La (très) grande évasion : ces milliards qui s’envolent au nez du contribuable français (Vidéo)

Alors que le mouvement des gilets jaunes met en exergue le sentiment d’injustice qu’éprouve une partie croissante de la population face à la fiscalité française, Yannick Kergoat (Les nouveaux chiens de garde) et Denis Robert, spécialiste du journalisme d’investigation, viennent d’annoncer leur prochain film documentaire intitulé La (très) grande évasion.


Déjà deux ans d’enquêtes et d’entretiens pour décortiquer les dessous de l’évasion fiscale : lancés dans un projet au long cours, Yannick Kergoat et Denis Robert, qui se sont illustrés à plusieurs reprises pour leurs documentaires ou leurs travaux d’investigation, se sont associés pour comprendre l’un des phénomènes contemporains les plus décriés, celui de l’évasion fiscale. Et pourtant, la multiplication de scandales – Luxleaks, Panama Papers, Paradise Papers, CumEx – n’a jusqu’à présent pas provoqué de sursaut politique…


« Ce sont des sommes qui échappent à la solidarité nationale »

S’il l’on additionne les techniques de fraude fiscale et ceux d’optimisation, l’évitement de l’impôt coûte entre 80 et 100 milliards d’euros à la France chaque année, 1000 milliards au niveau européen. À titre de comparaison, nous indique Yannick Kergoat, c’est « plus que le déficit budgétaire français – 83 milliards d’euros – plus que l’impôt sur le revenu – 74 milliards d’euros – et plus que le budget de l’éducation nationale, qui, pension comprise, avoisine les 70 milliards ». Selon le réalisateur, « ce sujet il faut en faire un débat politique le plus large possible et pour tous les citoyens. C’est l’objectif qu’on se donne avec ce film ».

L’ampleur de l’évasion fiscale ne manque pas d’interpeller, alors que s’ouvre un débat national à l’occasion duquel les citoyens et les citoyennes sont invités à choisir entre les services publics les plus utiles et ceux qui le seraient moins (…). Le danger de voir s’accentuer un clivage entre les territoires est réel, mais est-ce une fatalité ? « Comme en témoignent les chiffres, il y a des sommes considérables qui échappent à l’impôt, à la solidarité nationale », défend pour sa part Yannick Kergoat, convaincu qu’il est possible de maintenir les services qui ont pour objet de maintenir une égalité d’accès et de traitement pour tous.

La démocratie en cause

Par ailleurs, si les plus riches peuvent élaborer des moyens complexes pour échapper à l’impôt, cet élément fondateur de nos sociétés modernes, peut-on toujours se définir comme vivant dans une démocratie saine ? Les fruits de l’impôt permettant notamment aux institutions de l’État (écoles, hôpitaux, services, police, justice,..) de fonctionner de manière régulière, s’en soustraire n’est-il pas une atteinte directe à la souveraineté même du peuple ? N’est-il pas temps de revenir à une justice fiscale équitable pour tous ?

Le débat à propos de l’évasion fiscale n’est pas nouveau et connaît un regain d’intérêt depuis la crise des subprimes de la fin de la dernière décennie. Mais en dehors de quelques réactions politiques et de réglementations prises à la marge, notamment pour mieux identifier les pays peu regardants sur les questions fiscales, le problème n’a pas été réglé pour autant. De quoi s’interroger à propos de la volonté des politiques de prendre la question à bras-le-corps. Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient prétendu, chacun leur tour, entamer un bras de fer sur le sujet, avec les piètres résultats que l’on connaît.

La (très) grande évasion essayera d’illustrer les mécanismes utilisés par les contribuables ou les entreprises pour se soustraire à leurs obligations et aura pour ambition d’interroger « pourquoi rien ne se passe, pourquoi les politiques sont impuissants », précise Yannick Kergoat. Alors que les inégalités sont de plus plus criantes – Oxfam révélait cette semaine que 26 milliardaires détiennent autant que la moitié de l’humanité – et de moins en moins soutenables d’un point de vue social et politique, l’avenir de notre société dépend désormais des réponses apportées par les dirigeants et le peuple à une injustice qui ne peut plus perdurer.

Pour soutenir la réalisation du documentaire, rendez-vous sur la page de la campagne de financement participatif.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation