Nous entendons régulièrement parler de la déforestation mais plus rarement de reforestation. C’est pourtant un record en la matière que l’Équateur a validé le 16 mai dernier. 45 000 personnes se sont rassemblées pour planter 647 250 arbres de 200 espèces différentes en l’espace de 24 heures.

« Je viens d’être informé que nous avons battu le record du Livre des records Guinness pour la reforestation », déclarait Rafael Correa, Président équatorien, dans son allocution hebdomadaire. L’événement a eu lieu à Catequilla, près de la capitale Quito, où une équipe du Guinness Book était présente pour valider le record. Le précédent en la matière avait été établi l’année passée par les Philippines. Une quasi compétition en faveur de l’environnement.

Il faut dire que depuis 2008, le ministère de l’Environnement tente de mener une politique en faveur de l’environnement et plus particulièrement de la reforestation. À cet effet, le pays avait alloué quelques 74 millions de dollars pour replanter des arbres dans un pays où la déforestation est un fléau.

Alors que l’Équateur possède l’un des taux de biodiversité les plus forts au monde, il fait paradoxalement partie des pays les plus touchés par la déforestation. On estime que depuis 1990, un quart de sa forêt a disparu. L’agriculture, l’élevage et l’industrie pétrolière se partagent en grande partie les responsabilités de l’abattage de la forêt amazonienne.

Malgré cet évènement remarquable, il reste du chemin à parcourir. En sept ans, à peine 4% de la superficie du pays a été reboisée. Mais l’objectif est d’atteindre un niveau zéro de déforestation pour 2017. Optimiste sans changement des modes de vie ?

kichwa-05Photographie : imagineecuador.com

ecolodge-ecuador-1200x520Photographie : ecuatraveling.com

Yasuni_ParkPhotographie : america-special-tours.de

5531947

ecuador-amazon-tours-03Photographie : adventure-life.com

Notons tout de même que Rafael Correa, le président équatorien à la tête d’un état lourdement endetté, avait donné son feu vert en 2013 pour l’exploitation pétrolière du parc Yasuni. Environ 11 000 indigènes quichuas et huaorani vivent pourtant dans ce parc. Cependant, cette exploitation ne pourrait pas dépasser 1% de la superficie du parc, précise le président.


Source : lesoir.be / sciencepost.fr / Photographie : ecuatraveling.com