Le thé vendu en France contient jusqu’à 17 traces de pesticides !

Image : begemot_dn / Flickr (C.C)

Alors que le thé bénéficie d’une bonne réputation et qu’il est bien volontiers associé à un côté « naturel et sain » dans l’opinion, 60 millions de consommateurs dévoile que tous les thés, y compris ceux qui sont « bio » (dans une certaine mesure), contiennent des traces de pesticides et parfois même des métaux. Dans une enquête publiée dans le numéro de novembre, le magazine a passé les différentes marques au peigne fin. Les conclusions laissent songeurs.

Le thé est l’une des boissons favorites des Français. Peut-être même avez vous une tasse à la main en lisant ces lignes. 60 millions de consommateurs note qu’ « environ deux Français sur trois boivent du thé, principalement en sachet » et que la consommation de ce produit a triplé en 20 ans. Parfois recommandé parce qu’il diminuerait les risques de maladie cardio-vasculaires, on lui prête également des propriétés antioxydantes. Bref, le thé est en vogue et largement apprécié, si bien qu’on oublierait presque qu’il est, en grande surface, un produit industriel comme les autres.

Tea Squared

Nombre d’amateurs de thé risquent aujourd’hui de déchanter face à ces dernières révélations. L’association a en effet testé 26 marques de thés commercialisées, à la recherche de pesticides. Les résultats sont clairs : les sachets de thé contiennent tous des résidus de pesticides, des métaux et parfois des toxines. Et les quantités peuvent varier très fortement d’une marque à l’autre. Ces résultats négatifs sont la conséquence de traitements pétrochimiques pour protéger les cultures, mais aussi de la pollution générale de l’environnement. De plus, dans la plupart des cas, les feuilles de thé ne sont pas lavées dans le processus industriel pour éviter de leur faire perdre de leur saveur.

4 marques dépassent les limites légales

Sur les 16 thés noirs et les 10 thés verts testés, tous contiennent au moins de faibles traces de pesticides, sans exception. Le plus fréquemment, il s’agit de résidus de folpet, un fongicide agricole, ainsi que du anthraquinone, un répulsif pour oiseaux. Parmi les thé noirs, Dammann Frères, en dépit de son style prestigieux, détient un triste record : les analyses montrent jusqu’à 17 traces de pesticides différents dans un seul thé. Au total 4 marques dépassent même les limites réglementaires. Édit : selon Dammann Frères, « La conformité d’un thé en pesticides est régis par le règlement européen (CE) n° 396/2005 du Parlement européen et du Conseil du 23 février 2005 concernant les limites maximales applicables aux résidus de pesticides présents dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux d’origine végétale et animale. Tous nos thés sont conformes à ce règlement. »

On notera qu’ici, « le plus mauvais élève est le thé noir Marque Repère-Bio Village : malgré sa certification bio, nous avons retrouvé de l’anthraquinone (un répulsif pour les oiseaux) en quantité près de quatre fois supérieure à la limite autorisée (0,02 mg/kg) », note 60 millions de consommateurs. Mais globalement, sauf cette exception, aussi bien au sein des thés noirs que des thés verts, les produits « bio » s’en sortent tout de même mieux que leurs équivalents industriels. On constatera aussi à quel point les « pires » marques abusent de termes à consonance traditionnelle ou positive pour mieux tromper le consommateur.

De surcroit, les différents thés ne sont pas épargnés par la présence de métaux. La moitié des thés verts étudiés contiennent de l’arsenic, du cadmium et du mercure, reconnus comme nocifs pour la santé. Leur présence, parfois naturelle dans une certaine mesure, pourrait également s’expliquer par la pollution des sols et des eaux au niveau des plantations. Néanmoins, contrairement aux autres, ces substances ne se diffuseraient en principe pas au moment de l’infusion.

Enfin, l’étude montre également la présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques, des toxines produites de manière naturelle par les plantes, mais cancérigènes à partir d’une certaine dose. Pour cette substance, il n’existe pour le moment aucun seuil réglementaire, ce que 60 millions de consommateur regrette. En effet, « naturel » ne veut pas nécessairement dire « bon » pour la santé, la quantité faisant le poison. L’association réclame donc l’intervention du législateur sur ce point.

TeaEt la santé dans tout ça ?

Les conclusions de l’enquête se veulent modérées et c’est également sur le ton de la nuance que les journalistes auteurs de l’étude ont répondu aux question de France inter, indiquant que « les teneurs en contaminants sont, pour la plupart, en deçà des valeurs réglementaires » excepté pour les plus mauvais élèves. Pourtant, indique Patricia Chairopoulos au micro, en ce qui concerne les thés noirs, qui s’en tirent moins bien de manière générale que les thés verts, « nous sommes sur des pollutions infimes, mais le problème, c’est que le thé se consomme tous les jours, et pendant des années. C’est une éventuelle pollution et contamination chronique. » 

En effet, nous sommes fasse à l’inconnu sur une consommation de long terme et certains doutes restent permis notamment quant au possible effet cocktail des substances, alors que le thé noir Dammann Frères testé contient pas moins de 17 pesticides ! Par ailleurs, ces pesticides ingérés s’ajoutent à tous ceux présents dans nos autres aliments. De manière générale, on ne peut que rester songeurs face à ces conclusions, en dehors de l’impact immédiat pour la santé : difficile aujourd’hui de s’alimenter sans ingérer plusieurs substances chimiques à la fois. C’est bien notre environnement dans son ensemble qui est infecté, ce qui conduit à mettre en cause les pratiques agricoles et les pollutions issues des autres activités humaines, notamment industrielles. Car si aujourd’hui certains produits bio sont contaminés, même à petite échelle, par des pesticides, c’est précisément car ils subissent, autant que les habitants et espèces, l’omniprésence des produits phytosanitaires dans notre environnement.

Que faire ?

Pour l’instant, mieux vaut éviter les marques citées et se tourner vers du biologique par défaut et des marques équitables, contenant malgré tout moins de pesticides. Sur base des marques testées par l’association, les thés les moins pollués sont Palais des Thés bio, Auchan bio, et thé vert Jardin bio. De plus, les spécialistes conseillent de changer régulièrement de marque de thés.

Pour rappel, déjà en 2014, une étude avait épinglé le thé industriel. Cinq marques de thé sur dix contenaient trop de pesticides dont le thé vert Lipton, Tetley, Légendes de Chine, Uncle Lee’s Tea et le thé orange pekoe King Cole. Il n’y a plus qu’à se souhaiter bonne chance ?


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un… thé ? 😉

Sources : 60millions-mag.com / francetvinfo.fr