Chaque mois amène sa nouvelle lettre de Sarah Roubato sur Mr Mondialisation. En février elle dédiait sa lettre à nos dirigeants. Pour le mois de mars, en cette période électorale, elle a choisi à l’inverse de s’adresser aux citoyens qui dans quelques jours choisiront leur nouveau maire.

À l’heure où nos élites politiques parisiennes nous offrent le triste spectacle de la prise d’otage du bien public pour asseoir un petit pouvoir politicien, nous allons être appelés à désigner ceux qui exercent la politique à la plus petite échelle de l’organisation citoyenne. Individu ou liste collective, le maire est le premier échelon où se construit la relation entre citoyen et représentant.

Quand on en arrive au point où le chef du gouvernement se présente pour un poste qu’il sait qu’il ne pourra pas occuper, c’est que la démocratie représentative n’est plus qu’un casting, et le pouvoir, une acquisition de privilèges. Mais être maire, ce n’est pas seulement occuper un poste décisionnel. C’est – ce devrait être – de vivre parmi les gens, saisir la diversité et la complexité des situations, se frotter chaque jour à la réalité du terrain, de concilier les intérêts et les points de vue. Tout ce qui manque à ceux qui ont appris la politique sur des powerpoints, qui ne connaissent la France que par les rapports statistiques qui remontent à leurs bureaux et qui ne rencontrent les citoyens que lors des exercices organisés par leurs communicants.

Dans notre cher pays farouchement centralisé, Paris reste au cœur de toutes les attentions médiatiques. Un candidat à la mairie qui se retire pour des raisons étrangères à son engagement politique, remplacé au jeu des chaises musicales par une candidate dont l’argument est de dire qu’elle a élevé ses enfants dans cette ville, et qui délaisse ses responsabilités envers notre système de santé en grand danger. Peu importe… l’important, c’est d’avoir Paris ! Pour ces gens-là, les élections municipales ne sont qu’un baromètre de leur popularité en vue des présidentielles, et non un outil de transformation de la société par les territoires.

Pourtant les élections municipales sont une clé de voûte d’un changement de société (avis à ceux qui prétendent la changer à coup de lois éclairs bâclées et imposées sans débat). Car à l’échelle de la commune se posent déjà tous les défis de notre temps : vivre en respectant le vivant, offrir un accès juste aux services, faire de la circulation une véritable liberté et non une contrainte d’un aller retour entre boulot et dortoir, vivre ensemble dans une convivialité où chacun puisse exister avec ses différences et non malgré ses différences, tracer des horizons pour les jeunes qui y grandissent. La commune est l’espace qui devrait offrir à chacun la dignité de son activité ou de ses vieux jours, la fierté de participer à la mise en valeur d’un territoire sans l’abîmer, sans le prostituer au tourisme de masse ou aux projets inutiles, et la mise en valeur de la richesse humaine.

Qu’est-ce qu’une ville, qu’est-ce qu’un arrondissement, qu’est-ce qu’un village ? Une unité administrative, un dortoir ? Un décor vert où l’on importe le mode de vie de la ville ? Une suite de propriétés privées où chacun fait ce qu’il veut chez soi et traverse les espaces publics sans y prêter attention, tant qu’il en profite ? Une mine d’activité économique à l’arrivée des touristes et des rues désertes le reste du temps ? À l’heure où les individus sont plus que jamais hors sol, déconnectés du lieu où ils se trouvent, indifférents à leurs voisins, travaillant dans des quartiers dont ils ignorent les commerces alentour, se ré-ancrer dans le local, c’est se donner une chance de refaire société. Ce n’est pas se replier, ce n’est pas nier les interdépendances à d’autres échelles, intercommunales, régionales, nationale, internationale. Ce n’est pas s’interdire d’aller voir ailleurs et de créer des liens. Au contraire. Mais on ne peut se plaindre du système néolibéral, de la mainmise des grandes entreprises, de la loi du marché, si on ne travaille pas à se réapproprier, là où l’on est, ce qu’on produit, ce qu’on mange, ce qu’on construit, ce qu’on fait circuler. Alors ce qu’on ira chercher ailleurs, on le fera par choix et non par contrainte. Nous sommes dépendants d’un système qui se décide ailleurs, qui régit nos vies dans ses moindres détails et ne nous laisse que la liberté de jouer dans le bac à sable qu’on nous a construit. Si nous voulons faire du maire autre chose qu’un administrateur à qui on donne les clés et qui décide tout seul pendant six ans, nous devons aussi faire du citoyen autre chose que celui qui va voter et qui rentre chez lui s’occuper de ses affaires.

 

La Commune (1871) © Tous droits réservés 13 Productions, La Sept-Arte, Le Musée d’Orsay

La commune peut être un formidable laboratoire de réinvention de l’exercice citoyen et de nos institutions. Nous devons recréer des espaces où nous reprenons conscience de ce que nous sommes en tant que collectivité. Autre chose qu’un agrégat d’individus qui prennent des décisions dans leur coin sans se laisser nourrir par les autres. Où fait-on de la politique aujourd’hui ? Les mairies sont vides. Les places de village aussi. Les cafés ne sont plus que des lieux de consommation. À nous d’imaginer de nouveaux espaces, de réintroduire l’agora. Pourquoi pas chez les gens, à tour de rôle, dans les fournils des boulangers, les caveaux des vignerons, les salles de sport, les domiciles ? Que l’espace privé puisse accueillir une part de la vie collective.

Si nous voulons d’autres représentants, soyons prêts à devenir d’autres citoyens. À nous d’exiger de notre maire, individu ou collectif, de nous inclure dans la gestion de la commune. À nous de troquer le citoyen-consommateur-de-politique qui se contente de voter et de manifester, pour devenir le citoyen qui participe à la vie sociale et qui refait du politique un acte de tous les jours. Ce processus ne se fera pas du jour au lendemain. Il ne se trace pas dans les manifestes, dans les billets d’opinion, dans les hashtags colériques partagés sur les réseaux sociaux par ceux qui pensent déjà comme nous. Il ne se satisfait pas de la seule dénonciation, des manifestations de colère et des slogans révolutionnaires. Il se fait les mains dans le cambouis du quotidien, en allant à la rencontre de ceux qui n’ont pas la même expérience que nous, et qui vivent là, à quelques pas. Il se réalise dans l’expérimentation de pensées collectives dont on ne sait ce qu’elles donneront, mais qu’on soumet à l’exercice de la pratique.

Si nous reprochons à nos dirigeants d’être déconnectés de la réalité que nous vivons, ne faisons pas la même chose en nous réfugiant dans la contestation symbolique, le défouloir virtuel ou le mutisme dégoûté. Soyons prêts à collaborer avec nos représentants pour répondre au désir d’engagement des uns et pour solliciter celui des autres. Chacun, élu et électeur, a une responsabilité pour réinventer l’articulation démocratique et tenter d’apaiser cette société où les gens ont avant tout besoin de réapprendre à se parler.

Sarah Roubato


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation