« Le marché interdit » : comprendre l’enfumage de Carrefour sur les semences paysannes

Peu critiquée pendant les premiers jours, l’annonce faite par Carrefour de vendre des légumes issus de semences qui ne figurent pas au catalogue national rencontre finalement une importante opposition. En effet, alors que l’entreprise participe depuis des dizaines d’années à l’uniformisation des fruits et légumes et que ses rayons regorgent de produits qui ne sont éthiques ni d’un point de vu social, ni d’un point de vu environnemental, des voix s’élèvent contre une campagne de « greenwashing » et de récupération d’initiatives citoyennes à des fins commerciales, le tout sur le dos des petits agriculteurs.

Vous viendrait t-il à l’esprit, si les géants du pétrole Exxon Mobile ou Total annonçaient demain vouloir investir 0,1% de leurs bénéfices dans les énergies renouvelables, de saluer l’initiative en fanfare ? Il est peu probable que vous cédiez à cette opération de séduction et de diversion. Pourquoi en serait-il autrement, lorsque que Carrefour se fait subitement défenseur de la biodiversité ?

Pourtant, c’est bien ce que le géant de la grande distribution veut faire croire depuis la semaine passée, en annonçant se fournir désormais chez quelques paysans qui cultivent des variétés dont les graines ne figurent pas au catalogue national. L’opération marketing, sobrement intitulée « Le Marché interdit », a fait beaucoup de bruit dans les médias, même s’il ne concerne en réalité que deux groupements de producteurs et quelques magasins en Bretagne et en Île de France.

Non, personne n’a jamais empêché Carrefour de vendre cet artichaut…

Il faut dire que les moyens de communication étaient conséquents, depuis le communiqué de presse en passant par une vidéo YouTube jusqu’aux publicités sponsorisées sur Facebook et Google. Toute personne avec un peu de fibre « écolo » a pu facilement tomber dans le panneau. L’annonce a également été accompagnée par le lancement d’une pétition pour « simplifier la loi pour permettre aux petits paysans de commercialiser en circuit court leurs semences librement reproductibles » et « pour ouvrir le catalogue officiel à ces semences paysannes ». Creusons la question…

L’hôpital qui se moque de la charité

Nombreux sont les éléments de la campagne de Carrefour qui clochent et la société civile a rapidement tenu à le rappeler. Comme l’ensemble des grandes surfaces, Carrefour maintient des relations asymétriques avec ses fournisseurs à qui elle impose ses propres conditions de rachat. Il est aujourd’hui reconnu que la grande distribution, en tirant les prix vers le bas, plonge les producteurs dans des conditions économiques intenables, tout en réalisant des profits records. Par ailleurs, le grand groupe est responsable, tout comme les autres du secteur, de l’homogénéisation des variétés des fruits et légumes depuis plusieurs décennies. En effet, lobbies de l’agro-industrie comme acteurs de la grande distribution ont participé de concert à la disparition des variétés ancestrales. Ne sommes-nous pas justement en face des causes de la disparition des paysans ?

Selon Patrick de Kochko, coordinateur du Réseau Semences Paysannes, le modèle économique des grandes surfaces s’appuie sur « l’industrialisation de l’agriculture, des prix toujours plus bas et des pratiques commerciales qui étranglent les plus petits agriculteurs qui finissent par disparaître. Seuls les plus gros restent en place mais doivent produire à moindre coût avec des pratiques industrielles et des cultures homogènes. » Mais suffirait-il d’un mea culpa enrobé d’une bonne dose de communication pour se racheter une vertu et faire oublier tout le reste aux consommateurs ? À l’heure de la « La Société du spectacle » (Cf: G.Debord), tous les coups de com’ semblent permis.

Même son de cloche chez ActionAid France, une association qui se penche depuis de nombreuses années sur les pratiques commerciales des acteurs de la grande distribution. Selon Alice Bordaçarre, chargée de campagne dignité au travail/RSE, « Les grandes surfaces, Carrefour y compris, dominent complètement les filières d’approvisionnement et imposent des conditions d’achat à leurs fournisseurs. La puissance d’achat des supermarchés permet d’imposer des prix d’achat extrêmement bas, largement insuffisants pour des conditions de production durables ». Comme l’association a pu le montrer à de multiples reprises, « en bout de chaîne, ce sont les travailleurs et travailleuses qui portent les conséquences des pratiques douteuses de la grande distribution ».

