L’homosexualité, contre-nature ?

Quand la question des droits des personnes homosexuelles est mise sur la table, les langues se délient avec souvent une extrême violence. La fameuse « Manif pour Tous » en a été le triste exemple. « L’homosexualité est contre-nature » est probablement le sophisme homophobe le plus souvent évoqué. Il s’agit pourtant d’un non-sens scientifique annihilé par une amusante vidéo.

La peur, les croyances, les préjugés, l’ignorance et la bêtise humaine ordinaire, l’homophobie trouve de nombreuses causes dans bien des aspects de la psyché humaine. Aujourd’hui, le fait de reconnaître simplement l’existence de minorités sexuelles en société, en offrant les mêmes droits à tous les citoyens adultes, semble toujours poser un problème à nombre de personnes, au point de générer des mouvements de foule et même la création de partis politiques dédiés à ce sujet. Pour certains, lutter CONTRE l’égalité des droits est devenu une cause à part entière. Ceci en dit long sur notre époque tourmentée.

La nature n’est pas « juste » par défaut

Le leitmotiv le plus commun rabâché par les mouvements anti-LGBT est l’idée séduisante que l’homosexualité serait contre-nature car ne permettant pas la reproduction. L’homosexualité serait ainsi une création de l’Humain, donc la déviance d’une norme ou d’un ordre moral invisible et supérieur. S’il était encore possible d’y croire il y a deux siècles, ce n’est plus faisable aujourd’hui.

Tour d’abord, la nature n’est pas « JUSTE » par défaut. La nature ne connait pas la pitié. La nature peut être violente. La nature développe des plantes vénéneuses mortelles. La nature peut créer des virus qui décimeraient toutes les espèces dans d’atroces souffrance. Ceux qui ont la main verte le savent : ce qui est naturel n’est pas bon ou mauvais par défaut. La nature EST, tout simplement. Si nous ne laissons plus mourir nos enfants d’un vilain rhume aujourd’hui, c’est car l’humain est un être Culturel, capable de choix sociétaux dans une tentative d’améliorer la vie de chacun et d’offrir un encadrement le plus juste et « humain » pour tous. Ainsi la nature peut nous inspirer, notamment dans les sciences du biomimétisme, mais jamais servir de référence morale.

L’appel à la « nature » : un sophisme bien utile

Mais admettons. Admettons un instant que cette référence à la nature soit justifiée afin de botter en touche ce raisonnement. Là encore, les homophobes font fausse route. En effet, les observations scientifiques permettent d’affirmer que l’homosexualité est très répandue parmi les espèces. Bruce Bagemihl a par exemple étudié avec précision le comportement de nombreuses espèces en milieu naturel. Des comportements homosexuels ont ainsi été observés chez plus de 1500 espèces, ce qui n’a jamais empêché leur reproduction et donc leur survie dans le temps. Ces données précieuses nous enseignent que la reproduction n’est pas nécessairement le seul but de l’existence des espèces comme ce fut longtemps imaginé. Par ailleurs, on comprend que la nature est précisément plurielle, variée et libre des carcans idéologiques propres à l’humain.

Ainsi, les individus attirés par le même sexe ont leur propre existence, et personne ne tente de structurer leur vie ou de leur interdire des droits. Mais alors, d’aucun répondra qu’il faudrait également tolérer des pratiques sexuelles comme la pédophilie ou le viol au prétexte qu’elle s’observe également chez certaines espèces (autre sophisme récurrent d’une grande violence intellectuelle). C’est ici qu’on en revient au présupposé de départ : l’Humain est un être Culturel. Il est intellectuellement capable de crée un cadre de vie garantissant (en principe) la protection des individus et donc des enfants. Ce pourquoi l’Humain érige des lois et des droits, dont les Droits de l’Homme, qui protègent les plus vulnérables et tentent de garantir la liberté individuelle des citoyens. Pédophilie et agressions sexuelles sont donc des crimes dans la plupart des pays civilisés du monde car ils représentent une atteinte violente aux droits des individus. Ainsi, l’homosexualité n’est pas tolérée simplement car elle s’observerait dans la nature, mais car elle concerne des individus adultes, libres et égaux en droits, dans le cadre d’un consentement mutuel.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉

Source : lexpress.fr

Donation