L’Hirondelle, un centre pour animaux sauvages français, vit une année particulièrement difficile puisque après la neige, la canicule, et plus récemment la grêle, de plus en plus d’animaux ont besoin de soins. En juillet dernier, c’est ainsi 1 259 animaux qui ont été pris en charge par l’association, avec parfois plus de 100 arrivées par jour ! Autant dire que la structure ne manque pas de travail. Avec la réduction dramatique des populations d’oiseaux en Europe, l’activité de ces associations se fait plus que jamais indispensable. Aujourd’hui, victime de son succès, le centre risque pourtant de devoir fermer et lance un appel aux dons pour pouvoir continuer son activité.

Depuis son ouverture en 1998, l’Hirondelle accueille des animaux sauvages dans les départements du Rhône, de la Loire, de la Drôme et de l’Ardèche. Au total, la structure, qui peut compter sur ses 2500 membres, a déjà pris soin de 41 121 animaux sauvages de 220 espèces différentes. La plupart de celles-ci sont protégées, et nombre d’entre elles sont en voie de disparition, notamment parmi les volatiles.

La biodiversité européenne en danger

Plus généralement, les populations d’oiseaux en France, comme sur l’ensemble du territoire européen, sont aujourd’hui en déclin manifeste. C’est ce que révélaient en 2018 deux études, menées par le Muséum national d’histoire naturelle et le CNRS. Leur conclusion est sans appel : en 17 ans, un tiers des oiseaux a disparu des campagnes françaises. Deux autres études récentes ont révélé que l’Allemagne et l’Europe auraient perdu plus de 70 % d’insectes volants et 421 millions d’oiseaux en 30 ans. C’est en milieu agricole, et particulièrement dans les zones céréalières, que cette baisse se fait le plus sentir. La diminution de la population d’oiseaux constitue une donnée éloquente pour représenter la biodiversité de tout un écosystème. Si les volatiles disparaissent d’un milieu donné, on peut en conclure que la biodiversité dans son ensemble y est en danger, tout étant matière d’équilibre dans la nature.

Martinets noirs. Photo Hirondelle

Plusieurs causes expliquent cette raréfaction, dont de nombreuses sont à chercher du côté de l’agriculture intensive. L’uniformisation des paysages due notamment aux monocultures est en effet l’une des explications majeures au phénomène, suivie de près par le recours massif aux pesticides. L’usage accru du glyphosate et des néonicotinoïdes et la diminution sans précédent des populations d’insectes qui s’en suit – leur nourriture principale – semble avoir fortement contribué au déclin des oiseaux. La diminution des espaces naturels, la pollution chimique, la prédation des chats domestiques toujours plus nombreux et le braconnage constituent d’autres explications. Dans tous les cas, l’activité humaine est au cœur de la question.

Plusieurs records battus

Il s’agit également des raisons pour lesquelles de plus en plus d’animaux sauvages ont besoin des soins de l’Hirondelle comme tant d’autres associations de ce type. Ce qui a été déterminant cette année, ce sont plus précisément les conditions climatiques particulièrement extrêmes de ces derniers mois, entre la neige, la canicule et récemment la grêle, qui ont eu pour effet d’augmenter sans cesse les arrivées.

L’association a pourtant l’habitude des records. Entre 2015 et 2019, le nombre d’animaux pris en charge a carrément doublé ! Au mois de juillet dernier, plus de 1200 animaux ont été soignés, avec parfois plus de 100 arrivées par jour, ce qui constitue une augmentation de 40% par rapport au même mois de l’année passée. La majorité des centres de soins français accueille moins d’animaux en une année complète.

Évolution du nombre d’arrivées par mois de 2015 à juillet 2019. Photo Hirondelle

Ces conditions rendent le travail de l’association de plus en plus difficile. L’équipe a toujours fait de son mieux pour prendre en charge avec le plus petit budget possible le maximum de pensionnaires, mais l’évolution actuelle du centre et celle prévue pour les années à venir rendent leur mission presque impossible. Toutes les structures du centre, les locaux comme les volières, sont arrivées à saturation. Les bureaux et la salle commune ont été transformés en animaleries et le centre doit impérativement réussir à réaménager un nouveau bâtiment pour le printemps 2020 dont le coût total de la rénovation avoisine les 220 000€.

Faute de moyens, la fermeture est envisagée

Mais les finances de l’association sont au plus bas et à ce jour, le centre a besoin d’un soutien financier nettement supérieur à ce qu’il connaît aujourd’hui. Son budget actuel de fonctionnement est de 200 000€, dont la majorité provient des dons et des adhésions. La structure peut également compter sur des partenaires publics, mais certains d’entre eux ont tendance à diminuer leur subvention ce qui met le centre en grave difficulté, au vu du contexte financier déjà délicat.

Blaireau Européen. Photo Hirondelle

Quelques 20 000€ manquent à l’association pour finir l’année mais le pire est attendu pour 2020, où un minimum de 130 000€ de budget de fonctionnement supplémentaire estimé est indispensable pour que l’association puisse continuer son activité. La fermeture est donc très sérieusement envisagée à l’automne prochain, faute de moyens pour assumer ses fonctions, estiment les responsables de l’association.

Un appel à l’aide lancé sur Internet

Toute proposition d’aide à l’Hirondelle est donc la bienvenue, qu’elle soit humaine, technique ou financière. L’association recherche toujours des bénévoles, mais elle a surtout besoin de fonds, via de nouveaux partenaires publics ou privés, mais aussi via les dons de particuliers. Si vous souhaitez aider le centre, une petite contribution est la bienvenue sur Helloasso*, ainsi que des « gouttes lilo » via le moteur de recherche solidaire. L’association n’est évidemment pas la seule a vivre une situation délicate en ce moment. Dans chaque région, des groupes de bénévoles s’attellent à sauver un maximum d’animaux sauvages, luttant avec de petits moyens contre cette écrasante machine productive qu’est devenue l’humanité.

Jeune Mésanges à longue queue. Photo Hirondelle

À ce tournant important de son avenir, l’Hirondelle espère, avec l’aide de tous, pouvoir éviter la fermeture ou du moins la limiter dans le temps.

Raphaël Dahl


*HelloAsso est une plateforme alternative de financement collectif à destinations des associations. Entièrement gratuite, elle permet aux associations françaises d’y financer leurs projets. Découvrir HelloAsso.

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation