Sensibiliser aux enjeux environnementaux, et notamment au changement climatique, de manière inclusive et attrayante ? C’est le défi que relève le Mobile Film Festival cette année. Ce festival cinématographique existe depuis 2005, et les courts-métrages participants doivent respecter tous une seule et même règle : 1 Mobile, 1 Minute, 1 Film. En ayant mis à l’honneur la problématique du changement climatique en 2019, le festival invite donc à réfléchir à l’urgence climatique de manière différente, selon la créativité de chacun, tout en encourageant les réalisateurs de demain.

Créé en 2005, le Mobile Film Festival est un festival international de courts métrages au principe simple : 1 Mobile, 1 Minute, 1 Film. L’objectif est de découvrir, soutenir et accompagner les talents du monde entier à devenir les réalisateurs et réalisatrices de demain. En étant 100% digital, ce festival permet de toucher le public le plus large possible. Le thème de cette 15e édition ? ACT NOW on climate change !

“1 Mobile, 1 Minute, 1 Film” 

Pourquoi ce format “ 1 Mobile, 1 Minute, 1 Film ” ? Le choix du téléphone mobile permet de mettre tous les participants sur le même niveau, puisqu’il cela supprime toutes les contraintes économiques. Donner des conditions de réalisation identiques à tous et, de surcroît abordables, confère au festival un caractère démocratique et égalitaire à l’échelle mondiale. Quand à la fixation d’une durée maximum, à savoir une minute (générique inclus), elle a pour objectif de repérer les meilleurs jeunes auteurs et réalisateurs. En effet, de nombreux talents peuvent être découragés par des productions trop longues et donc trop coûteuses.

Après avoir traité le sujet des Droits de l’Homme l’année dernière, cette année le festival met à l’honneur l’urgence climatique, avec le thème “ACT NOW on climate change”. Pour l’occasion, le festival s’est affilié à de nombreux partenaires liés à la question environnementale, et notamment la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques (UNFCCC) et la Campagne des Nations Unies pour l’Action Climatique (ACT NOW).

Le changement climatique au cœur du Festival

« En 2009, le directeur de l’institut de recherche climatique de Potsdam avait établi une modélisation. Selon lui, si nous dépassons 5°C de réchauffement planétaire, nous ne pourrons être qu’un milliard d’êtres humains à (sur)vivre sur cette planète. Pas 10 ou 11 comme le prévoit l’ONU, pas même 7 milliards comme aujourd’hui. Seulement un. […] Nous avons la chance de savoir ce qui se produit. De pouvoir l’anticiper. En réalité nous le savons depuis le début des années 70. Et jusqu’ici nous avons laissé le profit et le confort passer avant les forêts, les animaux et les plus fragiles d’entre nous…

Mais depuis plusieurs mois quelque chose de nouveau se produit. La jeune génération, celle qui subira de plein fouet tous ces changements s’est mise en grève, occupe les rues, chaque vendredi, interpelle les responsables politiques, refuse que son avenir soit détruit par l’inconséquence de ses aînés. Le 15 mars dernier ils ont organisé la plus grande mobilisation mondiale de tous les temps pour protéger le climat, à l’appel de Greta Thunberg. Et ils ont recommencé le 24 mai. Un peu partout sur la planète beaucoup d’entre eux agissent déjà. Un peu partout, les mouvements pour la sauvegarde de la planète – et la survie de l’espèce – se radicalisent face à l’ampleur de l’enjeu.

Cet extrait de la tribune « Résister et créer » de Cyril Dion et Magali Payen au nom du collectif On est prêt est diffusé sur le site du Mobile Film Festival. Le but ? Donner un contexte et des clés de compréhension au thème « ACT NOW on climate change » de cette 15e édition.

Infographie du rapport du GIEC permettant de comprendre les conséquences du réchauffement climatique dans les années à venir – le Monde

La sélection de Mr Mondialisation

Imagine

Et si l’imaginaire de nos enfants pouvait changer notre rapport au monde ? A travers les yeux d’un enfant, Imagine nous invite à penser la ville autrement. Ni voitures ni pollution, mais bien la Nature qui reprend ses droits.

