La voiture électrique serait-elle en passe de dépasser nos vieux modèles à essence ? Si l’on en croit les chiffres révélés par le constructeur japonais Nissan lors d’un sondage, cela se pourrait bien, tout du moins sur l’archipel nippon. En effet, le concepteur de la Nissan LEAF, la voiture 100% électrique la plus vendue au monde, affirme qu’il y aurait désormais davantage de bornes de recharge pour les voitures électriques que de stations essence au Japon. Un constat non sans intérêt.

Le Japon bien parti pour rouler vert

Ceux qui ont déjà mis un pied à Tokyo le savent, l’air y est beaucoup plus sain que dans de nombreuses grandes villes du monde. N’ayant pas attendu pour prendre le virage technologique, voitures électriques, hybrides en tout genre et vélos font désormais partie du paysage. Alors que les énergies fossiles sont soumises à restriction et que la réduction des émissions de gaz à effet de serre constituent un enjeu vital pour l’humanité, la démocratisation de la voiture électrique, bien que parfois critiquée, s’annoncerait ainsi salutaire. Mais pour que le rêve devienne réalité, les États doivent s’en donner les moyens et permettre la mise en place d’infrastructures adaptées.

En France, en 2015, on dénombrait 2 689 stations pour 9 064 points de recharge. Un chiffre très en dessous de celui révélé par Nissan au Japon, où l’on compterait désormais 40 000 stations de recharge électriques contre 35 000 stations essence réparties sur le territoire. Outre une volonté d’investir dans ces points de recharge, le gouvernement japonais n’est pas en reste. Dès 2009, une mesure permettait aux acquéreurs de véhicules électriques de bénéficier de subventions et de réductions d’impôts. En 2015, le Japon se plaçait ainsi au cinquième rang mondial en terme de ventes de voitures électriques. On précisera qu’en dépit du nombre important de stations, nombreuses pour des raisons de commodités propres à la culture japonaise, les transports en commun sont très largement préférés et particulièrement efficaces dans de grandes villes comme Tokyo.

japan_voiture_electrique.jpg_2

Les lieux de recharge : une raison sine qua non du développement du marché

Fort de ses 40 000 stations de recharge, le marché de la voiture électrique au Japon a tout pour se développer et pour désormais sérieusement concurrencer celui des véhicules à essence ou diesel. En effet, l’une des barrières les plus importantes à l’achat d’un véhicule électrique reste l’absence ou le nombre trop peu élevé de points de recharge. Ainsi, en 2014, 64% des Français interrogés évoquaient l’autonomie jugée faible des véhicules électriques comme obstacle à l’achat, et 51% d’entre eux le manque de stations de recharge. Des chiffres logiques, lorsque l’on sait que personne n’a envie de tomber en panne sur un Limoges-Marseille. La menace de la batterie vide est déjà assez présente tous les jours en terme de communication mobile — générant de nouvelles peurs comme la « nomophobie »— pour s’exporter à nos moyens de transports. D’où l’impériale nécessité de points de recharge nombreux, efficaces et équitablement répartis.

La mise en place de lieux de chargement, mais aussi une politique incitative et la possibilité pour les particuliers de mettre leurs bornes personnelles à disposition des autres automobilistes sont des points sur lesquels les états doivent plancher s’ils veulent voir les citoyens « rouler propre ». Le développement d’applications de géolocalisation des stations de recharge — publiques ou privatives — est également un élément clé pour rassurer l’acheteur. Au Japon, des applications comme PlugShare ou PlugSurfing mettent d’ores et déjà au goût du jour la localisation et la mise en partage des différents types de stations, à la façon d’Airbnb.

japan_voiture_electrique

L’électricité au Japon, un sujet épineux

Cependant, dans un Japon qui, après la catastrophe de Fukushima, a décidé de mettre à l’arrêt chacun de ses 54 réacteurs nucléaires, il est possible de se demander si se rendre davantage dépendant de l’énergie électrique est un choix judicieux. Alors qu’en 2010, le nucléaire fournissait près de 30% de l’électricité du pays, aujourd’hui la dépendance énergétique du Japon vis à vis des énergies fossiles est quasi-totale. Premier importateur de gaz naturel au monde, le Japon est aussi en haut du classement concernant le charbon et le pétrole. Ainsi, si l’instauration de la voiture électrique se révèle être un bon moyen d’échapper au diktat pétrolier, on notera cependant que la production d’électricité japonaise se fait aujourd’hui à 85% grâce aux énergies fossiles. Une mauvaise nouvelle, tant pour la balance commerciale du pays, largement endommagée par l’augmentation subite de ses importations, que pour la qualité de l’air.

Le Japon en bonne route vers la transition énergétique

D’un autre côté, on pourrait aussi voir la démocratisation du véhicule électrique au Japon comme le premier signe d’une véritable transition énergétique plus large. Si l’on met de côté les allégations pessimistes qui voudraient qu’un besoin accru en électricité permette au lobby nucléaire nippon, très virulent, de placer de nouveau ses pions et de justifier la réouverture des centrales, alors il nous est possible d’imaginer un Japon qui refonderait son indépendance énergétique sur les énergies renouvelables. Comme ailleurs, cette transition est possible, mais l’ambition politique est-elle au rendez-vous ?

Archive 2013 : quand Toyota, Nissan, Honda et Mitsubishi propulsaient l’électrique

À l’heure actuelle, l’archipel nippon produit environ 12% de son électricité grâce aux énergies renouvelables — tirées principalement de l’hydroélectricité, et a pour objectif d’atteindre les 20% d’ici 2020. L’énergie solaire et la biomasse ne sont pas en reste également, et le Japon accueillera très bientôt le plus grand parc solaire flottant au monde. Avec l’installation d’une centrale photovoltaïque flottante couvrant près de 180 000 m2, le Japon pourra ainsi produire plus de 16 000 MWh annuels, ce qui reste malgré tout relativement peu. Par ailleurs, le photovoltaïque privé se démocratise et les panneaux commencent à fleurir sur les toits des habitations nipponnes. Déjà sur sa lancée, le Japon avait également annoncé en 2012 la mise en place de subventions et de tarifs préférentiels afin d’accélérer le passage aux énergies renouvelables. Sous le soleil, au Japon, tout roule !


Sources Automotion.lu  / Avere-france.org  / japantimes.co.jp  / cheatsheet.com  / avem.frtheguardian.comglobal.kyocera.com / japantimes.co.jp

Donation