Travail, réseaux sociaux, météo, cartes routières, photos : les smartphones ont littéralement envahi nos quotidiens, prenant trop souvent même le pas sur les relations sociales. Dans l’espace public et les transports en commun, comme dans le cercle familial, il n’est pas rare de voir des personnes scotchées à leurs écrans, au détriment des relations réelles. La dépendance aux smartphones, avec ses conséquences, est très sérieusement étudiée et mesurée. Faut-il un usage plus raisonné des outils numériques ? En initiant une « semaine sans smartphone » du 5 au 11 mars prochain, l’association Le nouveau monde de Montpellier espère ouvrir le débat.

« On ne peut pas se rendre compte à quel point le smartphone influe sur nos vies si on ne s’en sépare pas ! » lance Corentin, étudiant en philosophie et en sciences politiques et membre de l’association Le nouveau monde à l’origine de l’initiative. Le but de cette semaine sans smartphone, à Montpellier du 5 au 11 mars 2018, c’est d’encourager « une réflexion collective à propos d’un objet technologique présent de manière quotidienne dans nos vies » explique-t-il.

les temps modernes

Les Français et les smartphones, une relation « fusionnelle » ?

Les chiffres parlent d’eux-même. Parue début 2017, une étude mettait en lumière l’importance prise par les « téléphones intelligents » au sein de la population. 77 % des Français âgés de 18 à 75 ans déclarent en posséder un et ce chiffre est en constante progression ces dernières années. Avec les réseaux sociaux, le smartphone est devenu un objet de loisir et d’information, tout en permettant un usage professionnel pour environ 40 % des interrogés, que ce soit via la consultation ou l’envoi d’emails et/ou des appels téléphoniques.

Si l’outil est devenu inévitable pour la plupart d’entre nous, c’est les chiffres relatifs à son usage quotidien qui sont les plus marquants. Ainsi, d’après l’étude citée, les Français et les Françaises vérifient leur smartphone en moyenne 26,6 fois par jour (et quasiment le double, soit 50 fois par jour, pour les 18-24 ans) ! Une part non négligeable admettent avoir des pratiques addictives, consultant leur écran même pendant la nuit hors vérification de l’heure (41 %) et répondent à des messages nocturnes (7 %).

L’usage excessif en France est manifeste, même s’il n’égale pas certains pays d’Asie comme le Japon. Même si nous pouvons tous nous sentir « au dessus de ça », à titre individuel, cette situation entraine des conséquences générales sur les relations sociales. À titre d’indication, 81 % des Français et des Françaises indiquent qu’ils utilisent leur smartphone pendant les repas pris en famille ou avec des amis ; 43 % des jeunes de 18 à 24 ans se sont disputés avec leurs parents à propos de l’usage important qu’il font de leur écran.

Questionner les usages, sans jugement !

Avec la semaine sans smartphone, « il ne s’agit pas de véhiculer un jugement moral » insiste Corentin, pour qui c’est avant tout l’occasion d’illustrer à quel point les nouveaux outils numériques sont désormais omniprésents, structurent nos vies et nos manières de nous comporter, sans que nous nous en apercevions pour autant. Ainsi, c’est l’occasion unique de tenter une expérience qui ne nous viendrait peut-être jamais à l’esprit : vivre sans smartphone, l’espace d’un temps au moins ! Et en analyser les conséquences… L’évènement, qui se tiendra du 5 au 11 mars, sera également l’occasion de conférences et de débats, en présence de philosophes et de Sarah Roubato, ou encore de soirées conviviales et d’un concert.

La démarche s’inscrit dans le cadre des autres activités de l’association Le monde nouveau, qui a été créée à la fin de l’expérience de « Nuit Debout » et qui a pour objet la « promotion des alternatives locales et nationales », la « valorisation des actions concrètes » et la « création de lien social à Montpellier », explique Corentin. Le groupe traite de thématiques diverses qui ont trait à la consommation, à l’éducation, à l’environnement et compte une quinzaine de membres actifs. Elle travaille avec d’autres réseaux citoyens tels qu’Alternatiba, I-Boycott, ou encore Enercoop. Paradoxe inévitable, l’évènement peut être consulté sur les réseaux sociaux, au moins jusqu’au 5 mars…

Et vous, pourriez-vous laisser votre smartphone pendant une semaine dans un tiroir ?


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à toi, lecteur. Soutiens-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Propos recueillis par Mr Mondialisation.