« Le nombre de décès est au plus haut depuis l’après-guerre » titre le rapport démographique 2015 de l’Insee. Son constat est sans appel, l’espérance ne vie n’a pas simplement arrêté son ascension traditionnelle, elle a reculé en 2015. Mais que signifient vraiment ces chiffres ?

Publié ce mardi 19 janvier, le bilan démographique 2015 apparait relativement morose pour la France avec, notamment, un taux de fécondité en baisse. Un chiffre particulièrement marquant concerne l’espérance de vie à la naissance qui recule de quelques mois, autant pour les hommes que pour les femmes, pour s’établir respectivement à 78,9 ans et 85 ans. Une première depuis 1969, dit-on. Mais les experts de l’Insee se veulent rassurants. Cette baisse serait liée à une surmortalité conséquente à la canicule, la grippe et la vague de froid. La population française, vieillissante, résisterait mal à ces situations climatiques et sanitaires exceptionnelles. D’autres chercheurs viennent en renfort pour nous expliquer que tout ceci n’est qu’un accident de parcours. « L’espérance de vie va continuer à augmenter » déclarait Laurent Toulemon, directeur de recherche à l’INED sur Europe 1.

On nous invite donc à relativiser l’évènement historique en rappelant qu’après tout « l’espérance de vie est un calcul fait à partir des risques de décès au cours de l’année. » Une incohérence ne devrait-elle pas nous sauter aux yeux à la lecture de ces précisions ? Les chercheurs insistent sur le fait que l’espérance de vie se calcule sur les morts observés maintenant, dévoilant un secret de polichinelle : l’espérance de vie ne représente absolument pas les chances pour une enfant né cette année de vivre jusqu’à l’âge annoncé. Il s’agit uniquement de l’âge moyen des personnes décédées au cours de l’année en cours. Ainsi, la dénomination d’espérance de vie est fondamentalement trompeuse. Il aura fallu que l’espérance de vie recule pour s’empresser de nous rappeler que cet indicateur n’en est pas vraiment un et qu’il est donc à relativiser.

Les anciens d’aujourd’hui ne sont pas les anciens de demain

L’espérance de vie à la naissance est donc calculée en fonction de l’age des individus qui meurent au cours de l’année observée (soit courant 2015), en postulant que les conditions d’existence se verront inchangées (ou améliorées) durant la période d’environ 80 ans à venir. En d’autres termes, pour que cette espérance puisse s’appliquer à un enfant naissant aujourd’hui, cet enfant devrait donc manger, circuler, respirer, bref, vivre, dans des conditions environnementales 100% similaires aux personnes décédées en 2015. Des personnes qui sont donc nées dans les années 1930… Ainsi, l’incohérence frappe aux yeux. Les personnes âgées qui décèdent aujourd’hui ont non seulement joui d’un mode de vie profondément différent de cette génération, mais elles ont en plus bénéficié des progrès fulgurants de la médecine des trente dernières années. Il y a donc un décalage de plusieurs générations entre l’espérance de vie observée et celle qui s’appliquera réellement d’ici à ce que les nouveaux-nés soient vieux. Pour faire simple : est-ce que nos grands-parents ont le même mode de vie que nos enfants. Définitivement non.

Dès lors, peut-on vraiment concevoir que le mode de vie (alimentation, environnement, pollution,…) du siècle dernier soit un bon indicateur de l’espérance de vie des générations futures et actuelles ? N’est-ce pas un biais d’interprétation évident basé sur une foi aveugle dans le modèle actuel ? Ainsi, l’indicateur de l’espérance de vie n’indique rien d’autre que l’âge moyen de mort des personnes qui vivent actuellement. Il n’existe aucun moyen de déterminer une espérance de vie future à moins de prédire que les conditions de vie seront strictement identiques, ce qui, au regard de l’évolution des conditions environnementales, est à mettre en perspective. L’indicateur de l’espérance de vie n’est donc utile que pour donner une tendance à la hausse ou à la baisse avec un retard de plusieurs générations. Il ne prédit rien et ne peut donc servir d’argument pour consolider un quelconque modèle économique ou politique.

Un autre indicateur passé sous silence

Si l’indicateur de l’espérance de vie ne nous est pas véritablement utile, un autre indicateur, bien plus parlant, est plus rarement évoqué : les années de vie en bonne santé. Cet indicateur, aussi appelé «espérance de vie sans incapacité», a été mis au point précisément car l’espérance de vie ne représentait rien de concret quant à la qualité d’existence réelle. Par exemple, quelqu’un d’alité ou de gravement malade peut atteindre un âge avancé, tirant les statistiques d’espérance de vie vers le haut. Si l’indicateur des années de vie en bonne santé souffre également d’une incapacité à prédire l’avenir, il offre une lecture bien différente de l’existence humaine.

Ainsi, on est tout de suite frappé par des chiffres nettement moins racoleurs. L’indicateur de vie en bonne santé dans l’UE-28 était estimé en 2013 à 61,4 ans pour les hommes et 61,5 ans pour les femmes. Près de 20 ans de moins que « l’age de mort » moyen et sans aucune différence notoire entre les sexes. Par ailleurs, cette espérance de vie en bonne santé fut stable dans l’Union Européenne durant la dernière décennie, et va même jusqu’à diminuer dans certains pays dont la France et l’Italie. Ainsi, une femme peut aujourd’hui passer en moyenne 22 ans de sa vie avec des incapacités contre 15 ans en 2004, en dépit de l’amélioration de la médecine moderne. Le constat est clair : plus la vie s’allonge, plus elle se passe en mauvaise santé. Vivre plus longtemps ne nous permet malheureusement pas de vivre en meilleur santé. Difficile de donner de la crédibilité aux discours politiques prônant le recul de l’âge de la retraite si notre santé ne suit pas notre longévité.

Healthy_life_years_at_birth,_females,_2010_and_2013_(years)_YB15-fr

Malgré ces statistiques largement moins médiatisées, Eurostat estime que l’état de santé de la population vieillissante de l’UE est mal connue. Un choix « collectif » implicite fut fait de baser nos perceptions de la réussite du « modèle occidental » entièrement sur l’espérance de vie, rendant difficile tout regard critique sur les conditions de vie pour les raisons évoquées plus haut. On peut raisonnablement estimer que rallonger la durée de vie n’a de sens que si celle-ci se déroule dans de meilleurs conditions. Tel un parallèle avec la société de Croissance, l’imaginaire collectif semble être colonisé par l’obsession de la quantité alors que la qualité est rendue secondaire. La dégradation importante de la biosphère, les pollutions atmosphériques, et les conséquences d’un changement climatique, auront-ils raison de nos projections statistiques ?

Donation