La crise sanitaire que nous traversons a montré qu’une transformation profonde du modèle dominant est plus que jamais indispensable. Pourtant, les mesures de déconfinement révèlent déjà la priorité absolue accordée par les politiques à la relance économique pour retourner le plus rapidement possible à la situation d’avant. Face à ce constat, des initiatives voient le jour pour proposer un réel changement. Le mouvement citoyen Alternatiba, qui plaide pour plus de justice climatique et sociale, a réuni 60 intellectuels et artistes pour proposer leur vision du monde de demain. Dans un recueil illustré, ils proposent des idées et des outils d’action pour mettre en œuvre dès aujourd’hui la métamorphose écologique et sociale de nos territoires.

Né à Bayonne en 2013, le mouvement citoyen Alternatiba se fonde sur deux volets d’activités. Face à l’urgence écologique qui menace les conditions de vie sur terre, il propose et soutient des alternatives concrètes pour construire une société plus juste, plus solidaire et plus soutenable. Mais Alternatiba, aux côtés du mouvement Action Non-Violente COP21, mise aussi sur la résistance pour bloquer les projets climaticides et interpeller les décideurs politiques et économiques sur l’urgence de la situation.

Des solutions existent, et Alternatiba veut les montrer, les renforcer et les développer pour changer le système. Le mouvement réunit ainsi des milliers de citoyens engagés, et organise diverses actions, comme les villages des alternatives. Lors de ces universités populaires à ciel ouvert, les citoyens investissent leurs villes et villages, en réorganisant l’espace public autour des thématiques qui font société (économie, alimentation, éducation, habitat, etc.) afin de permettre à tous de découvrir des solutions concrètes au défi climatique. Aujourd’hui, face à la pandémie, Alternatiba partage ces idées sous un nouveau format.

La pandémie nous a placés devant un carrefour historique

Le moment que nous vivons pourrait en effet être crucial, même si les mesures de déconfinement révèlent déjà l’absence d’une quelconque volonté de changement de la part des gouvernements.  “La crise du coronavirus a souligné une fois de plus la fragilité de nos sociétés. Nous sommes à un carrefour : nous pouvons décider de faire repartir la machine comme avant, en sachant pertinemment qu’elle continuera de provoquer des crises sanitaires, sociales, économiques et des catastrophes écologiques. Ou nous pouvons exiger que les cartes soient rebattues, et enclencher un changement de système qui permettra la métamorphose écologique et sociale de nos territoires.” estime Léa Vavasseur, d’Alternatiba.

Ce changement radical de système, dont la pandémie nous rappelle la nécessité absolue, nous amènerait à un nouveau modèle de société. Pour l’imaginer, Alternatiba a fait appel à soixante personnalités issues d’univers variés : artistes, écrivains, philosophes, économistes, climatologues, acteurs de terrain, dessinateurs… Ensemble, ils tentent d’esquisser dans un recueil illustré ce à quoi pourrait ressembler le monde de demain.

60 personnalités pour 28 thématiques

Disponible gratuitement sur le site d’Alternatiba, le recueil est sobrement intitulé Et si…. Parmi les nombreux participants au projet, on retrouve notamment l’écrivain Alain Damasio, l’économiste Geneviève Azam, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, la romancière Marie Desplechin, l’ex député européen et co-fondateur de la confédération paysanne José Bové et de nombreux travailleurs sociaux et acteurs de terrain, issus d’organisation comme Emmaüs ou le Collectif Inter-urgences.

28 thématiques sont abordées pour une métamorphose écologique et sociale de nos territoires – Illustration Kajika Aki

Le recueil s’articule autour de 28 thématiques liées à la vie courante, comme « se nourrir », « habiter », « consommer », « se déplacer » ou encore « grandir ». Pour chaque sujet, un auteur et un artiste ont proposé leur interprétation de ce que pourrait être le monde vers lequel nous devrions nous diriger, avec une approche propre à susciter l’imaginaire. Cette collaboration donne lieu à des textes intéressants, accompagnés d’illustrations admirables.

