’espèces animales, cause la montée des eaux entraînant des millions de réfugiés climatiques, l’acidification des océans et bien sûr la hausse globale des températures transformant des écosystèmes entiers. Et malgré les accords de Paris, le GIEC estime que les politiques prévues par les États vont mener à une hausse des températures mondiales de 3°C ! Nous luttons en ce moment pour limiter les dégâts, plus pour nous sauver du désastre. L’état de la planète que nous laisserons derrière nous inquiète au point que des personnes refusent d’avoir des enfants.

Pourtant, il est encore temps d’agir d’après le GIEC pour contenir la hausse de la température à 1,5°C. Pour cela, les actions qui seront entreprises dans les 10 prochaines années seront décisives. Dans leur école d’ingénieurs, les créateurs de « Croissance : 2% avant la fin du monde » entendent beaucoup parler de développement durable, « un concept qui a été fait pour concilier l’environnement et l’économie » explique Noé, le narrateur. Soit une économie basée sur un modèle capitaliste classique qui recherche la croissance du PIB, et donc une production supérieure d’année en année, mais de manière auto-déclarée verte. Un développement « durable » transformé en une « croissance verte » est-elle vraiment compatible avec l’écologie ? Peut-on sauver l’environnement sans changer l’économie ? c’est l’interrogation principale de « Croissance : 2% avant la fin du monde » qui résume la pensée des objecteurs de croissance sous le prisme des faits. On devine que la réponse est négative, et des ingénieurs, des économistes et spécialistes vont livrer devant la caméra leurs analyses à l’appui.

Un phénomène qui sera étudié notamment est celui de l’obsolescence programmée (perçue comme technique), pur produit du capitalisme moderne. Pour faire tourner l’économie de plus en plus vite, il est nécessaire que les consommateurs remplacent les biens qu’ils ont achetés. Comment ? par des effets de mode de plus en plus courts par exemple ou par la fabrication de biens volontairement destinés à être hors d’usage / non-réparables au bout d’un nombre d’années anticipé. Tout en incitant à racheter un bien neuf, plutôt que de se tourner vers la réparation ou la mise à jour. Un système qui provoque nombre de déchets difficiles à recycler et un gâchis de ressources naturelles non renouvelables (métaux, terres rares…). Et pourtant, un système parfaitement « positif » du point de vue strictement économique. Pour cause, l’obsolescence programmée joue un rôle dans la consommation de masse, la création/le maintien d’emplois et donc la croissance, qui est constamment le but recherché de cette économie défendue par les États.

La croissance, prétendue verte, sera la seconde interrogation du documentaire. À ce sujet, Baptiste Mylondo, économiste, interviendra pour critiquer la notion de croissance qui ne résout pourtant pas les problèmes qu’on attend d’elle :

De fait, nous recherchons une croissance miraculeuse pour obtenir un progrès technique qui permettra de répondre aux problèmes posés par la croissance. Un cercle vicieux dont la croissance verte ne permet d’ailleurs pas de sortir. Car là où le bât blesse, c’est que cette croissance verte – par le progrès technologique – nécessite de plus en plus de ressources non-renouvelables, dont l’exploitation se fait aussi de plus en plus difficile donc énergivore. Sans oublier l’effet rebond ou paradoxe de Jevons. Nous voilà retombés les pieds joints dans un nouveau cercle vicieux : le progrès dont on attend qu’il résolve nos problématiques environnementales est lui-même rattrapé par des questions énergétiques et des contraintes… environnementales. Non pas en raison de la technique même, mais car cette technique est dissoute dans les structures de l’économie dominante (croissance, productivisme, consommation de masse,…).

Et pourtant, force est de constater que le grand public a par défaut confiance dans le progrès technologique pour résoudre les problèmes de notre monde actuel au delà des questions environnementales : on espère ainsi éradiquer les maladies, (voire la mort elle-même), la pauvreté, la fin dans le monde. Il faut dire que le développement technique des 30 dernières années fut fulgurant. Notre dernier smartphone ne semble-t-il pas bien plus utile, beau et efficace que notre 3310 des années 2000 ? Et pourtant, beaucoup moins durable ! C’était il y a 20 ans à peine. On observe ainsi une foi quasi-religieuse dans le progrès dont chaque avancée, chaque découverte scientifique nous est relayée par les médias avec un enthousiasme divin. Le progrès serait salvateur tel un messie. Or c’est oublier que nombre de nos problèmes actuels pourraient déjà être résolus sans attendre un miracle du progrès futur (et incertain).

Le documentaire prend ainsi comme exemple la faim dans le monde. Oui, le progrès pourrait – théoriquement – dans le futur nous permettre de produire plus de nourriture et en des lieux où cela est pour le moment impossible. Mais c’est mettre de coté le fait qu’à l’heure actuelle, le gaspillage alimentaire représente un poids considérable (la moitié de la production alimentaire aux USA, le tiers en France) et que nos techniques productives reposent sur l’illusion d’une énergie abondante, créant un monde en dette écologique constante où la famine peut frapper dès que le système est ébranlé. Alors pourquoi miser sur un progrès encore souvent au stade embryonnaire lorsque l’on pourrait déjà agir sur des causes structurelles ?

Enfin, on ne pouvait passer à côté de la question des énergies renouvelables. Là aussi nous retrouverons un problème mentionné plus haut. À savoir que nos éoliennes, nos panneaux photovoltaïques, nos futures voitures électriques nécessitent énormément d’énergie (aujourd’hui principalement trouvée dans les énergies fossiles) et de ressources naturelles pour être construites. Les batteries des voitures électriques en particulier ont besoin de lithium et de cobalt (parmi d’autres), deux minerais qui nécessitent une extraction énergivore. On voit alors mal comment les voitures électriques pourraient à terme remplacer l’ensemble du parc mondial de voitures à essence pour 7 milliards d’individus. Aussi, comme pour tout autre bien de consommation embarquant de la technologie, la question de leur recyclage se posera à terme. À cause de la complexité même de nos technologies actuelles, peu de matières premières pourront être récupérées et réutilisées dans une illusoire économie circulaire. Une fois encore, ce n’est pas tant l’idée même de la technique qui pose problème, mais son application dans le monde marchand qui refuse les notions de limitations.

Après ces constats d’échecs, que nous reste-t-il comme marge de manœuvre ? La réponse proposée par les jeunes ingénieurs de « Croissance : 2% avant la fin du monde » risque de faire grincer quelques dents. Pour se libérer d’un système économique prisonnier d’un capitalisme obnubilé par la croissance qui nous détruit (ainsi que la planète), qui ne peut par essence baisser ses émissions de gaz polluants et sa consommation d’énergies (fossiles principalement), il nous faut aussi tout simplement changer nos besoins, casser cette nécessité d’augmentation de la croissance, du PIB et de la production. Autrement dit, une profonde révolution structurelle et culturelle. Et cela passe par une organisation collective courageuse et politique pour engager une réelle transition écologique. À ce stade, laisser le marché libre décider de nous sauver – ou pas – relève d’une complicité criminelle. Cela n’arrivera pas. Du moins pas sans que ce marché précipite l’extinction d’une partie de l’espèce jusqu’à retrouver son équilibre fonctionnel après effondrement…

Il nous faudra apprendre à réduire notre consommation, apprendre à éco-concevoir (quitte à se passer de performances technologiques pour faciliter le recyclage), réapprendre à réparer aussi et probablement vivre plus simplement. On peut imaginer le développement d’ateliers de réparation à l’échelle d’un quartier, le partage voire l’achat collectif d’outils qui ne sont utilisés qu’occasionnellement, la réappropriation des outils de production, une démocratie plus participative et locale, des comités scientifiques et d’éthique – qu’on écoute – tant à l’échelle locale que nationale… Aller vers la décroissance, le travailler moins pour produire moins et donc polluer moins. Concept que même Greta Thunberg n’a pas hésité à soulever à la face des puissants, se risquant aux pires représailles. Redonner du temps aux gens via un revenu universel pour aller vers une vie plus sereine, épanouie et se consacrer à des projets qui relèveront le défi environnemental. Les idées ne manquent pas, bien qu’elles restent à préciser. Le temps nous est compté, l’éveil des consciences ne doit plus tarder…

S. Barret & Mr Mondialisation

« Croissance : 2% avant la fin du monde » est une réalisation associative : Ingénieur·e·s Engagé·e·s Lyon, La Mouette, Objectif21.

Avec la participation de : Monsieur Bidouille, Philippe Bihouix, Alexandre Monnin, Baptiste Mylondo, Baptiste Nominé et Clément Poudret.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation