« Human Flow » : vision interpelante d’Ai Weiwei sur 65 millions de déplacés

Plongée glacée, sans concession, dans le monde des populations déplacées. Les importants flux migratoires sont sans aucun doute l’un des phénomènes les plus marquants en cette première moitié de 21è siècle. Les émotions ont souvent laissé place au sentiment que, les États du monde et notamment l’Union européenne, n’étaient pas à la hauteur de l’enjeu. Conséquence : le manque d’empathie propre à nos sociétés individualistes et l’incapacité de nous figurer toute l’horreur de la situation aura généré un rejet d’une part non négligeable de la population, avec le retour des populismes partout en Europe. Sous le regard acerbe de l’artiste Ai Weiwei, la tragédie humaine prend une nouvelle dimension. Son film, intitulé « Human Flow », sortira en salle le 7 février prochain.

En l’espace de quelques années, les migrations humaines sont devenues le centre de l’actualité. Alors que le nombre de personnes réfugiées s’élevait à 8,4 millions en 2005, 10 ans plus tard, en 2016, ce chiffre a atteint 64,5 millions de personnes à travers le monde. Pour rendre compte de l’ampleur de cette tragédie humaine, Ai Weiwei ne s’est pas arrêté aux chiffres mais a voulu mettre en lumière les individus dont les vies ont été sacrifiées. Car, contrairement à certaines croyances populaires, on ne choisit de de quitter famille, travail, maison et identité pour braver la mort sans en avoir une excellente raison. « L’ambition de HUMAN FLOW consiste à aller au-delà des données statistiques pour prendre en compte les vies humaines. Les chiffres ne sont pas à la hauteur des êtres humains concernés, et de leurs trajectoires personnelles, et ils ne font pas bouger les lignes », peut-on lire dans le communiqué de presse qui annonce la sortie du film. En effet, sommes nous seulement capables de nous imaginer sincèrement ce que représentent plusieurs milliers d’individus se noyant en tentant de traverser la méditerranée ?

Au plus proche des personnes réfugiées

Ai Weiwei parle donc avec les images, car les mots et les chiffres ne suffisent pas à imaginer « l’ampleur catastrophique de la crise des migrants et ses terribles répercussions humanitaires ». « Ce qui m’a le plus impressionné, c’est la détermination des réfugiés. Ils ne se plaignent presque jamais, alors que personne ne se soucie de leur sort, que leur avenir est incertain. À mes yeux, le traitement qu’on leur réserve est parfaitement inhumain », explique l’artiste. Pour rendre compte de cette réalité, les équipes de tournage se sont rendues dans 23 pays, depuis les États-Unis jusqu’au Pakistan en passant pour l’Europe et le Moyen-Orient, nous offrant ainsi une imposante fresque du monde d’aujourd’hui.

Ai Weiwei donne la voix à ceux qui ont tout quitté dans l’espoir de trouver la sécurité et la justice qu’on leur refuse chez eux. Il nous fait découvrir une nouvelle fois des camps de réfugiés surpeuplés, les risques pris par les femmes, les hommes et les enfants qui traversent les mers sur de frêles embarcations mais aussi tout ce qu’ils ont laissé derrière eux. On redécouvre également le fait que les déplacements de populations vers l’Europe sont une petite partie visible de l’iceberg.

Le film nous emmène au plus proche de cette vie qui représente désormais le quotidien de dizaines de millions de personnes dans le monde. « Beaucoup d’entre eux étaient contents qu’on leur prête attention, mais certains étaient plus indifférents, bien conscients que l’attention des médias n’avait pas jusqu’ici contribué à améliorer leur situation« , raconte Chin-Chin Yap, la productrice du film. Au contact des personnes réfugiées, les équipes du tournage ont constaté que ces dernières cherchaient avant tout à reconstruire leur vie en dépit des jugements« Les réfugiés sont des femmes, des hommes et des enfants. Leur vie n’a pas commencé à leur arrivée en Europe et leur fuite n’a pas été motivée par des raisons économiques mais par l’obligation de partir pour survivre ». Et puis, face aux images, on réalise à quel point derrière les mots et les étiquettes se trouvent des êtres humains tous uniques, tous différents, et non pas des groupes uniformes d’individus réduits à une origine ou une couleur de peau.

Des réalités complexes à appréhender

Loin des débats politiques partisans, le film rappelle que la déstabilisation que subissent certaines régions du monde en raison des guerres, des crises politiques et des catastrophes climatiques aura certainement des répercussions géo-politiques pendant de très nombreuses années. Les enfants qui grandissent dans ces zones dans lesquelles on ne leur offre aucune perspective d’avenir, hormis la faim et la pauvreté, sont particulièrement vulnérables à toutes les formes de d’exploitation et de radicalisation qui prospèrent en se nourrissant de la misère humaine.

Ce film d’Ai Weiwei pourra en surprendre plus d’un de part les problématiques qu’il aborde, mais également de son format, qui est celui du reportage brut plutôt qu’une œuvre strictement artistique. Pourtant, selon le réalisateur, Human Flow est dans la continuité de son parcours : « les artistes ont aussi la responsabilité de continuer à se renouveler parce que la société évolue à une vitesse tellement folle que les formes anciennes ne suivent plus : les artistes doivent donc faire preuve d’une plus grande sensibilité pour ce qu’il se passe dans le monde et pour la souffrance humaine ».


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉

Donation