Interpeller les gouvernements et résister

Et si… se veut donc exhaustif, et souhaite interpeller le gouvernement sur sa responsabilité dans les changements qui devront s’opérer. L’analyse de certains auteurs est à cet égard particulièrement pertinente. Dans le volet « anticiper », le climatologue Christophe Cassou, directeur de recherche au CNRS et auteur principal du 6e rapport du GIEC, tome 1 (dont la publication est prévue en 2021-2022), l’affirme : « La pandémie que nous subissons nous apprend que toute politique ne considérant pas la possibilité de futurs à forts impacts et risques en cascade serait aujourd’hui irresponsable ; c’est valable pour le climat. »

Alternatiba appelle aussi à résister, en relayant par exemple le message de Fanny Delahalle, activiste climat du mouvement Action Non-Violente COP21, l’une des premières à avoir décroché un portrait officiel d’Emmanuel Macron, en février 2019, pour dénoncer l’inaction climatique du gouvernement français : « tous les grands acquis sociaux ont été gagnés parce qu’un jour, des femmes et des hommes ont osé s’opposer à des lois injustes et lutter pour de nouveaux droits. (…) Imaginons tous les changements que nous pourrions obtenir si nous étions des millions à résister »

Passer de la fiction à la réalité

Imaginer un monde différent, cela peut paraître trop optimiste, utopiste voire irréalisable. Mais comme le dit Daniel Schneidermann, spécialisé dans l’observation critique des médias qui propose dans le recueil de réinventer le service public et de se débarrasser des médias privés : « C’est impossible ? Peut-être, mais les avions à l’arrêt, la fin du tourisme de masse, l’enterrement sans fleurs ni couronnes des 3 % de déficit, c’était impossible aussi. La leçon de ces dernières semaines, c’est que l’impossible est possible. »

Des pistes d’action concrètes sont proposées – Illustration Hugo de Faucompret

Pour chaque thème, Alternatiba propose d’ailleurs aux lecteurs d’agir pour que, dès aujourd’hui, des alternatives et des actes de résistance voient le jour afin de passer de la fiction à la réalité. Dans la thématique « échanger », le recueil encourage ainsi la consommation de produits locaux, le boycott des entreprises les plus néfastes pour la planète ou encore l’interpellation des élus pour les inciter à se positionner contre les nouveaux traités de libre-échange avec le CollectifStopTafta.org. Pour le volet « anticiper », les lecteurs sont encouragés à signer la pétition de l’Affaire du Siècle. Pour voyager autrement, Alternatiba propose de rejoindre un réseau de tourisme collaboratif et de soutenir le développement des trains de nuit avec le collectif Oui au train de nuit. Ces nombreux exemples sont autant de pistes d’action concrète pour mettre en œuvre la transition.

Avec de nombreuses organisations, Alternatiba appelle donc à construire dès à présent le jour d’après. Les gouvernements sont également interpellés car il est de leur responsabilité de veiller à ce qu’aucune mesure qui contreviendrait à l’impératif écologique et social ne soit prise dans le cadre de leur relance économique. Une chose qui relève de l’impossible tant la croissance des productions est le corollaire de cette crise. Le mouvement citoyen appelle ainsi à enclencher dès à présent des politiques massives et concrètes en faveur de la justice sociale et de la transition écologique, pour qu’un autre monde puisse voir le jour. Un monde qui est imaginé dans la conclusion porteuse d’espoir du recueil : « La crise sanitaire de 2020 avait amené les populations (…) à rompre avec le hors-sol de la modernité capitaliste, à reprendre possession de leurs conditions de vie, au plus près de leur territoire, protégeant la planète dans le moindre de ses recoins. »

Raphaël D.

Illustration couverture : Estelle Hoquet

Donation