Anti-human

Travailler plus pour gagner plus. Gagner plus pour consommer plus. Consommer plus pour satisfaire de faux besoins créés par le système capitaliste. Et nous, là-dedans ? Nous ne sommes que des pions, des fourmis, dont la pensée est dictée par ce système. Et, quand celui-ci s’écroulera, toute l’espèce humaine s’écroulera avec. Mais, surtout, Anti-human souligne l’impact de l’activité humaine sur le Vivant (notamment à la fin « Depuis 1970, 60% des espèces se sont éteintes à cause des humains »).

Karma

Un geste a priori « anodin », ici jeter une bouteille d’eau dans un courant d’eau, peut avoir une portée bien plus importante qu’on ne le pense. Les conséquences négatives sont nombreuses et atteignent les habitants des quatre coins du monde. Ce sont ces gestes, multipliés, qui provoquent l’effondrement que nous vivons actuellement. La morale de Karma ? Un geste qui va à l’encontre de la préservation de l’environnement se retournera forcément contre vous.

Les Jours Rouges

« Les Jours Rouges », c’est la période de confinement que va subir la jeune génération d’aujourd’hui dans quelques années ; lorsque les conditions de vie ne seront plus viables. Or Les Jours Rouges ne reste pas pessimiste : ce sont les « rêves verts » des enfants, c’est-à-dire leur imagination et créativité, qui amèneront des solutions pour créer le monde de demain. Et si, finalement, la justice sociale et environnementale pouvait enfin triompher ?

Réagissez !

En mettant en scène l’inaction de la majorité d’entre nous lorsque l’on voit quelqu’un faire un geste anti-écologique, Réagissez nous invite à agir. Et ce, dès maintenant ! A-t-on vraiment le temps d’attendre ? Non.

Soif de vivre

Ces jeunes militants pour l’environnement, encore aujourd’hui qualifiés  d’ « hystériques » ou de « manipulés, inconscients », n’avaient-ils pas raison ? C’est sûrement la réflexion que nous aurons tous dans quelques années, quand l’effondrement aura bel et bien dévasté le Vivant. Soif de vivre nous projette en 2054, dans un monde où les hommes et les animaux tentent de survivre, ensemble.

Votre partie est terminée

Dans Votre partie est terminée, la planète est considérée comme un grand terrain de jeu. Certaines personnes, et notamment la jeune génération, font de leur mieux pour la protéger contre l’argent, l’ignorance et la pollution. Bref, contre le système capitaliste dans lequel nous vivons aujourd’hui. Plutôt optimiste, le court-métrage invite ces jeunes à reprendre le contrôle pour stopper ce jeu destructeur : « Your game is over ». 

Tout va bien

Et si les réseaux sociaux devenaient le miroir de l’extinction du Vivant ? En ne prenant pas l’urgence climatique au sérieux, pour préférer la diffusion d’une vie parfaite et saine sur ces dits réseaux où parler d’effondrement ferait tâche, nous pourrions finir par n’avoir que celui-ci à diffuser dans nos stories Instagram … Ainsi, Tout va bien incite à utiliser les réseaux sociaux de manière réaliste et dans un but informatif afin d’éveiller les consciences à l’urgence climatique.

«Je vous avais prévenu »

Si chaque court-métrage a sa spécificité, tous ont un point commun : la sensibilisation environnementale. Aussi, la majorité met en avant l’importance de la jeunesse, des nouvelles générations, pour faire face aux défis que pose aujourd’hui l’urgence climatique. Un des court-métrages, Soif de vivre, fait allusion aux discours de Greta Thunberg via la Une d’un journal où on peut lire « Greta : Je vous avais prévenu ». Plus généralement, le message de ces films est le suivant : il faut agir maintenant, et même si cela est déjà trop tard.

Les court-métrages, en ligne du 14 au 30 novembre, ont été soumis au vote du jury ; mais aussi du public ! Pour voir les autres films proposés, il vous suffit de consulter le site SensCritique. La remise de divers prix aura lieu le 3 décembre 2020, afin d’encourager les réalisateurs choisis à continuer dans cette voie.  

Donation