Contre le tourisme de masse, il décide de voyager en cargo porte-conteneurs

Crédit photo : Fabien Favre

Pourquoi et comment voyager respectueusement ? C’est en se posant ces questions que Fabien a décidé de voyager autrement, plus lentement, plutôt que de céder à la frénésie d’un tourisme de masse qui est à l’image de la société de consommation. D’abord en cargo puis en stop et en bus, il a sillonné l’Amérique du Sud pendant 9 mois, entre août 2016 et avril 2017. Il nous offre aujourd’hui un témoignage inspirant de son aventure dont les principales étapes peuvent être consultées sur son site.

Fabien est un jeune homme âgé de 29 ans résidant en Suisse, enseignant d’éducation physique et d’histoire en temps partiel. Se définissant comme curieux et avide d’aventures, il a développé une passion particulière pour le voyage alternatif. Porté par son goût pour l’écriture, il a tenu à partager le récit de son périple en Amérique du sud sur son blog. Il y raconte les gens et les paysages, notamment ses 1500 km en stop à travers la Patagonie, sa traversée des Andes équatoriennes et l’hospitalité des habitant.es.

Crédit photo : Fabien Favre
Crédit photo : Fabien Favre

Éloge de la lenteur

C’est en partie par besoin de se confronter au « réel » que Fabien a décidé de se lancer à l’aventure. Dès le début de son périple, il a été convaincu par la nécessité de faire autrement et de vouer son voyage à la lenteur. Ainsi, c’est en cargo qu’il a traversé l’Atlantique par deux fois depuis Le Havre jusqu’en Colombie. Sur son blog, il raconte avec philosophie cette expérience unique : « si le voyage interocéanique par bateau conduit avant tout à redéfinir la perception de l’espace et du temps, il développe également le sens de la sobriété. » En effet, nous confirme-t-il, le voyage de 13 jours, pendant lequel on est relativement coupé du reste du monde, oblige à se consacrer à l’essentiel. Ainsi, pendant ces journées qui peuvent sembler longues, « on fait preuve de sobriété car on apprend à contenir nos désirs et à se contenter des « petites » choses qu’il est possible de faire à bord : manger, contempler l’océan, lire, réfléchir, etc. »

La lenteur permet de modifier son rapport au voyage. Fabien estime que le « « toujours plus en toujours moins de temps » nous pousse à être partout sans jamais être vraiment là. » La rapidité empêche de pleinement profiter du moment présent, des particularités des autres cultures et de comprendre les gens qui vivent sur place. « Le voyage lent donne l’avantage d’apprécier certains détails qui nous échapperaient autrement » contraste Fabien, qui nous raconte les nombreuses rencontres inattendues qu’il à eu l’occasion de faire au bord des routes. En effet, en parcourant l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie ou encore le Pérou par les moyens de locomotion traditionnels, la proximité s’établissait plus naturellement sur la route.

Crédit photo : Fabien Favre
Crédit photo : Fabien Favre

Se laisser surprendre

À de très nombreuses reprises, les habitant.e.s ont ouvert leur porte à Fabien, pour une voire plusieurs nuits. En Uruguay, Fabien a ainsi vécu plusieurs journées « irréelles », dans une communauté qui vit sans électricité ni eau courante, un mode de vie très éloigné de ses propres habitudes. Toutefois, les 9 mois écoulés ont bien évidemment été accompagnés de déconvenues : le pire souvenir de son périple étant les quelques jours pendant lesquels il a souffert de la dengue.

Tout en rappelant que tout voyage demande une certaine préparation, Fabien conseille aux autres de se laisser porter par leurs envies : « Les plus beaux moments sont souvent là où on ne les attend pas. Sortir un peu des sentiers battus permet de vivre des expériences réellement singulières, qui sont souvent plus riches et mémorables que les voyages « à la carte » ». Il tient par ailleurs à préciser que pour être formateur et unique, un voyage ne nécessite pas toujours de partir à l’autre bout du monde, au risque d’être frustré : « L’aventure commence au pas de la porte, il suffit de tendre le pousse en bas de chez nous par exemple. Et c’est parti ! » Tentés ?

Crédit photo : Fabien Favre
Crédit photo : Fabien Favre

Sources : Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation / fabienfavre.ch

Article gratuit, rédigé de manière 100% indépendante, sans subvention ni partenaires privés. Soutenez-nous aujourd’hui par un petit café