Un catalogue des semences vivement contesté

Pourtant, le fond de la campagne est juste (en récupérant les combats de nombreuses associations), et sa forme séduisante. En apparence, il est tout à fait louable de mettre l’accent sur les questions soulevées par les semences paysannes. Le problème est réel puisque le système de catalogue empêche depuis sa mise en place en 1981 les paysans de revendre des semences qui n’y figureraient pas. En moins d’un sciècle, on estime que 75% de variétés comestibles ont disparu…

Il y a donc de bonnes raisons de s’indigner contre ce catalogue national. D’une part, cet outil ne reflète en rien le travail des paysans, qui sélectionnent, récoltes après récoltes, les meilleurs variétés et préservent ainsi la biodiversité. Par ailleurs, il lui est reproché de servir des intérêts privés : selon le Réseau Semence Paysannes le catalogue national est « un outil au service du monopole radical exercé par l’industrie sur les semences. » Et pour cause, l’inscription au catalogue est payante et les critères d’admission auraient tendance à favoriser les semences conformes aux ambitions productivistes. Mais voilà, Carrefour qui était-lui même un acteur du productivisme ne s’attaque pas au fond du problème…

Communication réussie, mais trompeuse

Régulièrement contestées à force d’être mêlées à des scandales, il n’est pas étonnant de voir les grandes surfaces s’emparer du développement durable pour retrouver une légitimité perdue. En employant un lexique finement étudié, Carrefour se rendrait subitement défenseur des semences paysannes et prendrait le flambeau d’un combat mené depuis de longues années par une partie des promoteurs de l’agriculture biologique, le tout en rentrant, disent-ils, dans l’illégalité ! Après quelques jours, la campagne a divisé les professionnels du secteur, les associations et l’opinion publique. Le Réseau Semence Paysanne s’est officiellement désolidarisé de l’opération qu’il a qualifié dans une communiqué de presse de « propagande entretenant la confusion », manipulant habilement l’opinion publique.

En effet, Carrefour joue sur les mots. La vente de fruits et légumes issus de semences ne figurant pas au catalogue n’est en rien contraire à la loi. Rien ne l’interdit. Tout vendeur de fruits et légumes peut exposer ce type de variétés, sans aucune contrainte légale. Carrefour n’est d’ailleurs pas le premier à s’investir dans une telle démarche puisque dans les étalages des Biocoop par exemple, on retrouve depuis quelques années déjà des légumes produits à partir de semences qui ne figurent pas au catalogue. UFC Que Choisir a d’ailleurs publié un communiqué à ce sujet. Ces légumes sont « habituellement écartés des rayons par la grande distribution elle-même » explique l’ONG. Mais rien n’interdit à personne de les vendre !

En revanche, et c’est tout l’enjeu de l’opération, les semences ne peuvent pas être vendues en gros. C’est contre cette restriction qui pénalise certains paysans et met en danger la biodiversité que certains luttent depuis des années. Selon Patrick de Kochko, « Le marche interdit » est tout bonnement « une campagne de pure greenwashing ». Il dénonce un « verdissement de façade » alors que « les pratiques de Carrefour et des autres enseignes de la grande distribution ont provoqué l’homogénéisation de l’agriculture ». En d’autres termes, Carrefour fait aujourd’hui ce qu’elle aurait du faire depuis toujours. Excepté que ceci est présenté comme une grande révolution.

Après le greenwashing, le « socialwashing »

Dans ce contexte, aussi bien le Réseau Semence Paysanne qu’ActionAid France s’inquiètent de la confusion que pourrait entraîner la campagne de Carrefour. « Carrefour s’approprie l’image d’un combat mené depuis de nombreuses années par des militants » s’indigne Patrick de Kochko, qui espère que les consommateurs ne seront pas dupes, alors qu’Alice Bardaçarre relève que l’enseigne utilise à dessein des méthodes qui appartiennent à la société civile en organisant une pétition sur Change.org et en lançant campagne d’affichage sauvage dans les rues de Paris. On croirait presque à un mouvement citoyen. Du grand art marketing. Aussi, elle tient à rappeler que Carrefour « ne défend pas les intérêts de la société civiles, mais avant tout des intérêts privés ».

Source : Blog de David LePage

C’est désormais connu de tous, l’esprit du capitalisme avale tout sur son passage. Après la « verdisation » des logos de Macdo et Coca, c’est au tour de la grande distribution de chasser les nouvelles niches commerciales développées par des décennies de luttes citoyennes sur le terrain. En d’autres termes, il faut ramener le consommateur moyen dans la grande distribution. En effet, qui se rend jusqu’au Carrefour pour uniquement acheter trois légumes ? L’accaparement du très petit marché des initiatives éco-citoyennes (qui peinent souvent à subsister) se fera donc au profit de Carrefour, et de Carrefour uniquement. Car, hormis ce plan de communication rondement mené qui concerne une poignée de variétés, le géant de la grande distribution continuera de vendre quelques 3200 variétés de légumes issues de l’agro-industrie conventionnelle qu’elle prétend combattre.


Sources : Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation / semencespaysannes.org / carrefour.comhuffingtonpost.fr

Article gratuit, rédigé de manière 100% indépendante, sans subvention ni partenaires privés. Soutenez-nous aujourd’hui par un petit café.