L’idée n’est pas nouvelle mais fait un sérieux bout de chemin jusqu’à peu à peu se généraliser dans les pratiques. Rekwup est une coopérative qui a pour objet le prêt de gobelets réutilisables dans une perspective de réduction des déchets et de protection de l’environnement. Le projet, lancé par le Belge Jean-Gérald Pahaut a été testé pendant plusieurs années avant qu’il ne se concrétise en 2014. Grâce à cette nouvelle activité, des millions de gobelets jetables ont été économisés pendant des festivals et l’équivalent de 5 emplois temps plein ont pu voir le jour. Retour sur un projet qui démontre qu’un changement de pratique est possible en quelques années !

Les festivals de musique et autres fêtes sont souvent pointés du doigt en raison des nombreux déchets produits en l’espace de quelques jours. Et ce n’est pas faux, même si certains font attention, les effets de groupe sont redoutables en matière de pollution. Cependant, les questions environnementales ne sont plus étrangères aux organisateurs, qui essayent de trouver de nouvelles solutions, en réduisant les déchets. L’aspect « éco » d’un évènement devient même un argument commercial. Parmi les alternatives auxquelles ils ont recours, outre l’usage de contenants réutilisables, on trouve également les toilettes sèches.

C’est de ces mêmes observations qu’est né Rekwup : depuis les barquettes de frites jusqu’aux gobelets, le tout-jetable prospérait en Belgique et ailleurs. Les poubelles, aussi… du moins pour ceux qui prennent à la peine d’aller jusque là. Le fondateur de Rekwup, Jean-Gérald Pahaut en a fait lui-même l’observation puisque, avant de se lancer, il organisait des petits évènements festifs et culturels. Malgré leur taille réduite, nous explique-t-il, « plusieurs centimètres de gobelets s’amoncelaient sur le sol en fond de salle les lendemains de soirée ».

Crédit image : Rekwup

« Mettre en avant la réutilisation, l’économie de la fonctionnalité et l’économie circulaire »  

Pour passer « du consommer-jeter au 100% réutilisable », il fallait développer une alternative qui puisse être facilement adoptée par les organisateurs d’évènements. Dans un premier temps, Jean-Gérald Pahaut a donc expérimenté différentes solutions dans le cadre de ses propres activités, avant de se lancer dans un projet plus vaste. Il ne s’agissait pas seulement de proposer des gobelets réutilisables « qui finiraient dans des étagères », mais de réfléchir à un cycle complet, de la production au lavage, maximisant l’usage de chaque unité et qui encouragerait les organisateurs à se détourner des gobelets jetables. C’est ainsi qu’il décide non seulement de proposer des verres à la location, mais aussi de les nettoyer, de les transporter et de les stocker, le tout en utilisant des machines le plus économes possible en eau et en électricité. Bref, une véritable démarche écologique de A à Z.

Entre 2010 et 2013, la viabilité du projet et son intérêt écologique son expérimentés en partenariat avec le festival Esperanzah, en Belgique, avec plus de 200.000 gobelets. Selon Jean-Gérald Pahaut, « il fallait vérifier que ce modèle était écologiquement plus intéressant que le tout jetable », notamment en observant si les gobelets étaient réellement réutilisables sur plusieurs cycles. Les gobelets utilisés, produits par « Esprit planète », ont été étudiés pour être « le plus solide et le plus hygiénique possible ». « Peu de chance qu’ils cassent en tombant par terre, même remplis » affirme Jean-Gérald Pahaut, selon qui l’absence d’aspérité sur le fond intérieur des gobelets permet un nettoyage particulièrement efficace. Suite à cette expérience à taille réelle, le modèle a pu être validé.

Crédit image : Rekwup

Un service qui s’adresse également aux associations et organisations étudiantes

Aujourd’hui, afin de pérenniser le modèle économique, Rekwup propose ses services à de nombreux organisateurs d’évènements ponctuels, mais s’adresse aussi à des structures qui ont des besoins en gobelets pendant toute l’année. Jean-Gérald Pahaut collabore notamment avec des associations étudiantes du campus universitaire de Louvain-La-Neuve. Ce fonctionnement permet un usage rationalisé des gobelets et assure la viabilité économique de l’ensemble.

Demain, le Zéro Déchet partout ? 

Jean-Gérald Pahaut espère, qu’à l’avenir, des incitations fiscales soient mises en place par les États pour accélérer le développement de l’économie de la fonctionnalité. Un espoir pour d’autres secteurs alternatifs également. Car le chemin du zéro déchet est encore long pour les festivals et si l’utilisation de gobelets réutilisables permet de désemplir les poubelles, d’autres aspects continuent à poser problème. Quid des assiettes et des couverts par exemple, pour lesquels les modèles réutilisables sont moins développés, alors qu’ils existent ? « On y viendra », promet le fondateur de Rekwup, convaincu qu’avec l’évolution des mentalités, les habitudes de consommation se mettent également à changer. Le succès des gobelets réutilisables en festival démontre qu’à partir d’une bonne idée, il est possible de changer de nombreux comportements en faveur de la planète.

Crédit image : Rekwup

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Source : rekwup.be