Les coraux auront disparu de la Terre en 2050 si rien n’est fait

Image : XL Catlin Seaview Survey

Si on ne fait rien pour les protéger, les récifs coralliens auront disparu d’ici à 2050 : voici le triste constat que l’association Coral Guardian supplie les politiques de prendre en compte, à l’aube des présidentielles de 2017. Une pétition a été mise en ligne, insistant sur l’importance de cet écosystème pour la conservation de la vie marine planétaire, mais aussi de la vie humaine.

Tic tac tic tac… 5 ans pour agir!

Soumis aux pressions exercées par les changements climatiques à l’œuvre, mais aussi les activités humaines locales (mines, tourisme, déversements,..), les récifs coralliens sont actuellement grandement menacés à travers le monde. Sous les effets du réchauffement climatiques, nous relayions en mars dernier l’information selon laquelle ce ne sont pas moins de 99% des récifs de coraux au Nord de la grande barrière qui présentent à ce jour des symptômes de stress et de blanchiment, signes de leur mauvaise santé. Mais cette mauvaise nouvelle ne se limite pas aux récifs Océaniques, le corail français est également menacé. En effet, les 8 collectivités françaises d’outre-mer abritent en réalité près de 10% des récifs coralliens et 20% des atolls du monde ! Une richesse biologique maritime que de très rares candidats abordent.

Image : Coral Guardian / G. Holzer
Image : AFP-JIJI

Or, si rien n’est fait pour protéger les récifs coralliens du monde entier dans les cinq années à venir, c’est un effondrement total de ces récifs qui pourrait se produire d’ici à 2050. Selon les projections de l’ONG Coral Guardian, il n’en resterait plus. Une prédiction de très mauvaise augure pour toutes les espèces marines qui dépendent de cet écosystème extrêmement riche, qui fait aussi office de barrière naturelle aux tsunamis. Pour la faune marine comme pour l’Homme, la préservation des coraux est donc une question vitale qui nécessite une lutte immédiate pour sa conservation et sa protection. Pour se faire, les pays qui possèdent des territoires où se développent ces coraux doivent prendre des décisions politiques courageuses et urgentes.

Un appel lancé aux candidats français

Afin de protéger ces récifs en grand danger, l’association française Coral Guardian lance un appel aux candidats de la présidentielle de 2017 afin qu’ils prennent connaissance du problème des coraux, les invitant à prendre certains engagements afin de stopper leur destruction. Ainsi, une pétition a récemment été lancée, invitant personnellement les candidats à mettre un terme immédiat et complet au dragage des récifs, mais aussi à respecter les engagements pris lors de la signature des accords de Paris de 2015, le but étant ici de ralentir globalement le réchauffement climatique en lien direct avec le blanchissement des coraux. Le candidat d’Europe Écologie les Verts, Yannick Jadot, aurait ainsi été le premier à répondre à l’appel de l’association. Jean-Luc Mélenchon a également marqué son engagement à plusieurs reprises sur la question des océans.

Image : Coral Guardian

Ajoutons qu’il est urgent que les candidats à la présidence française, en dépit de leur positionnement politique, prennent conscience du problème écologique posé par la disparition des récifs coralliens. À travers le monde, ce ne sont pas moins d’un million d’espèces animales et végétales qui en dépendent, sans compter les 850 millions d’âmes humaines qui sont tributaires de ces barrières naturelles, que ce soit au travers de la pêche ou simplement en jouissant de la protection naturelle offerte par celles-ci. Les barrières de corail sont le symbole d’un océan en bonne santé, les laisser périr dans l’indifférence équivaut à laisser mourir nos océans, dont l’existence humaine dépend très largement. En attendant l’espoir d’un réveil politique (et des citoyens qui votent pour eux), des associations comme Coral Guardian s’activent sur le terrain pour limiter les dégâts, notamment à travers des programmes de restauration des récifs allant jusqu’à la mise à l’adoption de coraux qu’ils protègent sur internet.


Sources : CoralGuardian.com