Une association américaine a décidé d’ouvrir un magasin d’armes à feu en plein cœur de New York. Le port d’arme y est pourtant formellement interdit aux civils… Son approche originale ne laisse visiblement aucun acheteur indifférent.

L’arme, un « outil » quasi-culturel aux USA

Le 2eme amendement de la Constitution américaine donne le « droit aux gens à détenir et à porter une arme pour se protéger». Un droit fortement ancré dans la culture américaine qui pourtant divise profondément les États-Unis. D’une région à l’autre, la législation en la matière peut être totalement différente. Entre la libéralisation des armes provenant des plus conservateurs et l’interdiction coté démocrates, chacun a son idée sur la question. Mais si la législation dépend de chaque État, le choix de porter une arme reste individuel et c’est bien sur ce dernier point que cherche à intervenir l’organisme States United to Prevent Gun Violence dans cette campagne originale.

c7724a6f-f067-4f36-a1af-9cc5bbab6b10_ORIGINAL

Alors que le débat fait rage, le nombre d’accidents et de morts par armes à feu aux États-Unis est lui bien réel. Il y a eu 160 tueries « de masse » dans le pays entre 2000 et 2013 faisant 486 morts et 557 blessés. Quotidiennement, il est recensé 268 blessés par balle. C’est aussi le premier pays au monde pour le nombre d’armes à feu per capita avec 90 armes pour 100 habitants. Avec un total d’environ 300 millions d’armes détenues par les particuliers (106 millions de pistolets, 105 millions de fusils et 83 millions de fusils de chasse), les USA se positionnent en tête de tous les classements.

Les armes ne protègent pas votre famille

Ces chiffres sont pourtant en baisse depuis 1973. Les organismes cherchent chaque jour à améliorer leur campagne en s’adressant non plus aux États mais directement aux citoyens. States Unites to Prevent Gun Violence a ainsi choisi de questionner les acheteurs sur le bienfait ou non du port d’une arme à feu et cela d’une manière bien originale.

L’organisme américain a ouvert un magasin d’armes à Manhattan, au cœur de New York. D’apparence anodine, la boutique propose des armes bien particulières. Chacune est vendue avec sa propre histoire. Ainsi vous pouvez achetez un 9mm semi-automatique avec lequel un enfant de deux ans a abattu sa mère dans un Walmart, ou encore un calibre 22 avec lequel un enfant de 5 ans a tué son petit frère de 9 mois en Ohio en janvier 2015.

Des histoires qui portent à la réflexion et vont à l’encontre de la pensée collective selon laquelle une arme à feu aurait un intérêt protecteur. L’organisme a filmé les réactions de ses clients que vous pouvez retrouver dans la vidéo qui suit. On y voit des prises de consciences émouvantes et des clients repartant les mains vides.

Moms-Demand-Action-for-Gun-Sense-01Image : Devinez lequel de ces objets sur interdit dans un état américain ? @ Moms Demand Action

« Toutes les armes ont une histoire. Ne la laissons pas se répéter.« 

L’organisme souligne habilement le risque que peut représenter une arme, principalement quand elle se trouve dans les mains d’une personne qui n’en a pas l’habileté, et qu’entre protection et mise en danger il n’y a qu’un pas. States United to Prevent Gun Violence joint a sa vidéo mise en ligne le 17 mars 2015 une pétition pour la vérification des antécédents sur toute vente d’armes à feu, l’interdiction des armes d’assaut, et une limite sur la capacité des magasins de munitions, qui sera ensuite soumise au Congrès.


Source : lesoir.be / journaldemontreal.com / gunpolicy.org / planetoscope.com / lemonde.fr

 

Donation